Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


Noël Emmanuel Ekwabi : Manu est complexe, exigeant et travailleur

 
L`ancien chef d`orchestre de Manu Dibango parle de son expérience aux côtés de ce dernier et de sa carrière solo.



L`ancien chef d`orchestre de Manu Dibango parle de son expérience aux côtés de ce dernier et de sa carrière solo.

Propos recueillis par Parfait Tabapsi (Stagiaire)

Votre père était un grand commis de l`Etat. Comment a-t-il réagi en découvrant votre penchant pour la musique ?

Permettez moi de vous conter une anecdote. Il se trouve que quand j`étais à Marseille, j`étais loin de savoir que j`étais bon footballeur, voire bon sportif tout court. Je précise que j`ai joué au volley-ball, au basket, et que j`ai été à deux doigts d`être international de handball. Et juste quand j`ai été sélectionné mon père m`a envoyé en France. J`ai pleuré parce que j`adorais le handball et que j`avais là une chance de le pratiquer en équipe nationale. Arrivé donc à Marseille, je me suis mis à taper dans la balle avec des copains qui ne cessaient de me dire que j`étais bon. Ils m`ont donc amené à l`Olympique de Marseille qui m`a préparé un contrat. A l`époque papa était à Paris. Je monte donc là bas pour lui montrer mon contrat et lui me répond : " Tu n`es pas venu ici pour jouer au foot, mais pour tes études de médecine ". Et il prend mon contrat et le déchire.

A quel moment votre chemin croise-t-il celui de Manu Dibango ?

Je le rencontre à partir des années 80 parce que j`avais des amis comme André Manga, les frères Sabal Lecco avec qui j`ai grandi ici et qui jouaient déjà dans son groupe. Lui ne savait même pas qui j`étais. Et puis un jour, quand je suis monté à Paris -c`était en 1988- car je voulais progresser. Puisque j`étais devenu une véritable star à Marseille où je gagnais bien ma vie, j`avais 24.000 de salaire mensuel, un appartement et tout ce que je voulais. Pour un jeune en ces années là c`était énorme.
A Paris, j`ai rencontré Princesse Erika qui montait dans les charts. J`ai joué avec elle sur deux albums, avec des groupes de jazz, Patrick Bruel, Jean-louis Ponty, etc. Puis tout est allé très vite. J`ai vraiment eu beaucoup de chance je dois dire, et ce jusqu`à maintenant. En 1993, Jojo Kouoh m`appelle et me dit que je dois remplacer André Manga pour le programme télé Salut Manu. Comme il y avait les partitions je me suis rapidement intégré. Et là, je n`ai même pas pu avoir un contact avec Manu.
C`est finalement en janvier 1997 qu`il m`appelle alors que je suis en tournée aux Etats-Unis. Il me laisse un message (il imite la voix grave de Manu) " Noël c`est Manu là. Je voulais que tu viennes jouer avec nous. En fait on va au Sénégal… " Il y avait un festival avec plein de stars. Lorsque je rentre et écoute mon répondeur, je me dis que je viens de louper quelque chose de grand. Il faut dire qu`en 1994 déjà, Manga me propose de le remplacer dans le groupe de Manu, ce que je refuse. Je flairais le truc. Je me disais c`est notre papa et moi je sais que je suis très obéissant et je n`aurais plus l`occasion de faire les 400 coups. Je jouais avec 12 groupes et avais envie de m`éclater. Et là en 1997 c`est lui-même qui m`appelle. A leur retour du Sénégal, il m`appelle à nouveau et me rappelle qu`il a envie que je le rejoigne. Je lui réponds qu`il n`y a aucun problème. Je me rends chez lui, il me donne des partitions et c`est comme cela que je commence. Nous sommes là en fin mars 1997.

Les mélomanes ont souvent entendu parler de Soul makossa gang et du Maraboutik big band. C`est quoi la différence entre les deux ?

Il faut savoir qu`il y a plusieurs formules chez Manu. Le Soul makossa gang c`est la formule classique qui le suit presque partout. Le Maraboutik est une formule plus large avec une section de cuivres, et comme elle est lourde avec les dépenses liées que sont les salaires, elle tourne moins que la première formule. Il y a même une 3è formule plus jazzy avec 5 personnes. A noter qu`il arrive que nous jouions seulement à deux, c`est-à-dire lui et moi. A un moment, il y a même eu la formule à trois avec Ray Léma. Evidemment j`étais dans toutes les configurations.

Une rumeur vous dit en séparation avec Manu Dibango. Vous confirmez ?

Oui ! Cela fait quelques mois que j`ai décidé de tenter de construire ma carrière à moi. Parce que ça nous pend au nez à nous les musiciens d`exprimer tout ce que nous avons dans le ventre. Et cela n`est possible que lorsqu`on est devant, c`est-à-dire quand on est la locomotive, la tête d`affiche. Je salue le grand Manu parce que c`est notre papa à tous. Il nous a ouvert la porte, il nous a appris tant de choses. Il est simplement un exemple. Mais je pense que le moment est venu de prendre mon destin en main.

Il y a quelques années, Manu a décidé de ne plus venir au Cameroun du fait des problèmes avec la Cmc. Comment a-t-il traversé cette période difficile ?

On ne m`a pas tendu le micro quand cela se passait mais si j`avais eu l`occasion, j`aurai fait un commentaire amer, car c`est une honte de traiter de la sorte un homme de cette stature. On n`en a pas le droit. Quoi qu`il ait fait, il fallait le couvrir, le protéger. En plus, il n`a rien fait. Je ne comprends pas ce pays où on se permet de salir les gens qui ont porté haut notre étendard. J`étais triste, et lui a été profondément blessé. Il en parlait tous les jours. Par contre, je dis qu`il n`est jamais trop tard. Si on peut arranger les choses, ce serait bien. Et je dis que c`est bien qu`il ait accepté après tout ça de revenir. Je vous assure qu`il aime profondément ce pays.

Qu`avez-vous appris au bout de ces dix ans passés auprès de Manu ?

Je pense à la gestion des hommes. C`est vrai que dans toutes les formations auxquelles je participe, je suis presque toujours désigné directeur artistique (chef d`orchestre Ndlr), du fait peut-être que les gens décèlent une certaine aptitude chez moi. Je n`en sais rien m`enfin c`est comme cela. Chez Manu, cette fonction est encore plus délicate parce que c`est quelqu`un de très complexe, de très exigeant, très travailleur. Du fait de cette exigence, il me laisse carte blanche mais en même temps veut avoir l`œil sur tout. C`est donc très délicat. Je prends beaucoup d`initiatives et des fois je me rends compte qu`il a court-circuité une décision que j`ai prise, et il faut pouvoir gérer cela.
En deuxième lieu, je parlerai de la capacité à rebondir sur n`importe quelle situation. Avec Manu, c`est vraiment le jazz à part entière, c`est-à-dire que chez lui, le jazz est dans la vie quotidienne. Tenez : quand nous arrivons par exemple dans un pays pour prester, il peut y arriver des situations qui vous obligent à rebondir et là Manu est très fort.

En dehors de la basse, est-ce que vous avez touché à d`autres instruments ?

Je suis batteur, percussionniste, guitariste, je joue un peu au clavier, j`ai même essayé le saxophone, l`harmonica et la trompette. Je chante aussi de temps en temps.

Mais pourquoi persistez-vous à vous faire connaître seulement par la basse ?

Je pense que c`est l`instrument qui m`a le plus parlé, avec lequel j`ai le plus de facilité à m`exprimé au sein d`un groupe.

Les observateurs de la scène culturelle africaine disent souvent, et à raison, que le Cameroun est la terre des bassistes. Qu`est-ce qui explique cela ? Avons-nous un rapport particulier avec cet instrument dans notre pays ?

Je pense simplement que nous sommes bénis. Le Cameroun est un pays assez particulier. J`ai l`impression que certains d`entre nous ne s`en rendent pas compte, n`en ont pas pris conscience. Quand on regarde bien, le Cameroun c`est l`Afrique en miniature, et l`Afrique c`est le berceau de l`humanité. En fait, j`ai l`impression que le bon Dieu a posé sa main heureuse sur notre pays. L`on s`en rend compte en voyant par exemple la variété d`aliments qui poussent sur nos terres ici. On a souvent tendance à prendre des choses pour acquises, mais comme disent les Américains, "Don`t take anything for granted".
Dans tous les domaines, les Camerounais ont des facultés étonnantes. Quand on pense aux structures et infrastructures disponibles, on n`en est que plus étonné. C`est tout simplement incroyable. Donc, je ne suis pas surpris que les Camerounais excellent dans certains instruments. La basse c`est un peu particulier parce que, de mon point de vue, notre musique repose sur des percussions et la basse. J`ai d`ailleurs une anecdote. J`ai beaucoup travaillé avec Coco Mbassi à ses débuts, d`ailleurs c`est moi le compositeur u titre qui lui permet de décrocher le prix Découvertes Rfi. Je me souviens qu`un jour elle me parlait d`une chanson de Dina Bell dont elle ne parvenait pas à se rappeler le titre. Lorsque je lui ai demandé de me fredonner un air de la chanson, elle m`a plutôt chanté la ligne de basse. Ma petite sœur m`a fait le même coup. J`étais très étonné que les filles retiennent les lignes de basse, parce que ce n`est pas le cas en France.

Vous êtes originaire du département du Moungo qui s`est illustré par la quantité et la qualité des artistes musiciens. De Ndédi Eyango à Tom Yoms en passant par Lapiro de Mbanga, les frères Billong, Emile Kangué … Quel en est la raison selon vous ?

Cela est effectivement étonnant. Je pense au Lycée du Manengouba. Tous ceux qui sont sortis de cet établissement ont fait quelque chose. A notre époque le taux de réussite était très élevé. Je sais que des quatre coins du pays, les parents envoyaient leurs enfants là bas. Il y avait tout dans ce lycée. Je me suis longtemps demandé pourquoi ce lycée était si sollicité alors qu`il y avait des établissements dans tout le pays. Je me dis qu`il y a comme quelque chose d`inexpliqué qui aimantait du monde dans ce lycée. Je pense que tout par de là.

Vous annoncez depuis quelques mois la mise sur le marché pour bientôt de votre premier album. Est-il déjà prêt ?

Je suis en chantier. Et c`est un terrible chantier, parce qu`il faut faire le casting, sélectionner les titres qui sont dans les cassettes, l`ordinateur, écrits ou dans ma tête. Ce qui n`est pas facile. Quand on fait un album, l`on a 60 titres et on fait le tri jusqu`à une dizaine.

Vous pouvez au moins nous dire les thématiques et les rythmes qui y figureront?

Ce que je peux dire est que ce sera moi dans tout le métissage qui me caractérise. Je ne peux pas prétendre que je suis resté complètement un musicien camerounais. J`ai travaillé avec du monde aux quatre coins de la planète, du coup ces influences vont rejaillir dans ma production.

Quels rapports entretenez-vous avec les artistes de la diaspora ?

Ils sont excellents jusqu`à preuve du contraire. Je pense être un privilégié, parce que je m`entends très bien avec presque tout le monde.

Pouvez-vous nous dire un mot sur votre vie privée ?

J`ai divorcé d`une Marseillaise qui m`a donné deux enfants. Et depuis 10 ans, je vis avec une Camerounaise avec qui je compte convoler en secondes noces bientôt ! Ma fille a 17 ans, et son petit frère vient de souffler sur sa 15è bougie. Chaque fois qu`il y a des vacances ils sont avec moi. On s`entend très bien.
 DANS LA MEME RUBRIQUE
Joseph Kabassélé dit Grand Kallé disparaissait il y a 25 ans
Le symbole de toute une époque. le 11 février 1983. L`auteur du tube Indépendance Chacha fut un des pionniers de la musique moderne africaine. Retour sur un parcours exceptionnel....

Le Père Hebga est mort
Le jésuite a rendu l’âme hier à près de 80 ans dans un centre de rééducation de la banlieue parisienne....

Hebga tel qu’en lui-même (suite et fin)
6. Supérieur régional...

Hebga tel qu’en lui-même (suite)
2. L’impact sur moi du petit séminaire. 3. Formation pour le sacerdoce au Grand Séminaire. 4. Trinité, Trinité, harmonie de ma vie ! 5. Pierre Meinrad Hebga : un Jésuite Africain...

Hebga tel qu’en lui-même
1. Enfance en famille. Mon feu père Marc Hebga, né vers 1897, avait été élève au petit séminaire de Buea que la première guerre mondiale fit fermer en 1914. Il poursuivit ses études dans une bonne école, et se vit proposer la fonction de gérant d’une...

Siméon Kuissu : L´UPC a peut-être accompli sa mission historique
Depuis des années, l`Upc n`a plus les moyens de ses ambitions. Les différentes excroissances, dont certaines ont prétendu être les seules à détenir la légalité, ont montré leur incapacité, voire dans certains cas leur trahison....

15 Mars 1966 - 15 Mars 2008 : Remember Osende Afana
Il y a quarante ans, jour pour jour, le brillant économiste et le plus maoïste des upécistes était abattu dans les maquis du Deuxième front, non loin de la frontière du Cameroun avec le Congo....

Père Hebga: 80 ans en six étapes
Le père Hebga les raconte soi-même dans " La dialectique de la foi et de la raison ", un ouvrage collectif sous la direction d`Eboussi Boulaga....

Père Meinrad Hebga
Extraits d’une intervention du prélat dans le cadre du “Club de la presse” de La Nouvelle Expression....

Meinrad Hebga, Fabien Eboussi Boulaga, Engelbert Mveng … Au commencement du synode était le concile !
Beaucoup a été dit avant, pendant et après la visite du pape chez nous. Mais nulle part il n’a été question de l’historique même du synode africain qui vient de connaître sa conclusion à Yaoundé. Une conspiration du silence ?...

   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |  16 |  17 |  18 |  19 |  20 |  21 |  22 |  23 |  24 |  25 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks