Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


06.10.2006

Rires et larmes pour Eboa Lotin 

Une belle brochette d’artistes autour de Tom Yom’s ressuscitent Eboa Lotin ce vendredi soir à Douala.

Jamais artiste n’aura été autant controversé sur le continent africain. Emmanuel Eboa Lotin que les médias camerounais célèbrent depuis plus de trois semaines et dont le premier des deux spectacles a lieu ce vendredi soir, 7 octobre, au cinéma Le Wouri à Douala, était à la fois adulé et détesté. Adulé quand il nous sort des musiques qui prennent leur enracinement dans les modes et cultures de vie africains pour aller ensuite s’enrichir des influences latino américaines de la Salsa, du Jazz et de la Rhumba. Le résultat est souvent surprenant comme dans Elimb’a Dikalo. Avec un phrasé musical recherché, notamment dans des accords diminués qui en ont fait baver plus d’un interprète.

Tom Yom’s, l’un des nombreux fils spirituels de Eboa Lotin pouvait alors dire à juste titre que “ la musique de Eboa Lotin est aussi profonde que peut l’être un océan ”. Rien que ça. A l’inverse, les paroles de ses chansons, aussi sincères et profondes soient-elles, n’en étaient pas moins ressenties par une partie de la société au Cameroun, en Afrique et même dans le monde comme de véritables flèches empoisonnées. Les thématiques mêmes choisies n’étaient pas innocentes.

Un artiste paradoxal
Qu’il s’agisse des femmes dans Martine, cette femme que Eboa disait avoir courtisé pendant une bonne douzaine d’années avant qu’elle ne finisse par céder à ses sollicitations de Ngon’a Mulato, la sublime femme métissée qui a fait battre tout le temps le cœur du poète, de Stella dont l’artiste était éperdument amoureux. Ou bien des artistes dont Eboa Lotin considérait qu’ils exerçaient une profession hautement difficile, car trop exigeante. Ou encore de la religion qu’il stigmatisait comme un mal nécessaire même s’il appelait la jeunesse à fréquenter les églises et qu’il ne se séparait guère de sa bible. Celui qui se dénommait “ Petit travailleur du divin ” avait délibérément opté pour se moquer de lui-même comme de la société dans laquelle il vivait.
Bien des Camerounais et des Africains semblent l’avoir compris, tout en refusant de garder la rancœur. C’est pourquoi, l’auteur de Ja lè, reste malgré tout une étoile qui brille dans le cœur des millions Camerounais et d’Africains. L’hommage qui lui est rendu depuis la mi-septembre dans les divers médias nationaux et internationaux témoigne de l’intérêt que le quatrième pouvoir porte au devoir de mémoire. Peu importe finalement que Eboa Lotin ait été ou pas compris par ses contemporains. Ce qui compte le plus pour la famille du poète disparu il y 8 ans, le 6 octobre 1997, c’est que la mémoire de Emmanuel Eboa Lotin ne sombre jamais dans l’oubli.
Les manifestations organisées dans cette optique et qui s’ouvrent avec le spectacle de ce soir à 19 heures au Cinéma Le Wouri à Douala et se terminent pour cette deuxième édition d’hommage le 14 octobre au cinéma Abbia à Yaoundé, devraient aider à se souvenir du mélodiste. Entre les deux concerts le symposium organisé le 12 octobre au Centre culturel français devrait contribuer à mieux appréhender l’œuvre de ce poète bantou.


Par Jean-Célestin EDJANGUE



Rires et larmes pour Eboa Lotin ou hommage à un poète Bantou
07/10/2005
cameroon-tribune.net

Le premier des deux spectacles donnés en hommage à l’artiste disparu a lieu ce soir à Douala.

A l’occasion du deuxième hommage à Eboa Lotin, sous le thème " Rires et larmes pour Eboa Lotin ou hommage à un poète Bantou ", le comité d’organisation a organisé récemment une conférence de presse au Centre culturel français Blaise Cendrars de Douala. La manifestation avait pour but non seulement de parler des spectacles qui seront organisés en mémoire de l’artiste chanteur, mais aussi de permettre à l’artiste Tom Yom’s de parcourir la vie et la structure des textes de l’artiste disparu le 6 octobre 1997. Comme le précise Tom Yom’s, " il y a chez Eboa Lotin, dans sa façon de jouer de la guitare ou sa technique de chant, une alchimie extraordinaire ".

L’avis est presque unanimement partagé. Eboa Lotin fut un artiste profond, complet, un griot africain et un poète bantou. Un artiste qui a réussi à travailler son timbre vocal qui demeure jusqu’à présent une particularité dans l’univers des chanteurs. Son œuvre traversera le temps et ses messages, des générations entières. Ses notes affinées, son verbe à la limite du sarcasme et son rire tonitruant effacent en un seul temps la mélancolie de ses lamentations. Les mélomanes le ressentent par exemple dans des titres comme " Mbemb’a mot’a sawa " ou " Bessombè ", qui traduisent la dénonciation de la cupidité du peuple sawa, qui a accepté de brader ses terres aux populations d’ailleurs, pour finalement se retrouver sans domicile fixe…

En dehors de ces textes au ton quelque peu acerbe, Tom Yom’s reconnaît que cet artiste immortel respirait la joie de vivre. Il laisse derrière lui un héritage musical, choral et moral inépuisable. Avec des textes pleins de sens et des messages forts qui résisteront à l’épreuve du temps. Sur la fiche des deux spectacles prévus dans les villes de Douala et de Yaoundé le 7 et le 14 octobre prochains, on voit des noms des artistes comme Toms Yom’s, Dinaly, Bébé Manga, Annie Anzouer et Beko Sadey. Mais la presse s’est quand même étonnée que pour un mémorial de cette envergure, on n’ait pas donné la possibilité aux autres artistes de s’exprimer. Selon le comité d’organisation, c’est le manque de sponsor qui a fait défaut, les artistes sélectionnés donneront un spectacle gratuit.

Josy MAUGER
 

Source:  | Hits: 39813 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  The JENGU Cult
( | 14.11.2005 | 53235 hits  | 0 R)

  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 30636 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 35151 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 33220 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 31124 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 28852 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 28687 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 27686 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 27056 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 114018 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 44560 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 35266 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 31544 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 39762 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 41816 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 26215 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 25799 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 36693 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 33967 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 34702 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 38738 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 44294 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 33250 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 28696 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 30292 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 23847 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 41042 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 60325 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 28504 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 41638 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 32688 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 33290 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 30367 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 34446 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 31153 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 29752 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 32070 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 26474 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 26888 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 32050 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 29340 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 28580 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 27986 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 27143 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 26829 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 25953 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 25706 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 25305 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 34173 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 33269 hits  | 5 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks