Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
03.09.2005

Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa 

Artiste, le fils du poète disparu ne veut pas être comparé à son père.

Il n’a pas accompagné Tom Yom’s, Bébé Manga, Annie Anzouer et Dinaly qui ont élevé leurs voix pour rendre un hommage mémorable à feu Eboa Lotin au cinéma le Wouri à Douala le 7 octobre dernier. Au cinéma Abbia de Yaoundé, le 14 octobre 2005, ce n’est pas lui non plus qui était sous les feux de la rampe. Cependant, le fils aîné de Emmanuel Eboa Lotin, Henri Lottin n’est pas déçu. D’une voix enrouée, mais ferme, il confie : "Je ne suis pas encore prêt". Dans cette phrase, apparemment anodine, mais lourde de sens, Henri Lottin met tout ce qui a guidé ses actions avant et après le décès de son père.
Quand l’auteur de Bessombè, Mbemb’a mot’a sawa, Martine, Ekon, etc., qui faisait voyager ses notes aux extrémités du sarcasme agrémenté avec son légendaire rire tonitruant, décède le 6 octobre 1997, Henri n’a que 10 ans. Il rêvait de grandir auprès de ses parents. Le sort en a décidé autrement. Il devait se forger un nouveau destin.

D’abord celui d’être un homme. Puis, celui d’héritier du fils d’Eboa Lotin et du petit-fils du Révérend pasteur Adolf Lotin’a Samé. " Je vous avoue que ce n’est pas évident. Tom m’a demandé si je pouvais jouer avec eux, j’ai dit non ! Car une fois qu’on décline mon identité, les gens sont toujours prêt à faire des comparaison. Par principe d’ailleurs je ne joue aucune chanson d´Eboa Lotin. Je n’ai pas besoin des sarcasmes. Je dois diriger une famille de sept personnes et à 22 ans, c’est suffisamment absorbant ", confie Henri Lottin, dans la voix duquel on perçoit quelques pointes de rage.
Sûr qu’il a de la rage. Oui, mais celle de s’affirmer en tant qu’homme, pas comme le fils de tel. Bien qu’il dise sentir la pression de ce que les premiers noms de sa lignée ont apporté dans la musique camerounaise, il dit avec fermeté "vouloir devenir artiste-musicien". Ce qui fait de Henri Lottin un jeune homme au programme très serré. Il doit gérer les activités financières de la famille, suivre ses cours de 2ème année de sciences économiques à l’université de Douala et travailler ses instruments de musique : piano, basse et guitare sèche. Il a 40 h de cours de musique par semaine, auxquelles il ajoute 5h d’harmonie musicale, de technique de guitare et de chant.

Du haut de son mètre 90, Henri explique que "contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas mon père qui m’a amené à la musique, c’est Henri Dikongué à qui je veux d’ailleurs ressembler. Mes autres influences sont Richard Bona et Georges Benson". Pour le moment, il n’y a que sa famille, l’orchestre de l’université, l’Eglise, ses amis et quelques réguliers de cabarets qui profitent du magnifique jeu de guitare du fils d´Eboa Lotin, qui a plusieurs fois accompagné le feu Cyril Effala. Perfectionniste, il voudrait proposer autre chose pour se démarquer de son père. C’est dans cet esprit qu’il travaille depuis un an à la réalisation d’un album avec une amie qui sera uniquement composé de balades et de quelques airs de jazz. Le public devra encore attendre un moment, car les sonorités égrenées doivent d’abord donner satisfaction à Henri Lottin. Un trait de caractère qu’il tient d’Emmanuel Eboa Lotin : " Papa était très drôle, mais il avait horreur de la saleté et du désordre. Quand il composait, il nous envoyait chez notre mère pour avoir le calme, ou il se réfugiait dans un chalet au pied du Mont Cameroun. De cette période sortaient toujours de beaux textes et des mélodies mémorables. C’est cet amour et le respect pour le travail bien fait qu’il m’a communiqué". Même si Henri ne veut pas être comparé à son géniteur, il ne peut pas nous empêcher d’attendre fermement la sortie de son premier album.

Marion Obam
 

Source: Mutations | Hits: 25206 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Saviez-vous que BAKASSI, aujourd´hui occupé par les Nigérians signifie en Douala "ils ont accueili" ?
( | 17.07.2005 | 30999 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2002 sur les berges du Wouri
( | 15.07.2005 | 23203 hits  | 0 R)

  UNE ETUDE SUR LES PIROGUES DOUALA
( | 13.07.2005 | 25104 hits  | 1 R)

  Léopold Moume Etia n’est plus
( | 12.07.2005 | 26242 hits  | 0 R)

  CONTEXTE HISTORIQUE GÉNÉRAL DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE 1890-1960
( | 12.07.2005 | 25403 hits  | 0 R)

  SAWA TOURISME !
( | 11.07.2005 | 18749 hits  | 0 R)

  Masosomanambè” : Le calendrier qui déterre l’histoire des Sawa
( | 10.07.2005 | 36418 hits  | 4 R)

  Ngondo : Deux nouveaux hommes pour de nouveaux défis
( | 06.07.2005 | 25005 hits  | 0 R)

  Sam Mbende : le spectacle… contenu
( | 30.06.2005 | 20756 hits  | 0 R)

  Traité germano-duala : 120 années de controverse. Reflexions Kum-mouelle-nsame-ntone.
( | 18.06.2005 | 36331 hits  | 3 R)

  Dika Akwa III - Les Bonambela amorcent l’envol
( | 09.06.2005 | 29855 hits  | 2 R)

  Le Sacre d´un Roi: Dika Akwa III
( | 09.06.2005 | 27961 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : Les chemins de l’Union
( | 05.06.2005 | 19594 hits  | 0 R)

  Massao 2005 : On attend Coco Mbassi…
( | 06.05.2005 | 24060 hits  | 0 R)

  Le Mpooh
( | 01.05.2005 | 25612 hits  | 2 R)

  Recit du sacre du roi Dika Akwa III
( | 09.04.2005 | 24620 hits  | 0 R)

  André Nganguè : Un patriarche à l’antenne
( | 18.01.2005 | 28806 hits  | 0 R)

  Tradition: Le Ngondo dévoile son calendrier
( | 01.01.2005 | 19289 hits  | 0 R)

  Ngondo: Sous le vase sacré
( | 28.12.2004 | 19684 hits  | 0 R)

  Musique : Le bon jus de Coco
( | 06.12.2004 | 24234 hits  | 0 R)

  Miss Ngongo 20XX
( | 26.10.2004 | 24230 hits  | 0 R)

  Spectacle en vue :Coco Mbassi revient
( | 22.10.2004 | 23698 hits  | 0 R)

  Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée
( | 16.07.2004 | 31708 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 33653 hits  | 1 R)

  Africavenir: Un trésor culturel à Bonabéri
( | 17.01.2004 | 28982 hits  | 2 R)

  Grandeurs et travers du Ngondo.
( | 05.12.2003 | 19026 hits  | 0 R)

  ACTIVITES & PROGRAMME
( | 25.11.2003 | 21376 hits  | 0 R)

  LETTRE DU PRESIDENT DU NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 20948 hits  | 0 R)

  BILAN du NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 20757 hits  | 0 R)

  Ngondo : La délégation de Douala fait escale à Yaoundé.
( | 10.11.2003 | 20462 hits  | 0 R)

  African Cults: Sangoma & Nganga
( | 01.01.1970 | 52039 hits  | 0 R)

  Charismatique: René Douala Manga Bell
( | 01.01.1970 | 33405 hits  | 0 R)

  Les Sawa réclament le site où le Ngondo serait né
( | 01.01.1970 | 29331 hits  | 0 R)

  Dits et écrits de UM NYOBE
( | 01.01.1970 | 27715 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008: Message de Prospérité et de Fécondité
( | 01.01.1970 | 26833 hits  | 0 R)

  Pierre Valéry Lobé Békombo est allé rejoindre Doumbe Djengué
( | 01.01.1970 | 26674 hits  | 0 R)

  Programme NGONDO 2008
( | 01.01.1970 | 22353 hits  | 0 R)

  Haïti : Souffrance, chaos et dignité !
( | 01.01.1970 | 21659 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks