Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
28.01.2009

Organisation du tissu social traditionnel Bassa 

Beaucoup d’historiens et d’écrivains, pour la plupart de mauvaise foi, nous ont longtemps fait savoir que les peuples indigènes d’Afrique vivaient dans une totale anarchie et même dans un état nature. C’est soit. Mais ce que nous devons aujourd’hui savoir en vérité, c’est que tous ces gens n’ont pas rapporté l’histoire de nos peuples, mais ils l’ont plutôt fait. Ce qu’ils ont rapporté n’a rien de la vérité et révèle toute l’ignorance malheureuse que les uns et les autres ont fait montre de la connaissance de notre société.

L’enseignement initiatique du Mbog bassa transmis aux dévots nous révèle une vérité qui doit aujourd’hui sidérer les uns et les autres et nous amener au constat du caractère étriqué de l’émancipation des peuples indigènes et, principalement, du nôtre. Cet enseignement que je vais essayer de donner ici tout en m’efforçant de conserver intact le secret de l’instruction que j’ai reçue des nobles patriarches, en l’occurrence du feu Mbombog Mayi ma Matip ma Ndômbôl qui de son vivant ne savait pas alors qu’en parlant trop souvent à côté de moi sans vraiment m’adresser directement la parole, il transmettait ainsi à la postérité un enseignement des plus chers dont je suis aujourd’hui dépositaire de manières ou d’autres, et qui autrefois réveilla en moi la flamme inextinguible de la quête des reliques de mon feu arrière grand père Kooh Baa Bayock lui-même détenteur de UM et dernier grand patriarche du clan des NDÔGTINDI du Nyong et Kéllé.

La société traditionnelle antique Bassa était, comme toutes les sociétés humaines du monde, structurée sur la base d’une nomenclature qui n’envie en rien les sociétés humaines démocratiques de l’heure. C’est-à-dire qu’à tous les niveaux de son organisation il n’était nullement question de monarchie même si le pouvoir était toujours remis entre les mains d’un individu qui n’en faisait usage qu’après consultation de différents collèges. Ainsi nous avons une première configuration tridimensionnelle qui situait au sommet de toutes les autres couches de la population un collège qui régnait en se fondant sur les principes et de lois de la nature ainsi qui de l’Être suprême. Après ce premier collège dirigeant, il y avant la classe des cadres ou des intermédiaires, ceux qui servaient de lien avec entre le premier et la masse qui ne diffère elle aussi en rien toutes les masses de toutes les sociétés humaines. Le collège suprême se scindait en plusieurs fragments qui étaient des congrégations pastorales et des castes chargés de légiférer, de codifier, d’instruire et d’exécuter en conformité et avec les lois de la nature, et avec les lois purement humaines.

C’est le monde des devins, des dieux, des patriarches et des généraux opérationnels qui avait à son plus haut sommet les Ba Mbombog (autrement ceux qui sondent la nature et l’univers).

Le terme Mbombog est loin de signifier les seuls vieillards aux pagnes et aux reliques qui assumaient aussi le rôle des chefs des clans. En fait, celui-ci a fini avec le temps d’englober toutes les personnalités qui faisaient preuve d’une certaine dignité ou qui étaient détentrices d’un quelconque pouvoir divin. Cependant il ne faut surtout pas aller croire que notre vocabulaire a ainsi manqué cruellement de trouver des termes appropriés pour chaque personnage de notre société. Chacun avait un nom, de même d’ailleurs que le collège ou la congrégation à laquelle on appartenait.

Le collège suprême bassa comptait donc les principaux castes suivants ;

-(les) Ba Mbombog (hommes-panthères et législateurs)

-(Les) Ba U Um (hommes-serpents d’eau et justiciers)

-(les) Mingéé (hommes-léopards et exécutants)

-(les) Nje- njel (les facteurs)

Il existe d’autres castes telles que KOO (cercle des femmes initiées), NGAMBI (les devins), NJEK, MBAK, etc.

De tous ces cercles, les premiers étaient les chefs des clans et assumaient le pouvoir exécutif. Ils veillaient à l’application des lois et à la concorde du peuple. Ils étaient les modèles de la sagesse, de la paix et du progrès de la société dont ils avaient la garde et le contrôle. C’est le cercle légendaire MBOG (univers).

Quant aux seconds, c’était l’assemblée discrète, très peu connue du grand public. Celle-ci ne traitait qu’avec les premiers et n’intervenait d’ailleurs que sur sa convocation. Elle était en fait la véritable détentrice du pouvoir et du contrôle du clan et de la tribu. Elle était plus puissante en nature, car étant le seul groupe d’élite qui avait la parfaite maîtrise de la connaissance des lois de la nature et de Dieu. C’est lui qui instruisait tous les autres y compris les Ba Mbombog. C’est le très mystérieux et puissant cercle UM qui dans l’ombre faisait la gloire des autres sur lesquels il régnait.

Le dernier de grands cercles est celui des Mingé. Autrement le cercle des Ngé. Ngé en bassa indique le fantôme. Nous pouvons donc conclure aisément que c’est à ce cercle que les Ba U UM ont transmis le pouvoir de la manipulation des esprits et de l’être humain sur lesquels il agissait avec une dextérité hors pair à la demande bien entendu des Ba Mbombog.

Nous avons aussi cité les Nje-njel sans pour autant penser que ma liste en est exhaustive. Les différents cercles traditionnels et initiatiques bassa sont légion et aussi spécifiques les uns et les autres. C’est le cas des Nje-njel qui signifie facteurs. C’était des chargés de transmission des courriers et de la diffusion de l’information. Ils pouvaient être des grands manipulateurs des instruments de musique tels que le tamtam, le tambour ou encore le xylophone (nkén), comme ils pouvaient autant posséder le secret jamais révélé de pouvoir former des nœuds sur les herbes afin de pouvoir transmettre leurs messages lorsqu’ils ne communiquaient pas plutôt avec des animaux tels que le perroquet, le chat, etc pour y arriver.

Chaque membre de chacun des collèges agissait dans son domaine et sa circonscription et ne les surpassait pas, sauf en cas d’une sollicitation d’un collège d’ailleurs. Une phrase initiatique l’explicite si bien : U KENEG i KODA HIE I SON MUT U KENA MAN NYUU (en allant attiser le feu sur la tombe de quelqu’un, il faut y emmener l’orphelin). Autrement dit pour intervenir dans la circonscription ou la localité de quelqu’un d’autre il faut être cautionné par un des autochtones. C’est dire que le bassa avait donc un immense respect du droit de disposer librement de chacun. Il ne pouvait en aucun cas intervenir dans les affaires d’autrui s’il n’y avait pas été convié au préalable par les concernés.

Ecrit par Bogart Kend,
http://www.litenlibassa.com/
 

Source:  | Hits: 24254 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 17542 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 19512 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 20207 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 17774 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 15894 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 15653 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 14876 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 14754 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 88736 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 27478 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 21298 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 18021 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 24498 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 26094 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 14081 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 14033 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 20530 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 19021 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 19682 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 23840 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 26828 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 19902 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 15840 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 17254 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 13518 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 26255 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 43900 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 15940 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 26908 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 18768 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 18845 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 17117 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 21899 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 19675 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 17264 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 17415 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 14477 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 14847 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 17914 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 17395 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 15849 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 15355 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 15164 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 14887 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 14516 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 14512 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 13537 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 21292 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 20686 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 19597 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks