Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
28.09.2005

Au temps où Sawa rimait avec Bolo 

Que représente la pirogue dans la vie quotidenne d´un Sawa ? Tout un symbole. Il a fallu que l´Africain embrasse le mode de vie occidental pour que la pirogue perde ses lettres de noblesse, ses vertus et vocation. Dire donc de la pirogue, qu´elle réglait l´existence de l´homme de la côte serait un doux euphémisme, dès lors qu´elle accomplissait des tâches autant vitales que secondaires.
De manière exhaustive, les utilisations de la pirogue sont de trois ordres:
- Moyen de locomotion, de divers déplacements des populations côtières.
- Outil de travail dans l´activité principale de la pêche, transport des denrées et des voyageurs.
- Source de joie, dans le sens sportif, pour ce qui est des courses de pirogues


PECHEURS, PEUPLE DES EAUX


Ce n´est pas un hasard si ces peuples ont choisi d´habiter au bord de l´eau ; question de prédilection pour l´élément aquatique. Cela requiert une adaptation à l´environnement, et la maîtrise des phénomènes marrins. Sachant aussi que les fleuves et les océans regorgent de richesses, il faut desmoyens matériels importants, dont le plus connu est la pirogue, pour y exercer une activité lucrative.

Il existe plusieurs modèle d´embarcations, selon le type d´activité. Ce qu´on designe par « nianda bolo », une petite pirogue en somme, est utilisé dans la pêche pour les fleuves et rivières. Les grandes pirogues ou « bolo ba kanjo » qui fréquentent le « tubè » ou haute mer, sont capables d´affronter de grosses vagues. Si un seul homme suffit pour un « nianda », il faut un minimum de cinq personnes pour mener à bien toutes les tâches à accomplir dans un « kanjo ». Surtout dans la perspective de manipuler un filet trempé de cent à deux cent mètres de profondeur. A plus forte raison en cas de prises miraculeuses des espèces capturées en rappport, bien entendu, avec les dimmensions des mailles !
Si, par ailleurs, le pêcheur « d´eau douce » rentre au village après un journée de dur labeur, les intrépides pêcheurs du large partent pour trois à six mois. Ayant opté pour une zone de pêche déterminée, ils ont généralement la possibilité de louer un hutte dans un campement de pêche ou »kombo ». Souvent aussi, ils construisent leur abri eux-mêmes, pour le couchage et le séchage du poisson.

L´expédition à son terme, les pêcheurs plient bagage et prennent le chemin des grands marchés disséminés sur le littoral ou à l´intérieur, accessibles par les rivières et les fleuves. A moins qu´un négociant, sur place n´achète tout le produit, en espèce (argent) ou par troc.
Ensuite, les pêcheurs effectuent le partage. Celui-ci se fait de manière très particulière, dans la tradition de chez nous : deux part reviennent à la pirogue, deux également au filet. Les hommes à titre individuel recoivent une part chacun. Si donc, comme c´est souvent le cas, le propriétaire de la pirogue et du filet participe à toute activité, il rafle cinq part dans ce partage léonin. Il peut arriver qu´on soit, ou propriétaire de la pirogue, ou du filet ou encore des deux.
Comme dans tous les domaines de l´activité professionnelle, il y a des gens qui se sont taillés une bonne réputation dans la pêche au large. Chacune de leur sortie est couronnée par des gains faramineux. C´est la raison pour laquelle certains grands pêcheurs ont endossé l´étiquette peu flatteuse de sorcier, parce que leur corréligionnaires les soupconnent ou détiennent la preuve qu´ils n´entreprennent pas une expédition en haute mer les « mains vides », de l´expression consacrée : afin qu´ils soient les meilleurs, ils frequentent les sorciers réputés qui « travaillent » et la pirogue, et le filet et il va de soi, l´intéressé lui-même. Quoi de surprenant , quand on sait que nous faisons plus confiance à nos « écorces » qu ´à Dieu ! Il est tout aussi dangeureux de mettre en exercice des pratiques qui, quand bien même elles ont existé, ne constituaient qu´un phénomène marginal. En général, les pêcheurs s´en remmettaient à Dieu ou faisaient tout simplement confiance à leur étoile ou encore leur savoir faire…

Egalement outil de communication privilégié, tous les déplacements étaient accomplis, il y a encore un demi-siècle, à l´aide de la pirogue. Il n´étais pas rare de croiser dans nos fleuves des pirogues de transport des voyageurs – voyages d´affaires ou d´agréments, migrations en tout genre, la pirogue établissait les relations et les communications entre les hommes et les villages plantés cà et là le long des cours d´eau. D´autres pirogues étient spécialiées dans le transport des denrées et le commerce ambulant et saisonnier. Ce n´est pas d´hier, par exemple, que les Sawa ont noué des relations commerciales avec l´île de Fernando-Po, avec le Nigéria, entre autres.
Toutefois, nous avons beau chanter les louanges des eaux, d´aucuns ont payé cher sa fréquentation. C´est assurément le lieu ici de rendre hommage à tous ceux qui ont disparu ou péri dans nos eaux, si tel est le tribu qu´il faut payer pour jouir de la manne aquatique.


LA PIROGUE ETERNELLE


La technique de fabrication de la pirogue n´a pas évoluée à travers les âges chez nous. Les seuls options n´ont été que le moteur hors-bord, la voile ; des propulsions d´apport occidental…

Il y a des essences spécialisées dans nos forêts qui servent à la fabrication des pirogues. Le « muengé » chez les Malimba, par exemple est un bois dur très prisé. On abat un arbre à la hache puis on débarasse le tronc de toutes les branches. L´artisan ou le commanditaire reteinnent ensuite la longueur à tranformer selon le type de pirogue souhaité. Les dimensions dépendent de l´utilisation que l´on veut en faire. On n´a pas besoin d´un grand arsenal pour fabriquer une pirogue : la machette et une petite hache spéciale suffisent pour creuser le bois. Ensuite l´artisan retourne le tronc sous lequel il allume un feu, pour augmenter la profondeur, en même temps qu´il donne une forme adéquate à son embarcation. Après la finition extérieure, il retourne à nouveau la pirogue et s´attaque à son esthétique intérieur. Pendant l´opération de poncage, il place des gabarits de traverses, afin de donner une largeur égale à sa pirogue…Le temps que le bois devienne rigide, il installe les « mbenjou » ou traverses en guise de banquettes.
Société pas trop hiérarchisée, le travail de la fabrication de la pirogue n´est pas l´apanage de quelque catégorie sociale que ce soit. Non ! il n´est pas besoin d´être un initié en la matière…Il s´agit d´un art qui fait appel au talent et à l´acharnement de tout individu qui en fait son gagne-pain. Quant à l´accès à cette propriété qu´on peut comparer – toutes choses relatives par ailleurs – à une automobile aujourd´hui, il suffisait d´être matériellement aisé ou un dur à la tâche. Autant de critères qui , eux, sont immuables, même si la pirogue a pris un sacré coup de vieux, tout au moins dans les grands ensembles urbains. En revanche, dans les villages où la « civilisation » n´a pas ébranlé les habitudes ancestrales, la symboliques persiste : les traditions ont la vie dure, et comment !

Manu Djemba
Avec la collaboration de Mobezert


ETUDE SUR LES PIROGUES SAWA

 

Source:  | Hits: 19066 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 20920 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 18549 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 18423 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 18509 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 21123 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 17732 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 21155 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 18427 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 17501 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 22357 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 20267 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 17930 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 26124 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 23496 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 16464 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 26489 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 23489 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 25415 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 19821 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 28852 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 32970 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 31653 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 19703 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 19525 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 26184 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 24677 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 23744 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 38129 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 31831 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 34983 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 19818 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 42630 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 38093 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 27170 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 26853 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 26413 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 25907 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 25077 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 24917 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 24831 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 24591 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 16404 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 26610 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 32158 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 20887 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 19744 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 27250 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 22838 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 14560 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 18036 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks