Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
14.04.2006

Les MALIMBA et la réligion chrétienne 

Les premiers missionnaires occidentaux arrivèrent à MALIMBA en 1841.
Les protestants s´installèrent à Mulimba Mbenje et à Mulimba Jedu et les catholiques à Molongo.

Les difficultés de l´environnement, innondations entre autres en saison des pluies entraînèrent leur départ. Les catholiques remontèrent la Sana ga pour s´implanter à MARIENBERG où ils construisirent la première chapelle du Cameroun ; Les protestants quant à eux se fondèrent à LOBETAL le long de la sanaga et à DOUALA le long du WOURI.

Les MALIMBA se convertirent aux religions monthéistes [CENSURE]
On peut citer les plus célèbres parmi eux :
Le pasteur Martin ITONDO co-traducteur de la bible en langue Duala. Il lanca les travaux de contrucrion du temple NJO-NJO de Douala.
Le Pasteur Paul JOCKY premier président des Eglises Evangeliques du Cameroun (E.E.C)
Les Pasteurs Gustave ESSOMBE, DIBOUE, Maurice EWOUDOU PACKA et Charles MOUTYMBO, de la Mission Protestante Américaine (MPA) qui donnera naissance à l´Eglise Presbytérienne Camerounaise (EPC). Ils ont évangelisé et connu un grand rayonnement en pays Bassa et Boulou.
L´abbé ESOOMBE ancien curé de la paroisse St Gérard de Deido.

Les évangelistes

- NDOUMBE BETOTE Pierre (catéchiste catholique)
- MONGO EPONGO (catéchiste catholique)
- KOFFI IBOHN (catéchiste catholique)
- ESSOMBE MPESSA (catéchiste catholique)
- LONDO EPOLO (catéchiste catholique)
- NGOUYE (évangeliste)
- MOUKOKO A MASSIN Thomas (évangeliste)
- PIPA NJUMA (évangeliste)
- Philip SEPPO MOUKOKO (1920-1999), éducateur et laic engagé de la réligion Chrétienne Protestante ; Traducteur de plus de quarante cantiques en langue Bassa à partir du Duala et du Boulou. Il conut un incontestable rayonnement en pays Malimba, Douala, Boulou et au delà. Il fut responsable dans les organes dirigeantes de l´EPC de 1964 à 1980. Il est aussi avec EKAM BOJONDE Rodolphe, l´illustre compositeur de l´hymne de la Sanaga.



Source: [MALIMBA: Le Peuple et son Histoire]

Auteurs:Marcelin NDOUMBE & Christophe BEKOE



--------------------------------------------
Rectificatif
Veillez consulter le livre du centenaire de l´Eglise catholique au Cameroun. Vous verrez que lorsque les missionnaires catholiques débarquèrent au Cameroun ils sont d`abord arrivés à Douala mais les protestants étant là depuis près de 45 ans affichèrent une mauvaise image de nouveaux venus.
Ainsi donc les catholiques avec l`aide des fonctionnaire allemands remontèrent la Sanaga jusqu`à Mariemberg et fut accueilli par le Chef Toko Ngango des Bakoko.

En passant SAINT GERARD c`est l´Ecole crée par l`abbé Félix Essombe. Il a plutot été curé de la paroisse saint JEAN DE DEIDO.
Qu`il repose en paix.

Merci

De: Mbedi Ebongue Hugue

---------------------------------------------------------------------------
L’ère missionnaire pallottine 1890-1915
La création de la première école catholique à Marienberg

Lorsque les Pères pallottins arrivent à Douala dans la nuit du 24 au 25 octobre 1890, ils sont accueillis par une malveillance qui ne cherche pas à se dissimuler. Cette malveillance se manifeste à tous les niveaux. Le gouverneur allemand Von PUTTKAMER ne veut pas voir les Pallottins s’installer à Douala qu’il considère comme zone confessionnelle protestante. Les missionnaires protestants de la Mission de Bâles, d’obédience suisse allemande ne souffrent pas de voir leurs homologues catholiques prendre pied dans cette ville où ils exerçaient jusqu’alors sans partage.

Pour empêcher tout contact entre les missionnaires catholiques et les indigènes, les Pasteurs protestants font savoir aux autochtones que les nouveaux venus qui s’habillent comme des femmes parce qu’ils portent des soutanes semblables aux robes des femmes diminuent la fécondité chez tous ceux qui les approchent. Il n’en fallait pas plus pour que les indigènes évitent les nouveaux missionnaires comme la peste. C’est alors que grâce au concours moral et matériel du célèbre commerçant Édouard WOERMANN basé à Douala, les missionnaires catholiques décident de se rendre à Édéa pour commencer leur apostolat.

Des difficultés de voyage et l’hostilité des populations d’Édéa manipulées par les Protestants vont amener les Pères à s’établir sur un petit site de colline que va leur accorder le Chef TOKO NGANGO d’Elok NGANGO. C’est ce petit site de colline qui prendra le nom de Marienberg, c’est-à-dire colline de Marie. Le 8 décembre 1890, cette première mission du Cameroun est consacrée à Marie Reine des Apôtres. Du coup, toute l’Eglise du Christ qui venait de naître au Cameroun fut placée sous la protection et le patronage de la Sainte- Vierge Marie. Les missionnaires pallottins se montrèrent très tôt soucieux de l’éducation des jeunes et pour cause. C’est la jeunesse qui allait fonder l’Eglise de demain. Ces jeunes devaient constituer le ferment de l’évangélisation du pays. Or qui dit évangélisation, dit pro- grès et évolution des peuples. La jeunesse chrétienne camerounaise, de l’avis des Pallottins était donc l’espoir sur le- quel reposait le progrès de notre pays. C’est ainsi que dès l’année 1891, les missionnaires mirent en place à Marienberg une première école. Mais les parents n’étaient pas disposés à laisser leurs enfants aller acquérir l’instruction au sein de cette nouvelle institution, car si à la côte, il était reproché aux missionnaires de menacer la fécondité des autochtones, à Marienberg, les populations s’inquiétaient du fait que les Pères et les Frères ne voulaient pas se marier ou tout au moins vivre avec des femmes.

Dès lors, on se posait la question de savoir si les missionnaires n’allaient pas inculquer ces habitudes aux jeunes élèves appelés à suivre leur formation à l’école de la mission. Le Père VIETER, Préfet Apostolique et Chef de la délégation de cette première équipe de missionnaires eut de nombreux entretiens avec le Chef TOKO NGANGO, qui à la fin accepta de confier deux de ses propres enfants aux missionnaires. André et Jacques de- vinrent ainsi les premiers élèves de la première école catholique du Cameroun. L’exemple ayant été donné par le chef lui-même, les autres parents con- sentirent à laisser leurs enfants venir à l’école. C’est ainsi qu’en octobre 1891, l’école de Marienberg enregistra quarante inscriptions d’élèves venant aussi bien des environs que des contrées assez éloignées de la mission. Le Père WALTER était chargé de la catéchèse et le Frère KLOSTERNECHT de l’instruction générale.

A cette petite équipe d’enseignants se joindra quelque temps après André MBANGUE qui fut non seulement le premier catholique Camerounais, mais aussi le premier moniteur et le premier catéchiste indigène du Cameroun. Les résultats obtenus dans cette école furent excellents et très encourageants. La plu- part des jeunes scolarisés ici devinrent apôtres auprès de leurs propres frères, si bien que les Pallottins adoptèrent une politique qui consistait à faire précéder la création d’une nouvelle mission par celle d’une école ou à défaut, à faire suivre la création d’une mission par celle d’une école dans là très brèves échéances. Des cas de rivalité furent enregistrés dans certaines localités. Chez les Ngumba par exemple, SAMBA fils du notable APIANG, après sa formation à Kribi fit créer deux écoles en 1899 et 1905 dans le village des Biwombo, village de sa belle-famille, avant de mourir en 1906. Son héritage fut âprement discuté après sa mort, par les natifs de son propre village de Ngovayang et ceux de Biwombo. C’est à Ngovayang que s’établira la mission en 1909. L’école suivra.

Certaines écoles rayonnèrent au-delà du périmètre des missions où elles étaient basées. Ce fut notamment le cas de Kribi qui attira de nombreux jeunes Beti. Le futur Chef Supérieur des Ewondo et des Bene, Charles ATANGANA fut baptisé à Kribi le 31 octobre 1897, les Archives lui donnent l’âge de 14 ans au moment de son baptême. C’est toujours à l’école de Kribi qu’il sera éduqué avant son retour à Yaoundé où il deviendra un agent actif de l’expansion du christianisme chez les Beti. En somme l’école a été pour les Pallottins la toile de fond de l’évangélisation du Cameroun.

Source:mahuzier.ifrance.com/mahuzier/cam-hist.htm
 

Source:  | Hits: 34235 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(1)

PLUS DE NOUVELLES


  Saviez-vous que BAKASSI, aujourd´hui occupé par les Nigérians signifie en Douala "ils ont accueili" ?
( | 17.07.2005 | 26664 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2002 sur les berges du Wouri
( | 15.07.2005 | 19438 hits  | 0 R)

  UNE ETUDE SUR LES PIROGUES DOUALA
( | 13.07.2005 | 21784 hits  | 1 R)

  Léopold Moume Etia n’est plus
( | 12.07.2005 | 22298 hits  | 0 R)

  CONTEXTE HISTORIQUE GÉNÉRAL DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE 1890-1960
( | 12.07.2005 | 22088 hits  | 0 R)

  SAWA TOURISME !
( | 11.07.2005 | 15694 hits  | 0 R)

  Masosomanambè” : Le calendrier qui déterre l’histoire des Sawa
( | 10.07.2005 | 32009 hits  | 4 R)

  Ngondo : Deux nouveaux hommes pour de nouveaux défis
( | 06.07.2005 | 21210 hits  | 0 R)

  Sam Mbende : le spectacle… contenu
( | 30.06.2005 | 17822 hits  | 0 R)

  Traité germano-duala : 120 années de controverse. Reflexions Kum-mouelle-nsame-ntone.
( | 18.06.2005 | 32856 hits  | 3 R)

  Dika Akwa III - Les Bonambela amorcent l’envol
( | 09.06.2005 | 26027 hits  | 2 R)

  Le Sacre d´un Roi: Dika Akwa III
( | 09.06.2005 | 24006 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : Les chemins de l’Union
( | 05.06.2005 | 16407 hits  | 0 R)

  Massao 2005 : On attend Coco Mbassi…
( | 06.05.2005 | 20375 hits  | 0 R)

  Le Mpooh
( | 01.05.2005 | 21960 hits  | 2 R)

  Recit du sacre du roi Dika Akwa III
( | 09.04.2005 | 20856 hits  | 0 R)

  André Nganguè : Un patriarche à l’antenne
( | 18.01.2005 | 24747 hits  | 0 R)

  Tradition: Le Ngondo dévoile son calendrier
( | 01.01.2005 | 16158 hits  | 0 R)

  Ngondo: Sous le vase sacré
( | 28.12.2004 | 16575 hits  | 0 R)

  Musique : Le bon jus de Coco
( | 06.12.2004 | 20565 hits  | 0 R)

  Miss Ngongo 20XX
( | 26.10.2004 | 20892 hits  | 0 R)

  Spectacle en vue :Coco Mbassi revient
( | 22.10.2004 | 20007 hits  | 0 R)

  Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée
( | 16.07.2004 | 27386 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 29580 hits  | 1 R)

  Africavenir: Un trésor culturel à Bonabéri
( | 17.01.2004 | 25449 hits  | 2 R)

  Grandeurs et travers du Ngondo.
( | 05.12.2003 | 15987 hits  | 0 R)

  ACTIVITES & PROGRAMME
( | 25.11.2003 | 18179 hits  | 0 R)

  LETTRE DU PRESIDENT DU NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 17684 hits  | 0 R)

  BILAN du NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 17581 hits  | 0 R)

  Ngondo : La délégation de Douala fait escale à Yaoundé.
( | 10.11.2003 | 17352 hits  | 0 R)

  African Cults: Sangoma & Nganga
( | 01.01.1970 | 47280 hits  | 0 R)

  Charismatique: René Douala Manga Bell
( | 01.01.1970 | 29131 hits  | 0 R)

  Les Sawa réclament le site où le Ngondo serait né
( | 01.01.1970 | 25171 hits  | 0 R)

  Dits et écrits de UM NYOBE
( | 01.01.1970 | 24028 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008: Message de Prospérité et de Fécondité
( | 01.01.1970 | 23171 hits  | 0 R)

  Pierre Valéry Lobé Békombo est allé rejoindre Doumbe Djengué
( | 01.01.1970 | 22790 hits  | 0 R)

  Programme NGONDO 2008
( | 01.01.1970 | 19228 hits  | 0 R)

  Haïti : Souffrance, chaos et dignité !
( | 01.01.1970 | 17966 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks