Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
11.06.2006

Jardin secret: Géo Masso, chanteur 

Le 04 Juin 2004
© Josy MAUGER, Cameroon Tribune

A cinquante ans passés, il continue de jouer de son charme. C’est sans doute pourquoi il ouvre sans réticence son jardin secret.



Le public vous connaît surtout à travers vos chansons. Qui êtes-vous réellement?

Mon nom est Masso Mpessa Geoffroy William. Je suis né ici à Douala à l’hôpital Laquintinie le 4 août 1951. Je suis originaire de Bonabéri où se trouve mon village.

Vous avez passé toute votre enfance à Douala ?


Oui. Je suis né dans une famille de cinq enfants, deux garçons, trois filles. Dans ma jeunesse, j’étais un garçon très timide, cela inquiétait mes parents. En faisant de la musique, j’ai changé, mais j’ai toujours ce côté timide qui persiste chez moi. J’essaie de faire avec.

Qui étaient vos parents?

Mon père est mort il y a 10 ans. C’était quelqu’un de sage qui voulait que ses enfants réussissent et soient heureux. Par exemple, il aurait voulu que je devienne comptable comme lui. Nous avons vécu une enfance heureuse du côté de Bonabéri. Là-bas, à l’époque, les gens nous assimilaient à des enfants de Blancs. Nous avions un niveau de vie élevé, c’était merveilleux. Ma mère était timide, le genre de femme soumise comme on en voyait à cette époque. C’est dommage qu’elle soit partie. Je crois que c’est d’elle que je tiens cette timidité.

Vous parlez de timidité, et pourtant les gens ici vous trouvent assez alerte…

Je ne le pense pas, je suis plutôt craintif. Je ne suis pas difficile comme je l’ai entendu dire maintes fois, mais il faut m’approcher pour me connaître. C’est vrai que je ne vois pas beaucoup de gens, mais je suis assez facile à vivre.

Vous êtes apparemment très occupé ?

J’ai un chantier à surveiller, un hôtel que je suis en train de construire chez moi à Bonabéri. Je sors et je travaille beaucoup.

Trouvez-vous du temps pour votre famille?

J’essaie d’être avec mes enfants quand je le peux, je les aime beaucoup. Mais je me rends compte que je perds beaucoup de choses. Le fait de ne pas souvent être chez moi me pénalise. Je m’efforce de donner à mes enfants l’éducation que j’ai moi-même reçue de mes parents. C’est ce qui les aidera à rester sur le droit chemin. J’ai douze enfants. Les trois premières sont en
France, je l’ai ai eues avec ma première femme. Avec ma deuxième épouse, j’ai sept enfants. Ma troisième épouse m’en a donné deux. Vous savez, je suis chef de famille et tout bon chef doit avoir beaucoup d’enfants.

Vous êtes donc polygame?

Oui, mais je vis avec deux femmes, la première est partie.

Pour quelles raisons?

Dans un ménage, il y a toujours des problèmes. C’est une union qui était vouée à l’échec. Je ne peux en dire plus. On s’est connu à Paris
, en 1975. Nous étions étudiants, nous nous sommes mariés cette année-là. Et l’année qui suivait, j’ai eu ma première fille.

Quel est votre trait de caractère que vous déplorez le plus ?

Je suis très négligent, je l’ai toujours été. Je remets toujours tout à demain, j’essaie de lutter contre ce défaut qui fait que je ne prends jamais les choses au sérieux.


Même la musique?


(Rires) Je fais de la musique depuis le bas âge. Ma mère chantait dans des chorales et mon père à ses heures de joie écoutait beaucoup la musique. Le virus m’a véritablement piqué au CETIC d’Edéa où j’étudiais. Il y avait un orchestre dans ce collège et nous interprétions beaucoup de chansons. Lors des bals de fin d’année scolaire et les concerts. Je me souviens que lorsque je rentrais à Bonabéri pour les congés, j´allais adresser les Black Styl à Oryx bar. Toto Guillaume, Nkotti François, Emile Kangué y jouaient. A chaque fois que j’essayais de chanter, ce n’était toujours pas très bon, mais je m’efforçais.

Et comment avez-vous percé?

Après Edéa, j’ai été en stage à EDC, ancienne Sonel. Bien après, je suis allé en France
. J’ai rencontré beaucoup d’amis qui faisaient de la musique je les ai suivis. Un jour, Toto Guillaume arrive chez moi et me parle de ce que nous faisions à Bonabéri. A chaque fois qu´on se retrouvait, il ressassait ces souvenirs. A l’époque, je travaillais et continuais à chanter chez moi. Il m’a dit un jour ; " Toi, tu chantes chez toi, pourquoi ne pas sortir un album ? "

Et c’est comme cela que vous vous embarquez dans la musique…

Oui, je n’en parle pas à mon épouse, puisqu’elle ne voulait pas en entendre parler.
Comme tous les vendredis, elle savait que je devais m’éclater, elle me laissait tranquille. Et c’est ces jours de la semaine que j’entrais en studio à son insu bien sûr et c’est finalement ainsi que je sors mon premier album. Je ramène la cassette à la maison toujours sans souffler mot à ma femme. Je mets la cassette, elle me demande si ce n’est pas par hasard moi qui chante. J’avoue, elle apprécie. C’est comme cela qu’elle commence à aimer ma musique. C’était en 1983. Mon thème favori, c’est la femme.

Quel sort a connu votre premier album?

Oui, mon premier album était un 45 tours qui a très bien marché. C’est cet album qui m’a fait connaître. C’est vrai que je ne voulais pas faire une carrière musicale, faire de la musique un métier. Mais comme ce coup d’essai a marché, j’ai aimé. Je suis resté six ans sans rien faire. Les amis m’ont encouragé à sortir un nouvel album. Je suis entré en studio, j’ai sorti " Lolita" qui a encore fait boum. A cette époque, je travaillais dans une société qui, au bout d’un an, a fermé ses portes. Je me suis alors demandé si je devais rentrer en France ou rester au pays. Finalement, je suis resté à cause de mon père qui était vieillissant. Bien après, j’ai sorti un autre album.
Il a beaucoup plu au public mais la promotion n’était pas suffisante.

En dehors de la musique, avez-vous une autre passion?

Oui, le football. Je jouais beaucoup, mais je n’ai pas intégré un club. J’aurais voulu faire carrière.

Vous êtes toujours élégant.

Je m’efforce toujours de ne pas décevoir mes fans. Il ne faut pas avoir beaucoup d’argent pour être propre ou pour bien s’habiller. Je suis bien conservé. Aux Etats-Unis, les artistes se font faire des liftings pour rester jeunes. Les gens aiment les voir ainsi. Si un de tes fans te voit négligé, je crois qu’il n’aura plus de l’estime pour toi.
Quand on est une vedette, on doit garder sa jeunesse.

Quelles relations avez-vous avec vos fans ?

Ce qui me choque surtout c’est que les artistes ne peuvent pas passer inaperçu. Parfois c’est un jaloux qui te lance un mot méchant. D’ailleurs, j’évite d’aller dans certains endroits pour que les gens ne me disent pas n’importe quoi. Certains aiment la musique, mais pas l’artiste. J’avoue que parfois, j’aimerais passer inaperçu. Heureusement la majorité des gens sont gentils et je le leur rends bien.

Etês-vous pour la polygamie ?


Non, je ne crois pas. Mais mon père l’était. Il avait cinq femmes. Pour moi, c’est arrivé sans que je le
veuille vraiment. Vous savez, ce n’est pas facile, c’est la pire des choses. Un polygame n’est jamais tranquille, je me demandais souvent dans quel merdier je m’étais enfoncé.

Quelle qualité appréciez-vous chez une femme?

La douceur, le calme. Pour moi, ma femme doit être ouverte et fidèle.

Parce que vous-même vous l’êtes?

(Grand éclat de rire) Je m’efforce de l’être.

 

Source:  | Hits: 16629 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 20379 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 18105 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 17954 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 18059 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 20605 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 17285 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 20678 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 17994 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 17046 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 21846 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 19812 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 17423 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 25584 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 22951 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 16038 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 25931 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 22994 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 24766 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 19295 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 28237 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 32457 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 30950 hits  | 2 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 19024 hits  | 0 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 18994 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 25577 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 24068 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 23147 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 37419 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 31140 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 34285 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 19383 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 41869 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 37345 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 26510 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 26170 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 25794 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 25294 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 24423 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 24285 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 24176 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 23976 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 15974 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 25858 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 31432 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 20470 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 19200 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 26636 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 22291 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 14144 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 17596 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks