Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
11.11.2006

Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont 

Photo: Martin Paul Samba.


Dans la mouvance de la fête de commémoration des fidèles trépassés, nous publions ci-après le témoignage de Pierre Nkwenguè sur ses anciens compagnons et condisciples Bébé Charles et Eugène Njoh Léa décédés récemment, Gaston Hapi mort lui aussi il y a déjà plusieurs mois.

1• Hapi Gaston fut admis au baccalauréat en 1957 quand André-Marie Mbida est devenu Premier ministre le 15 mai de la même année. Le tout nouveau chef du gouvernement camerounais refusa d’accorder des bourses d’études en France à certains de ses jeunes compatriotes parmi lesquels Hapi Gaston. L’avènement de Njine Ngangley Michel comme vice-Premier ministre et ministre de l’Education nationale dans le gouvernement de Monsieur Ahmadou Ahidjo en février 1958 débloqua cette malheureuse situation. Gaston Hapi obtint une bourse d’études en sciences économiques. Arrivé en France en septembre 1958, il s’inscrivit alors à la faculté de droit et sciences économiques de l’Université de Toulouse. Brillant étudiant, il mena de front les études économiques et les études de sciences politiques à l’Institut des sciences politiques de Toulouse. Au bout de 4 ans, il fut licencié ès sciences économiques et diplômé des sciences politiques.

Après son doctorat ès sciences économiques et politiques, il rejoignit le Cameroun pour se mettre au service de notre pays.
Précisons que son contemporain à l’Université de Toulouse est le ministre Tessa Paul, lui aussi docteur en droit et en sciences politiques.
Hapi Gaston fut grand militant de l’Unek (Union nationale des étudiants kamerunais) et à ce titre, il fut élu président de la section académique de Toulouse en 1960. Il fut de ceux qui ont accueilli le jeune étudiant en médecine Lazare Kaptué, l’actuel professeur agrégé de médecine et président de l’Aed (Association pour l’éducation et le développement) promotrice de l’Université des Montagnes à Bangangté.

Hapi Gaston sera le premier Camerounais chargé de cours des sciences économiques à l’Université de Yaoundé quand le Français Pellegrin Michel était vice-chancelier de l’université. Il déploya toute son énergie pour le recrutement du regretté Tchuidjang Pouemi Joseph, économiste comme lui. Il en est de même du maître Mbarga Emile, quand il fut éjecté de la préfectorale à la suite des élections de 1965 pour n’avoir pas voulu inverser les résultats. Beaucoup de ceux qui ont fait leurs études de droit à Yaoundé ont utilisé les cours de maître Mbarga Emile, installé à Mvog-Mbi actuellement.

Nous avons le plaisir de dire que lorsque Lazare Kaptué est monté à Paris pour parachever ses études de médecine, Hapi Gaston mit gracieusement le studio qu’il occupait au n°134 Bd Saint Germain, métro Odeon Paris VIe à sa disposition. Car lui-même venait d’obtenir une chambre au Pavillon Suisse de la cité universitaire de Paris, Boulevard Jourdan Paris XIVe .

Quand Lazare Kaptué devait libérer ce studio parce que marié entre temps, Gaston Hapi m’invita à remplacer Lazare Kaptué. Le studio que j’ai occupé de 1965 à 1970, date de mon retour au Cameroun.
Je précise que ce studio est situé à un pas de la faculté de médecine, 12 rue des Ecoles et à deux pas de la Sorbonne, ma faculté des sciences.

2• Le regretté Charles Bebé ancien élève du Collège moderne de Nkongsamba issu de la transformation de l’Ecole primaire supérieure de Yaoundé en 1947 et transféré dans un ancien camp militaire de l’armée française qui se trouvait dans le chef-lieu de la région du Mungo.

Il fait partie de la première promotion d’élèves camerounais ayant bravé les premières épreuves du brevet élémentaire qui venait d’être institué au Cameroun en 1948. Il est contemporain du regretté ambassadeur Ndoumbè Djengue Mouelle, du regretté Dr Prince Happi Jean Claude, du regretté magistrat Nguini Marcel, du regretté Nana Jean Gustave, qui fut premier huissier de Nkongsamba et enfin de Titi Dibang André ancien DII.
Il fait partie de la première promotion des jeunes Camerounais choisis pour un stage d’instituteurs à l’école normale de Saint Cloud en banlieue parisienne en 1958-1959.

Il est ancien professeur des écoles normales des instituteurs du Cameroun et premier inspecteur des enseignements primaire et maternel du Cameroun, ancien directeur de l’école normale de Nkongsamba. Il fut le premier secrétaire général de la Commission nationale de l’Unesco au Mineduc du temps du ministre Eteki Mboumoua William Aurélien.
Charles Bebe est l’un des pionniers de l’enseignement primaire et maternel de notre pays, l’un des promoteurs du Centre africain des livres et de lecture de l’Afrique à Yaoundé.

3• Beaucoup de Camerounais ignorent que l’ambassadeur Njoh Léa Eugène est le tout premier footballeur professionnel du Cameroun, voire de l’Afrique. Ses contemporains, dans le football professionnel en France, sont Abessolo qui était sociétaire des Girondins de Bordeaux, Ben Barek, originaire du royaume du Maroc, Salif Keita du Mali viendra bien après lui.

Eugène Njoh Léa, premier au Bepc au collège moderne et technique de Nkongsamba en 1951, bénéficia d’une bourse d’études en France. Dans ce pays, berceau des droits de l’homme, il s’inscrivit dans un lycée de Lyon en classe de seconde moderne et devient sociétaire de football club de Saint-Etienne. Qu’il mena d’ailleurs en première division française. Njoh Léa partait du Cameroun étant déjà grand footballeur depuis le Collège moderne de Nkongsamba, en compagnie du regretté ministre Touomou Etienne, ils firent la gloire de l’Aigle royale de Nkongsamba.

Eugène Njoh Léa mena de front des études secondaires et supérieures à Lyon avec ses activités d’attaquant de pointe de Saint Etienne. Licencié en droit, il monta à Paris et entra à la section diplomatique de l’école nationale de la France d’Outre Mer (Enfoh), au 2, avenue de l’observatoire, et en sortit 2 ans après, diplômé de la section diplomatique. Rentré au pays dès les premiers jours de l’indépendance, il est nommé ambassadeur du Cameroun à Madrid en Espagne et quelques années plus tard à Addis-Abeba en Ethiopie, son dernier poste d’ambassadeur. Njoh Léa Eugène est l’initiateur de l’association internationale des footballeurs professionnels en France.

Par Professeur NKWENGUE Pierre BP 3112 Douala Cel. 237 720 24 12
Le 13-11-2006
 

Source:  | Hits: 22831 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 20172 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 22483 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 22798 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 20334 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 18467 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 18232 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 17357 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 17166 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 94542 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 30744 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 24078 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 20797 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 27520 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 29362 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 16568 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 16312 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 23746 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 21931 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 22558 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 26915 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 30244 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 22561 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 18455 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 19886 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 15715 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 29209 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 47226 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 18534 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 29743 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 21581 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 21756 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 19873 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 24453 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 21945 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 19578 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 20288 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 16882 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 17241 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 20686 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 19719 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 18327 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 17880 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 17550 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 17358 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 16848 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 16741 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 15845 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 23938 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 23047 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 22524 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks