Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


20.12.2006

Daniel EYANGO NDOUMBE est décédé à l`âge de 92 ans 

 
 

Le compositeur émérite quitte la scène à 92 ans.
Dippah Kayessé

Personne ne se souvient de sa dernière sortie sur la scène, même si, dans son entourage, tout le monde a retenu sa dernière composition intitulée "A mama" dédiée à Esther Enangué, son épouse décédée en décembre 2002. Une perte qui va, hélas, empoisonner le restant de sa vie. Au fil des années, Daniel Doumbè Eyango que tout le monde appelait affectueusement "Pa’a Muledi" (Maître en langue duala), ou encore "Pa’a D.", va subir le poids de son âge et ses conséquences sur la santé. L’homme se déplaçait d’ores et déjà à l’aide d’une canne. Quand les forces le lui permettaient, clopin-clopant, il rejoignait les groupes de chorale qui venaient aux répétitions dans l’arrière cour de sa maison. Tout le monde le savait malade, mais l’espoir demeurait grand de le revoir en forme malgré son âge bien avancé.

Le 14 décembre dernier, le vénérable patriarche et auteur du célèbre hymne à la jeunesse, une de ses œuvres de réputation nationale, a finalement rendu l’âme à son domicile à Akwa à Douala. A 92 ans. "J’ai aimé deux choses dans la vie, Dieu le créateur et la musique, qui est un don du ciel", aimait-il à dire de son vivant pour justifier cette longévité. En un laps de temps, la nouvelle de cette disparition va rapidement faire le tour des chaumières de la capitale économique…
"Le Grand maître est mort", entendra-t-on. Ainsi s’achève la riche et brillante carrière musicale de Daniel Doumbè Eyango. Pendant près de 70 ans, ce virtuose de la musique a bercé les mélomanes des ses plus beaux cantiques composés et chantés en français, en allemand, en latin, en anglais et en duala. "Pa’a D. a laissé un répertoire de plus de deux mille chansons", explique Claude Eyango, son fils. Des artistes de renom comme Manu Dibango et Francis Kinguè sont passés à son école !

Répertoire
Auteur du célèbre hymne à la jeunesse, "Depuis les hauts du Manengouba" que de nombreux écoliers ont fredonné, Daniel Doumbè Eyango voit le jour le 24 avril 1914 à Douala. Très vite, il va s’initier à la pratique de la musique et principalement à la manipulation du violon, son inséparable instrument. Très doué, selon divers témoignages, l’homme jouait aussi du piano, du saxophone, de la clarinette et même à la guitare. Au départ, c’est dans les cabarets que le jeune Daniel va arroser de son talent les soirées des noctambules. Plus tard, il sera attiré par le gospel, où l’auteur compositeur va écrire les plus pages de sa vie. Son originalité : se frayer son propre chemin en s’inspirant des réalités du terroir. Un choix qui va lui réussir à travers la composition de plusieurs chansons dont les plus célèbres restent "Africa", "Bepuma ba mudi", "A oa tumba la Loba"…

Sa passion pour le chant classique ne se limitera uniquement pas à la composition. Daniel Doumbè Eyango sera à l’origine de la fondation de plusieurs groupes faisant dans le même style negro-spiritual. Lesquels drainent toujours des foules lors des concerts de musique. Parmi eux : Elong’a belongi de l’Eglise évangélique du Cameroun (1932), Makom m’esesa Yéhova (1940), la Grande chorale 101 de Yaoundé (1957), la chorale Sanki (1975) et, la dernière née, le Son’a club (1980). Il sera aussi à l’origine de la fondation de la première Fédération des chorales mixtes du Cameroun. Depuis l’annonce de son décès, ces chorales et bien d’autres font de l’animation tous les soirs à son domicile, dans le cadre des hommages bien mérités.

En guise de témoignage, Gervais Mendo Ze dédiera à Daniel Doumbè Eyango, en 2000, une chanson intitulée "Sesa Doumbè Eyango" (Hommage à Doumbè Eyango). De Daniel Doumbè Eyango, sa famille et ses proches retiendront son ardeur au travail, son sens du perfectionnisme, son dévouement à servir, sa passion pour la chose bien faite… Auteur-compositeur de talent, Daniel Doumbè Eyango laisse une progéniture de 10 enfants ainsi que de nombreux orphelins dans les milieux musico-religieux. Considéré à juste titre comme une bibliothèque, ce virtuose laisse, en effet, d’inestimables œuvres à la postérité.

=============================
La Dernière Note de Daniel Doumbe Eyango
Cameroon Tribune

Compositeur parmi les plus réputés de musique religieuse, l´artiste est décédé jeudi dernier.

Ce n´est pas qu´une bibliothèque qui a brûlé au moment où Daniel Doumbe Eyango a poussé son dernier souffle jeudi dernier. C´est aussi plus de 70 ans des plus belles lignes de la musique religieuse camerounaise, son domaine de prédilection, que la plume du disparu abandonnera à la postérité. Après plusieurs années de maladie et un état qui s´est dégradé avec le poids de l´âge, Daniel Doumbe Eyango s´est éteint, comme le dit son ami et ancien compagnon de chorale Jean-Paul Toko, " au moment où on s´y attendait le moins ". Son fils, le colonel Narcisse Eyango raconte ses dernières heures, au moment où il s´est assoupi comme il lui arrivait souvent depuis quelque temps. Sauf que là, les yeux de patriarche du gospel de 92 ans ne s´ouvriront plus.

Daniel Doumbe Eyango, un homme que les moins de 20 ans auront très peu connu. Né le 24 avril d´une année marquée dans l´histoire de l´humanité (1914), ce fils de Bonéjang (Akwa) fait ses premières cordes musicales au violon. C´est dans un grand cabaret de Douala qu´il fait ses dents dans la musique, avant d´être rattrapé par l´encadrement chrétien de sa famille. Dès lors, il mettra son talent au service de l´église du Centenaire d´Akwa, à laquelle il appartient. Daniel Doumbe Eyango, compositeur de talent - de génie même dit-on- devient vite un bâtisseur dans la tendance Gospel, en fondant tour à tour la première fédération des chorales mixtes du Cameroun (M.E.Y), l´orchestre classique " Dany-Boy´s ", ou encore le petit conservatoire Sona - Club en 1980.


L´originalité de l´artiste s´affirme par son souci de se démarquer des airs occidentaux d´autres grands maîtres de musique comme Mozart, Bach ou Mendelson, et de créer des mélodies proprement inspirées des réalités du terroir. Illustration dans quelques-unes de ses oeuvres les plus célèbres comme Africa, Bepuma ba mudi, etc. Au gré des affectations et des rencontres, le Grand maître Doumbe Eyango participe à de nombreux projets et compose plusieurs oeuvres d´envergure. En 2002, on croit la fin artistique de l´homme arrivée. Suite au décès de son épouse Elise, l´affliction est totale. Daniel Doumbe semble en manque de repères, mais surtout de cette passion de travailler qui l´ a toujours animé. Mais après avoir surmonté la douleur, il va dédier à son épouse défunte sa dernière grande oeuvre. L´une des plus
belles : " Maman ".


De l´homme, beaucoup retiendront son perfectionnisme. Un sens élevé du détail, de la rigueur et de la méticulosité dans le travail. Mais aussi une très grande élégance et un goût prononcé pour la vie, qu´il mordit à pleines dents tant qu´il en eut l´énergie. Il laissera derrière lui dix enfants. Et surtout, un héritage musical inestimable, consigné dans de précieux documents.

MEY Daniel Eyango

======================================
Hommage au "maitre " Daniel Ndoumbe Eyango"

L´hymne a la jeunesse compose par Daniel Ndoumbe Eyango

Depuis le haut du Manengouba,
Jusqu´au plateau de l´Adamaoua,
entendez-vous la voix maitresse,
la voix d´amour et de sagesse,
a travers les prairies le bois vallees et monts, c´est la voix, de la nation,
Elle nous dit, elle nous repete,
mettez-vous bien ceci dans la tete,
c´est dans la paix dans la concorde,
que Dieu fera misericorde,
nous leverons bien haut, tres haut notre fanion,
c´est la voix de la nation,

Refrain: Amis c´est l´heure de la jeunesse,
suivons la voix de la sagesse,
qui nous appele qui nous invite a l´union, c´est la voix de la nation.
 

Source: Cameroun tribune | Hits: 48782 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(1)

PLUS DE NOUVELLES


  ETO´O Samuel: Cet enfant de New-Bell, Douala
( | 17.05.2006 | 41659 hits  | 0 R)

  Interview: Sergeo Polo
( | 15.05.2006 | 28687 hits  | 0 R)

  Rigobert Song
( | 13.05.2006 | 31585 hits  | 0 R)

  Bonne fête Maman! Ngand´a bwam a Muto !!!
( | 13.05.2006 | 23563 hits  | 0 R)

  SAMUEL EBOUA : UNE DECENNIE AVEC LE PRESIDENT AHIDJO
( | 12.05.2006 | 37899 hits  | 0 R)

  la paix, la paix, la paix. MUSANGO, MUSANGO, MUSANGO
( | 11.05.2006 | 27823 hits  | 0 R)

  LA DIGNITE HUMAINE....par Pr. Ebenezer Njoh Mouelle
( | 09.05.2006 | 34419 hits  | 0 R)

  Les Descendants des Pharaons à travers l´Afrique
( | 07.05.2006 | 38379 hits  | 0 R)

  COMPRENDRE L´ENJEU DE L´EGYPTE PHARAONIQUE
( | 07.05.2006 | 28535 hits  | 0 R)

  Sawa & Réligion Chrétienne
( | 06.05.2006 | 46944 hits  | 3 R)

  Grand Sawa : La sawanité d’abord, le pansawanisme ensuite, le sawatriotisme toujours.
( | 03.05.2006 | 37697 hits  | 2 R)

  SAWANITE : LE PRACTICISME COMMUNAUTAIRE ET DU PEUPLE
( | 01.05.2006 | 29267 hits  | 0 R)

  3e assemblée générale du grand mouvement des ressortissants Grand Sawa
( | 27.04.2006 | 35116 hits  | 0 R)

  L’idée du Grand Sawa ravivée au Cameroun
( | 25.04.2006 | 32752 hits  | 1 R)

  PEUPLE SAWA: APRES LA PLUIE LE BEAU TEMPS
( | 22.04.2006 | 34042 hits  | 1 R)

  Gardien de l’Oryx de Douala : Tokoto Rodolphe n’est plus
( | 19.04.2006 | 26617 hits  | 0 R)

  Programme des Activités du 15 ème Anniversaire du CESA
( | 19.04.2006 | 23121 hits  | 0 R)

  LES MALIMBA AUJOURD´HUI
( | 15.04.2006 | 32977 hits  | 0 R)

  LES MALIMBA : CONCLUSION
( | 15.04.2006 | 32290 hits  | 0 R)

  LANGUE ET CULTURE
( | 15.04.2006 | 31462 hits  | 0 R)

  ORGANISATION SOCIALE
( | 15.04.2006 | 30942 hits  | 0 R)

  Organisation de la Communauté Traditionnelle
( | 15.04.2006 | 30616 hits  | 0 R)

  Les MALIMBA et la réligion chrétienne
( | 14.04.2006 | 45856 hits  | 1 R)

  L´HISTOIRE ET LES HOMMES
( | 14.04.2006 | 31732 hits  | 0 R)

  BONA SAWA O BOHO ou LA LUTTE CONTRE LA DIALECTIQUE DE L’INERTIE
( | 11.04.2006 | 34912 hits  | 1 R)

  ASSOCIATION DES SAWA A DES ICONOGRAPHIES INADEQUATES AU CONTEXTE DU SITE INTERNET.
( | 11.04.2006 | 28585 hits  | 0 R)

  SAWANITE : LES RAISONS D´ESPERER
( | 10.04.2006 | 27629 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA POINT DE PANIQUE: NOUS VAINCRONS
( | 09.04.2006 | 36825 hits  | 2 R)

  La guerre de résistance
( | 08.04.2006 | 38308 hits  | 0 R)

  LA SAWANITE EN PANNE
( | 06.04.2006 | 29025 hits  | 0 R)

  Le déclenchement de hostilités
( | 04.04.2006 | 30672 hits  | 0 R)

  INTOLERANCE: La véhémence des passions est parfois mauvaise conseillère.
( | 01.04.2006 | 28139 hits  | 0 R)

  Repères de la Communauté
( | 30.03.2006 | 30718 hits  | 0 R)

  LES SAWA NE SONT PAS ENDORMIS, ILS VEILLENT
( | 27.03.2006 | 25743 hits  | 0 R)

  ORIGINES & MIGRATIONS
( | 22.03.2006 | 36611 hits  | 0 R)

  Les Malimba au Cameroun
( | 16.03.2006 | 35461 hits  | 0 R)

  SAWANITE: NOUVELLES PROPOSITIONS
( | 15.03.2006 | 30660 hits  | 0 R)

  The Origins of the Isubu of Bimbia
( | 06.03.2006 | 32748 hits  | 0 R)

  Ndoumbé Léa : libéro malgré lui !
( | 28.02.2006 | 28201 hits  | 0 R)

  Adalbert Mangamba
( | 28.02.2006 | 27601 hits  | 0 R)

  Mbappé Leppé : le Maréchal
( | 24.02.2006 | 39336 hits  | 0 R)

  Patrick Mboma: Le Médiateur
( | 24.02.2006 | 26543 hits  | 0 R)

  Jean-Pierre TOKOTO
( | 21.02.2006 | 28841 hits  | 0 R)

  Gladys Epangue
( | 19.02.2006 | 33775 hits  | 1 R)

  Francoise Mbango Etone, The Bulldozer
( | 19.02.2006 | 25726 hits  | 0 R)

  Isaac Sinkot : la révélation d’Abidjan 84
( | 17.02.2006 | 33724 hits  | 0 R)

  Charles LEA EYOUM
( | 17.02.2006 | 31321 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com Sport !
( | 17.02.2006 | 23933 hits  | 0 R)

  Interview accordée à Peuplesawa (PPS) par NGANDO
( | 12.02.2006 | 33889 hits  | 0 R)

  REUNION DES SAWAS DU MONDE ENTIER
( | 07.02.2006 | 37455 hits  | 1 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks