Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
15.01.2013

Notre devoir de MÉMOIRE à l´occasion du 42ème anniversaire du décès de Ernest Ouandié 

Photo: Ernest Ouandie,Gabriel Tabeu, alias « Ouambo-le-courant », et Raphaël Fotsing


 

 

 

 

 

 

 

 





Notre devoir de MÉMOIRE

Je saisis l´occasion du quarante deuxième anniversaire du décès de Ernest Ouandié, mort fusillé le 15 janvier 1971 à Bafoussam pour honorer la mémoire de toutes nos grandes figures camerounaises et africaines.

Ernest Ouandié est une grande figure de la lutte pour l´indépendance de notre pays et des premières années de la république. La loi du 16 janvier 1991 adoptée par l´Assemblée nationale du Cameroun lui a d´ailleurs conféré le statut de héros national.

C´est aussi l´occasion de saluer la mémoire de ses camarades de lutte, les autres leaders nationalistes : Um Nyobé assassiné le 3 septembre 1958, Félix Roland Moumié, assassiné le 03 novembre 1960, Ossendé Afana assassiné le 10 mars 1966 et, au delà des frontières camerounaises : Patrice Lumumba assassiné le 17 janvier 1961 à Élizabethville (Zaïre), Amilcar Cabral, leader nationaliste de Guinée-Bissau, Assassiné le 20 janvier 1973, Thomas Sankara assassiné a Ouagadougou le 15 octobre 1987, et plus récemment, l´assassinat du Leader Libyen Kadaffi le 20 octobre 2011 à Syrte (Libye).

Avec ou sans l´aide de leurs pantins africains, l´Occident a longtemps érigé le principe de l´assassinat des leaders nationalistes africains avec pour objectif de changer le cours de l’histoire de notre continent, maintenir l’Afrique dans la dépendance et piller ses richesses sans être inquiété.

Les puissances impérialistes ont toujours fait recourt aux assassinats politiques pour affaiblir les États africains, les institutions et organismes africains. Cette lutte contre la montée du nationalisme africain continuera tant que nous n´en n’aurons pas pris conscience. L’occident mettra fin à tout élan nationaliste qui chercherait des intérêts pour notre continent.

Notre devoir de mémoire nécessite d´abord un intérêt avec intelligence et lucidité à l’héritage oublié de notre patrimoine historique national et notamment aux questions plus ou moins taboues que nous nous posons sur la réalité des mouvements de libération et le rôle joué par les différents acteurs et animateurs qui ont versé leur sang sur l’arène patriotique et dans l’intérêt de nos pays et du continent africain.

L’identité nationale est un produit historique, c’est-à-dire une réalité construite par l’histoire et ancrée dans l’histoire. Cette identité nationale est une réalité indéniable, c’est aussi une donnée complexe et évolutive qui n’a rien à voir avec le concept inepte de Camerounais de souche qui semble subtilement se profiler dans les émotions que dégagent certains de nos écrits quand nous nous aventurons dans la description de certains aspects de notre Histoire.

Nous devons focaliser notre propos sur les enjeux politiques de l’histoire coloniale qui souffre d’un manque de reconnaissance. Notre culture Nationale étant le fruit d’une alchimie féconde et cosmopolite dans laquelle se fonde des héritages et des mémoires forcément pluriels dont le fait colonial est partie prenante de l’histoire commune aux Africains.

L’une des carences actuelles reste évidemment la compréhension, l’interprétation, l’enseignement et plus généralement le mode de transmission de cette mémoire vive collective aux nouvelles générations. Notre Afro Centrisme s’abreuve aux sources du mal à travers l’intérêt que nous portons hier comme aujourd’hui à une Histoire gangrenée par les spécialistes de la désinformation qui ont l’illusion que notre Histoire peut s’écrire sans Nous. Nous sommes imbibés de culture européenne et ne savons à peu près rien de notre construction historique. C’est évidemment sur ces mots qui disent les maux que le bât blesse.

Au bout d’un demi siècle d’Indépendance, nos historiens n’ont que très rarement pris la peine de s’intéresser à la véritable histoire africaine. Pas surprenant que le bilan soit aujourd’hui accablant et que se soit déroulé le tapis rouge en terre Africaine à un désastreux discours de Dakar prononcé par le président Sarkozy en juillet 2007. Aucun argument n’excuse cette carence, ni la cécité des politiques, le manque de moyens, la lourdeur des préjugés hérités de l´histoire, l’accablement des charges universitaires, je ne résiste pas à reprendre cette exclamation de Gérard Noiriel, tant sa stupéfaction fait écho à la mienne:

« Comment pourrions-nous, dans ces conditions, éluder la question de notre propre responsabilité? » Nous ne pouvons que nous auto flageller par l’amnésie durable de nos silences éloquents. Nous gagnerons beaucoup à décrypter la confusion entre histoire et politique qui est à l’origine de tant de malentendus mais aussi d’instrumentalisations, sans oublier le débat entre mémoire et histoire, autre terrain glissant juché de controverses. Nos mémoires sont affectives et extrêmement diverses. Elles sont aussi contrastées parce que traumatisées.

Réconcilier les mémoires n’est pas une incantation politique, c’est un travail de savoir. Un proverbe africain le dit bien : Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient. Souvent mis en avant par les politiques, le devoir de mémoire impose en amont un travail de mémoire, qui implique un travail d’intelligence; l’historien doit analyser les mémoires en qualité de sources respectables, mais à remettre en contexte, comme n’importe quelle autre source. Si la mémoire relève de l’affectif et installe le souvenir dans le sacré, l’histoire, en revanche, est le façonnement d’un savoir visant à reconstituer le passé de la façon la plus rigoureuse possible.

Nous devons démêler la place du passé colonial dans notre présent. Dans la plupart de nos pays d’exil, les discriminations demeurent, nous en souffrons au quotidien et les populations issues de la colonisation restent souvent perçues comme des indigènes, tout simplement parce que cet indispensable travail de mémoire n’a pas été fait, aussi bien par les principaux intéressés que nous sommes, nous autres Africains, que par les colons dont le patrimoine historique national n’a jamais inclus l’histoire des guerres d´indépendance et de nombreux massacres de nos populations, ainsi que l´histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial. Les tentatives connues sont érigées en Lois de la République tout en allant plutôt dans le sens de la mise en lumière des bienfaits de la sinistre Colonisation.


Parler sans tabou du domaine colonial serait faire repentance, soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup que leur culture résulte de tous les héritages mêlés dans un passé complexe et cosmopolite où le fait colonial a joué et continue par ricochet de jouer un rôle important. Nous devons dénoncer la confusion entre l’histoire et la politique dont nous autres Africains sommes otages, laquelle réduit la problématique à une opposition histoire contre mémoire. Ainsi les lois dites mémorielles qui ont mal posé les termes du débat, pour prendre l’exemple de la France, ont souvent confondu la morale et le savoir, la repentance et la reconnaissance de faits avérés. L’instrumentalisation à la fois de l’histoire et de la mémoire par les pouvoirs politiques, en France comme dans les ex-colonies ne permet pas de réfléchir sur la question avec toute l’objectivité que cela requière.

En nous sentant souvent obligés de réagir par rapport à l’actualité politique du moment, nous sommes pris dans le jeu des divergences qui rendent encore plus confus le débat. Faisons œuvre utile en reconnaissant la responsabilité des acteurs concernés par les problématiques ayant trait à la mémoire, dans la constitution de nos Histoire Nationales tant sur l’histoire coloniale que sur les questions identitaires qui n´hésitent pas à refaire surface. La façon dont on les aborde en se libérant de la construction conceptuelle forgée par les colonisateurs suppose, il va de soi, que le savoir historique est objet de recherche sans jugements de valeur, sans faux souci de l’honneur national.

L’histoire n’ayant pas à être contaminée par la politique. La description de cette quasi constante confusion des domaines est très intéressante. Nous avons donc obligation de bâtir, loin de tout communautarisme différencié et séparateur, une identité Camerounaise en mouvement, et substituer au mythe national narcissique une lecture chorale du monde, en mesurant complémentarités et dissonances. En d’autres termes, un universalisme véritable que l’intégrationniste à la Camerounaise n’a pas pleinement atteint.

Quant l´histoire est écrite par les vainqueurs, c´est de la propagande qu´ils écrivent. Les historiens écrivent l´histoire, et ils ne sont historiens véritables qu´à la condition d´avoir une méthode scientifique sérieuse. Ceci étant dit, il ne s´agit pas de contester l´existence d´un événement historique, mais plutôt de le réévaluer et de l´étudier impartialement, loin de toute émotion vecteur d’une version subjective et péjorative. L´histoire n´est pas une science exacte et nous devons considérer que les personnes voient les choses de façon différentes et les décrivent selon leurs propres intérêts.

Dans l´histoire écrite par les vainqueurs pour les vaincus, mensonges et propagande sont la règle. L´Histoire forme des soldats, pas des esprits libres. Que chaque pays se fabrique donc ses victoires et ses défaites racontées par ses Historiens. L´interprétation de l´histoire est un enjeu politique, il ne faut pas s´étonner si parfois il y a de sérieuses différences d´interprétation d´évènements historiques. L’histoire de France sur la deuxième guerre Mondiale n’est pas la même outre Rhin. De l’autre côté de la Manche, on considère que Jeanne d’Arc, héroïne de France a mérité son bûcher. De même que le grand Nationaliste Français De Gaulle doit être considéré dans notre mémoire collective comme un bandit de grand chemin, fossoyeur des indépendances de nos pays.

En admettant cette réalité, il nous sera désormais facile d’avoir un regard différent sur les documentaire qui diffusent l´histoire des "indépendances" de nos pays, l´histoire des nombreux acteurs Nationalistes dont le sang a taché et souillé cette sombre période décrite par les images, les récits, et les témoignages qui sont l’œuvre de celui qui n´apparaît pas en face quand nous regardons notre miroir.

Ils sont prompts à sortir les images d´archives pour commémorer la Shoah, mais celles concernant les nuits sombres de notre histoire sont tenues secrètes et subissent la loi de leur mémoire sélective.

« L’arme la plus puissante entre les mains de l’oppresseur, est l’esprit de l’opprimé ».
Stephen Bantu Biko (Steve Biko)

" Chaque génération découvre sa mission, elle la trahit ou l´assume ». Frantz Fanon


Par Gaston Ntouba Essomè
Paris, 15. Janvier 2013

 

Source:  | Hits: 27593 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 19800 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 22044 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 22415 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 19988 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 18139 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 17864 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 17045 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 16845 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 93887 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 30328 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 23757 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 20394 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 27133 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 28930 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 16225 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 16015 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 23302 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 21482 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 22152 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 26528 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 29797 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 22178 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 18092 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 19538 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 15399 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 28787 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 46735 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 18179 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 29356 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 21201 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 21324 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 19468 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 24113 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 21602 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 19235 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 19880 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 16558 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 16929 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 20258 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 19365 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 17992 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 17521 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 17176 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 16996 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 16468 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 16435 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 15489 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 23550 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 22727 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 22114 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks