Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


06.10.2006

Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions 

A votre avis, pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour qu’un hommage soit rendu à l’un de nos poètes les plus emblématiques bien au-delà des frontières camerounaises ?

Parce que rendre hommage à un artiste ne fait pas partie de nos traditions culturelles. C’est vrai, il y a des funérailles, mais le pays tout entier n’a pas le sens de la façon dont il doit cultiver la mémoire et se constituer ce qu’on pourra appeler des éléments qui vont faire partie du patrimoine culturel. Ce n’est pas une tradition. Des artistes et des poètes sont morts et l’on n’a jamais pensé faire des hommages, parce que ça ne s’inscrit pas dans cette tradition culturelle-là.

On l’a fait parfois pour certains écrivains. Je pense à Mongo Béti. Mais rarement pour un chanteur ?

Même lorsqu’on l’a fait pour Mongo Béti, on peut dire que c’est l’initiative d’un groupe de personnes passionnées par sa littérature, et dans des circonstances particulières. Mais d’un point de vue général, ça ne participe pas d’un point de vue culturel chez nous.

J’entends déjà d’ici les gens se demander : pourquoi Eboa, et pas Francis Bebey et tous les autres ?

On peut dire pour ce qui concerne cet hommage-ci qu’on commence par Eboa parce que Tom Yom’s, qui en est l’initiateur, se considère comme le fils spirituel d’Eboa et se sent des attaches. Ce type d’hommage est déclenché par une passion personnelle et après, on fait partager sa passion à un groupe de personnes. Je crois que la progression de l’initiative de Tom Yom’s participe de cela. Au début, c’est lui et sa bande (si on peut dire comme ça) et après, il associe et propose des partenariats avec la presse nationale à l’événement pour ériger l’événement en un moment de dignité nationale.

Eriger l’événement en un moment de dignité nationale. Peut-être aussi parce que Eboa Lotin qui était un poète formidable savait écrire, comme très peu de poètes africains ?

Moi je dirais que Eboa Lotin était un écrivain au sens plein de la

littératureorale, et quand on regarde la manière dont il travaillait la langue duala en essayant de trouver le mot juste pour qu’il entre dans la mélodie et en essayant aussi de trouver le mot juste dans le sens du contenu, il travaille exactement comme n’importe quel auteur. Et quand j’écoute le texte d’Eboa Lotin en français ou en duala, il me fait penser à un Nigérian, Amos Tutuola. Il avait la verve et le verbe faciles parce qu’il avait une capacité de fabriquer et d’inventer des néologismes tout en restant dans sa langue qui replaçait le contexte. Eboa était aussi quelqu’un qui aimait la vie, qui savait chanter la jubilation de la vie en même temps qu’il était un être déchiré parce qu’il a toujours vécu sur une ambiguïté. Francis Dindé disait qu’il était un pervers croyant. Pervers et croyant, ce sont là les paradoxes de la personnalité de Eboa. Deux termes antinomiques.
Eboa Lotin faisait un véritable travail d’orfèvre, c’est-à-dire qu’en même temps il mettait en musique les paroles d’une langue qui s’y prête, mais aussi une façon de dire les ravages de son cœur parce que Eboa Lotin était un écorché vif, un éternel amoureux qui ne chantait que les déboires qu’il avait avec les femmes.

Eboa tiraillé entre son désir fou des femmes et sa façon de s’en moquer…
Il ne se moquait pas. Il tournait ses souffrances en dérision. En fait, il était misogyne, mais pas griot.

Que peut-on attendre de cet hommage que Tom Yom’s organise pour la deuxième fois pour Eboa Lotin ?

D’abord une lecture plus sensible, plus intelligente et plus actuelle des œuvres d’Eboa Lotin. Ensuite, un rassemblement de ceux qui l’ont connu, qui l’ont aimé, défendu et qui ont envie de continuer à préserver sa mémoire. Dans la forme, un spectacle avec des artistes invités. Et dans le fond, une analyse plus précise et incisive de son œuvre pour pouvoir le mettre au rang de celui d’un auteur, un écrivain de notre temps, un poète bantou.



Par Propos recueillis par Jean-Célestin EDJANGUE
 

Source:  | Hits: 38748 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 33784 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 30266 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 27846 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 27413 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 27222 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 30118 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 26440 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 29343 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 27035 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 25869 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 31966 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 29114 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 26817 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 36422 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 33304 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 24764 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 37289 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 33728 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 37407 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 30028 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 40465 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 42541 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 43336 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 31556 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 29259 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 38477 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 36482 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 35706 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 51786 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 44642 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 47897 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 27872 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 56618 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 50565 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 39137 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 38657 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 37996 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 37207 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 36794 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 36647 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 36557 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 36084 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 24943 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 45857 hits  | 2 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 29907 hits  | 0 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 29249 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 38081 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 33052 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 22422 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 26754 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks