Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


06.10.2006

Rires et larmes pour Eboa Lotin 

Une belle brochette d’artistes autour de Tom Yom’s ressuscitent Eboa Lotin ce vendredi soir à Douala.

Jamais artiste n’aura été autant controversé sur le continent africain. Emmanuel Eboa Lotin que les médias camerounais célèbrent depuis plus de trois semaines et dont le premier des deux spectacles a lieu ce vendredi soir, 7 octobre, au cinéma Le Wouri à Douala, était à la fois adulé et détesté. Adulé quand il nous sort des musiques qui prennent leur enracinement dans les modes et cultures de vie africains pour aller ensuite s’enrichir des influences latino américaines de la Salsa, du Jazz et de la Rhumba. Le résultat est souvent surprenant comme dans Elimb’a Dikalo. Avec un phrasé musical recherché, notamment dans des accords diminués qui en ont fait baver plus d’un interprète.

Tom Yom’s, l’un des nombreux fils spirituels de Eboa Lotin pouvait alors dire à juste titre que “ la musique de Eboa Lotin est aussi profonde que peut l’être un océan ”. Rien que ça. A l’inverse, les paroles de ses chansons, aussi sincères et profondes soient-elles, n’en étaient pas moins ressenties par une partie de la société au Cameroun, en Afrique et même dans le monde comme de véritables flèches empoisonnées. Les thématiques mêmes choisies n’étaient pas innocentes.

Un artiste paradoxal
Qu’il s’agisse des femmes dans Martine, cette femme que Eboa disait avoir courtisé pendant une bonne douzaine d’années avant qu’elle ne finisse par céder à ses sollicitations de Ngon’a Mulato, la sublime femme métissée qui a fait battre tout le temps le cœur du poète, de Stella dont l’artiste était éperdument amoureux. Ou bien des artistes dont Eboa Lotin considérait qu’ils exerçaient une profession hautement difficile, car trop exigeante. Ou encore de la religion qu’il stigmatisait comme un mal nécessaire même s’il appelait la jeunesse à fréquenter les églises et qu’il ne se séparait guère de sa bible. Celui qui se dénommait “ Petit travailleur du divin ” avait délibérément opté pour se moquer de lui-même comme de la société dans laquelle il vivait.
Bien des Camerounais et des Africains semblent l’avoir compris, tout en refusant de garder la rancœur. C’est pourquoi, l’auteur de Ja lè, reste malgré tout une étoile qui brille dans le cœur des millions Camerounais et d’Africains. L’hommage qui lui est rendu depuis la mi-septembre dans les divers médias nationaux et internationaux témoigne de l’intérêt que le quatrième pouvoir porte au devoir de mémoire. Peu importe finalement que Eboa Lotin ait été ou pas compris par ses contemporains. Ce qui compte le plus pour la famille du poète disparu il y 8 ans, le 6 octobre 1997, c’est que la mémoire de Emmanuel Eboa Lotin ne sombre jamais dans l’oubli.
Les manifestations organisées dans cette optique et qui s’ouvrent avec le spectacle de ce soir à 19 heures au Cinéma Le Wouri à Douala et se terminent pour cette deuxième édition d’hommage le 14 octobre au cinéma Abbia à Yaoundé, devraient aider à se souvenir du mélodiste. Entre les deux concerts le symposium organisé le 12 octobre au Centre culturel français devrait contribuer à mieux appréhender l’œuvre de ce poète bantou.


Par Jean-Célestin EDJANGUE



Rires et larmes pour Eboa Lotin ou hommage à un poète Bantou
07/10/2005
cameroon-tribune.net

Le premier des deux spectacles donnés en hommage à l’artiste disparu a lieu ce soir à Douala.

A l’occasion du deuxième hommage à Eboa Lotin, sous le thème " Rires et larmes pour Eboa Lotin ou hommage à un poète Bantou ", le comité d’organisation a organisé récemment une conférence de presse au Centre culturel français Blaise Cendrars de Douala. La manifestation avait pour but non seulement de parler des spectacles qui seront organisés en mémoire de l’artiste chanteur, mais aussi de permettre à l’artiste Tom Yom’s de parcourir la vie et la structure des textes de l’artiste disparu le 6 octobre 1997. Comme le précise Tom Yom’s, " il y a chez Eboa Lotin, dans sa façon de jouer de la guitare ou sa technique de chant, une alchimie extraordinaire ".

L’avis est presque unanimement partagé. Eboa Lotin fut un artiste profond, complet, un griot africain et un poète bantou. Un artiste qui a réussi à travailler son timbre vocal qui demeure jusqu’à présent une particularité dans l’univers des chanteurs. Son œuvre traversera le temps et ses messages, des générations entières. Ses notes affinées, son verbe à la limite du sarcasme et son rire tonitruant effacent en un seul temps la mélancolie de ses lamentations. Les mélomanes le ressentent par exemple dans des titres comme " Mbemb’a mot’a sawa " ou " Bessombè ", qui traduisent la dénonciation de la cupidité du peuple sawa, qui a accepté de brader ses terres aux populations d’ailleurs, pour finalement se retrouver sans domicile fixe…

En dehors de ces textes au ton quelque peu acerbe, Tom Yom’s reconnaît que cet artiste immortel respirait la joie de vivre. Il laisse derrière lui un héritage musical, choral et moral inépuisable. Avec des textes pleins de sens et des messages forts qui résisteront à l’épreuve du temps. Sur la fiche des deux spectacles prévus dans les villes de Douala et de Yaoundé le 7 et le 14 octobre prochains, on voit des noms des artistes comme Toms Yom’s, Dinaly, Bébé Manga, Annie Anzouer et Beko Sadey. Mais la presse s’est quand même étonnée que pour un mémorial de cette envergure, on n’ait pas donné la possibilité aux autres artistes de s’exprimer. Selon le comité d’organisation, c’est le manque de sponsor qui a fait défaut, les artistes sélectionnés donneront un spectacle gratuit.

Josy MAUGER
 

Source:  | Hits: 39811 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Mount Cameroon Race of Hope:FCFA 130 Million Disbursed
( | 16.02.2007 | 35617 hits  | 0 R)

  Belka Tobis : parle de son Cool Assiko, Concerts et DVD
( | 15.02.2007 | 41680 hits  | 0 R)

  Jean Jacques Elangué: Entretiens avec Jean Jacques ESSOMBE, Cameroon-Info.Net
( | 14.02.2007 | 30938 hits  | 0 R)

  Youpwe: La qualité du poisson camerounais remise en cause
( | 14.02.2007 | 25721 hits  | 0 R)

  Black History Month 2007 (BHM)
( | 12.02.2007 | 34993 hits  | 0 R)

  Manu Nominé aux Victoires de la Musique 2007
( | 11.02.2007 | 29555 hits  | 0 R)

  NKOTTI François et son FOMARIC. Un des héritiers des pionniers du Makossa que sont Nellé Eyoum, Manfred Ebanda et Guillaume Mouellé
( | 10.02.2007 | 38327 hits  | 4 R)

  Decouvrez EBONYL, une BD faite par un groupe de jeunes Sawa
( | 10.02.2007 | 32376 hits  | 0 R)

  Drums Dikoume - na mea nde longue: Meilleur Makossa groove 2006
( | 10.02.2007 | 30772 hits  | 0 R)

  Christian Essawe Eyobo: Les Camerounais ont 230 milliards Fcfa à gagner
( | 08.02.2007 | 30030 hits  | 0 R)

  CHEIKH ANTA DIOP, OU L´HONNEUR DE PENSER par Jean-Marc ELA
( | 06.02.2007 | 35475 hits  | 0 R)

  Douala : Un carnaval pour les Bonapriso
( | 06.02.2007 | 33127 hits  | 0 R)

  La force publique - Mercenariat Noir pendant les Razzias Nègrières
( | 02.02.2007 | 31554 hits  | 0 R)

  Février 2007 : Le "Moi(s) contre la Françafrique"
( | 02.02.2007 | 24980 hits  | 0 R)

  LES LANGUES AFRICAINES ET LE NÉO-COLONIALISME EN AFRIQUE FRANCOPHONE Mongo BETI
( | 31.01.2007 | 42677 hits  | 1 R)

  POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES (Hougan Akounaatona)
( | 28.01.2007 | 39443 hits  | 0 R)

  Réponse à l’article POUR EN FINIR AVEC NOS ETHNIES, du kamite Hougan Akounaatona
( | 27.01.2007 | 38880 hits  | 0 R)

  Yaphet Frederick Kotto
( | 26.01.2007 | 67557 hits  | 1 R)

  Jean Bikoko "Aladin"
( | 26.01.2007 | 39096 hits  | 0 R)

  Black Code: Promulgated by Louis XIV in 1685, the Black Code ruled the black men slavery
( | 25.01.2007 | 39868 hits  | 0 R)

  Culture : Les "Nkamois" ont leur festival
( | 25.01.2007 | 37871 hits  | 1 R)

  Le Code noir (1685)
( | 25.01.2007 | 35307 hits  | 0 R)

  Bwapé, un îlot de Manoka, abandonné par l´administration
( | 25.01.2007 | 24512 hits  | 0 R)

  Carrières: Lejeune Mbella Mbella, Michèle Ebonguè, .....
( | 24.01.2007 | 48980 hits  | 0 R)

  LIMBE: NAUFRAGE, Près de 60 (soixante) disparus
( | 24.01.2007 | 24945 hits  | 0 R)

  Music of Cameroon
( | 17.01.2007 | 50427 hits  | 0 R)

  Ciné Club Afrique : Le Silence de la forêt de Didier Ouenangaré et Bassek Ba Kobhio
( | 17.01.2007 | 37064 hits  | 0 R)

  La danse camerounaise d’hier à aujourd’hui, par Tony Mefe
( | 17.01.2007 | 36579 hits  | 0 R)

  Jean Dikoto Mandengué : auteur compositeur et bassiste Camerounais.
( | 17.01.2007 | 32719 hits  | 0 R)

  Joseph Nzo Ekangaki
( | 10.01.2007 | 42364 hits  | 0 R)

  L`Histoire de Baba Simon: de son vrai nom Simon Mpecké,
( | 10.01.2007 | 36257 hits  | 0 R)

  MUSIQUE: PELE-MELE - Des désaccords et plagiats
( | 09.01.2007 | 38239 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com chante !
( | 04.01.2007 | 47181 hits  | 3 R)

  LA SAWANITE A L´AUBE DE 2007 - UNE ANNEE DE GRACE
( | 04.01.2007 | 39747 hits  | 1 R)

  Manu Dibango compose la musique de Kirikou
( | 03.01.2007 | 40216 hits  | 0 R)

  MUSIQUE CAMEROUNAISE - Une chronologie de Suzanne Kala-Lobè
( | 03.01.2007 | 35851 hits  | 0 R)

  Sawanité , Grand Sawa, Pacte des Générations : Une année fructueuse, un espoir pour demain
( | 29.12.2006 | 30394 hits  | 0 R)

  SAWANITE, un an déjà ! un concept, une aventure, un succès
( | 29.12.2006 | 37579 hits  | 2 R)

  KALENDA 2007
( | 29.12.2006 | 25800 hits  | 0 R)

  Film: Assassinat de Felix Moumié
( | 27.12.2006 | 38089 hits  | 0 R)

  Florence Titty-Dimbeng : Faire rayonner la musique africaine
( | 27.12.2006 | 39346 hits  | 0 R)

  Spectacle : Georges Seba éblouit la Guadeloupe
( | 27.12.2006 | 29777 hits  | 0 R)

  M.E.Y. Souvenons-nous !
( | 21.12.2006 | 34553 hits  | 0 R)

  Daniel EYANGO NDOUMBE est décédé à l`âge de 92 ans
( | 20.12.2006 | 50481 hits  | 1 R)

  Videos Ngondo 2006 et Blackexploitation
( | 19.12.2006 | 34906 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : les vainqueurs fêtés chez le Mincom
( | 18.12.2006 | 27336 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Results
( | 18.12.2006 | 26937 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 : Un appel à l’unité des chefs sawa
( | 18.12.2006 | 26884 hits  | 0 R)

  Dans les secrets du Mpo’o
( | 13.12.2006 | 49636 hits  | 1 R)

  Une nouvelle et irrésistible victoire de la pirogue de course
( | 09.12.2006 | 33048 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks