Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
24.10.2005

Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur 

Les festivités du Ngondo sont également le cadre de l´élection du ngum en ce sens que les garçons ont également leur mot à dire à travers la lutte traditionnelle. Tous les ngum des cantons confrontent leur force, robustesse, agilité et astuces lors de la grande veillée qui désignera le ngum des ngum (le champion des champions).

LISEZ PLUTOT CETTE LEGENDE


Mandengue ne se souvient pas de son premier combat. Aussi loin qu´il remonte dans ses souvenirs, il y voit des corps-à-corps acharnés avec les autres enfants de son village natal, et des adversaires qui mordent la poussière(…). Des joutes ludiques accompagnent chaque événement de la vie, naissance, récolte, mariage, enterrement. La règle en est simple: faire toucher la nuque l´adversaire au sol. Elle génère un art compliqué, exigeant puissance et souplesse. Le jeune Mandegue possédait les deux. Très vite, il s´est aperçu qu´il était le plus fort. Son 1,90 mètre et ses quelque cent kilos imposaient respect. Et son agilité lui permettait de terrasser de plus grands et de plus lourds lui. Malgré sa corpulence, son apparence ventripotente, il parvenait à se ramasser sous son adversaire et à le porter dans les airs. Il avait surtout ce don inné de deviner l´autre dès la première prise de contact, d´anticiper ses actions pour mieux le dominer. Mandegue n´a jamais appris à lire et à écrire, mais a toujours su lutter.
Dès lors, il n´a eu de cesse d´aller plus loin défier des adversaires à sa mesure. Qu´une cérémonie soit annoncée quelque part, et le jeune homme faisait ses préparatifs. Sa mère, Moukouri, s´enfermait de longues heures dans la case familiale, répandait le vin au pied des fétiches, et suppliait les esprits de donner la victoire à son fils. Le marabout et les anciens se rendaient sous l´arbre sacré et dispensaient offrandes et incantations. Mandegue se mettait alors en route, couvert d´amulettes et de peintures. A pied, accompagné d´autres jeunes gens, il parcourait des dizaines de kilomètres, chantant, dansant tout le long du chemin. La joyeuse troupe annonçait son entrée dans les villages au son d´une corne. Elle restait là deux jours à s´amuser et à se battre. Mandegue revenait toujours en vainqueur chez sa mère.

Sa réputation s´étendit à toute la région(..). Ses succès, son arrogance démonstrative, ses chorégraphies provocatrices, sa manière de ruer comme un animal qui va charger, plaisaient au public et faisaient peur à ceux qui devaient l´affronter. Seuls des esprits pouvaient le battre. Une année, il tomba gravement malade. Persuadé qu´un adversaire lui avait jeté un sort, plutôt que d´appeler un médecin, il se fit exorciser. Le marabout lui confia un pendentif, une dent de cochon, afin d´écarter les sortilèges. Il ne le quittera plus. Pour plus de sûreté, il déménagea et s´installa loin des influences néfastes, dans la petite ville près de la côte.
A quinze ans, il remportait son premier titre national de lutte, puis un nouveau chaque année. Il devint un des personnages les plus célèbres du pays. Ses combats attiraient des foules de plus en plus nombreuses. Jamais il n´accepta d´argent en cadeau. Des pères enthousiastes lui proposèrent bien leurs filles en mariage, mais lui préférait choisir seul sa femme: à ce jour, il en a quatre, qui lui ont donné cinq enfants. L´aîné, Ewane, a huit ans et se bat bien." Il sera aussi bon que moi ", pense le père. Après chaque tournoi, Mandengue revient près de sa famille, s´occupe de ses deux rizières et cultive également un peu de blé, de maïs, d´arachide et de haricots.

Sa notoriété dépassa bientôt les frontières. A 25 ans, on vint le chercher dans ses champs. Il prit l´avion pour aller participer à un tournoi à l´étranger et termina deuxième de la compétition. L´arbitre avait sifflé le début du combat alors qu´il procédait à ses rituels d´avant-match. Il fut battu un peu par surprise. L´année suivante, il se classa troisième(…). Un autre mauvais souvenir: en demi-finale, il fractura le bras de son adversaire, en deux endroits, et fut disqualifié malgré sa victoire. Il appris les rudiments de la lutte libre olympique, très proche de la technique balante. Trois ans plus tard, il obtint une médaille d´or(..). Il fut appelé dans le cadre du stage préparatoire aux premiers championnats d´Afrique de lutte traditionnelle. Deux jours après le début, il partit chercher un ami dans la brousse. ´Celui-ci avait perdu son fils, et Mandengue resta avec lui pour le consoler. Il disparut trois semaines sans donner de nouvelles, pour ne réapparaître que la veille du départ. A vrai dire, il n´aime guère s´entrainer. Sa carrière risque forcément de s´en ressentir. On lui prédit une retraite précoce. Alors, il retournera combattre dans sa région, là où, il est déjà une légende qu´on raconte aux enfants. Mandengue, le roi des lutteurs, qui gagnait au-delà des mers.

Benoît Hopquin
 

Source:  | Hits: 13026 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  The JENGU Cult
( | 14.11.2005 | 29785 hits  | 0 R)

  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 14488 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 16210 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 17086 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 14781 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 12898 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 12065 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 12043 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 78588 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 23654 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 18300 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 14930 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 21179 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 22372 hits  | 1 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 11542 hits  | 0 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 11476 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 16939 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 15750 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 16570 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 20110 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 23018 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 16619 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 12872 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 14111 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 11089 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 22716 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 39449 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 12916 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 23043 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 15621 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 15576 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 14040 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 19062 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 17078 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 14250 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 14042 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 11534 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 12021 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 14693 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 14499 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 12897 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 12526 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 12515 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 12030 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 12006 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 11847 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 11053 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 18409 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 18028 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 15959 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks