Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
08.04.2006

La guerre de résistance 

Le récit des faits par les survivants provoqua la révolte de la population. Chaque MALIMBA affûta son arme (épée) pour le combat. Les nombreux contacts et échanges avec les Européens pendant plus de trois siècles avaient permis aux MALIMBA d´acquerir des armes à feu y compris des canons qu´ils dissimulaient soigneusement.

Le lendemain 19 Janvier 1890, pendant que les MALIMBA se preparaient à la confrontation, à bord du «ZEHDENICK», les Européens et leurs soldats entreprirent la remontée du fleuve vers Edéa.

Fort de la lecon administrée la veille, VON MORGEN croyait avoir anéanti toute velléité de riposte, au point où partout où il trouvait des habitations, de petites embarcations étaient descendues à l´eau avec des soldats qui avaient pour mission de les brûler et d´en tuer les occupants. Le bateau n´avancait qu´à leur retour, laissant derrière lui pleurs et désolation.

La riposte des MALIMBA était sporadique mais à la mesure de l´affront. Postés dans la forêt, ils tiraient avec les mêmes, armes que les soldats. Surpris, ceux-ci tombaient sans savoir d´où venait l´attaque. Il y eut des victimes de part et d´autre sans pour autant entamer la determination des belligérants.

Une longue accalmie ayant fait croire à la victoire, le « ZEHDENICK » avait repris sa route . Entre temps, les MALIMBA qui avaient perdu beaucoup d´hommes s´étaient rassemblés au point qui constituait leur forteresse à Bonjadi (BOTUDE) où les canons et les fusils attendaient, le passage du « ZEHDENICK »

Les MALIMBA attaquèrent les premiers cette fois. VON MORGEN descendit ses canoes qui se dirigèrent vers l´endroit d’où émanaient les tirs. Le canon partit atteignit le ZEHDENICK dont il brisa une des hélices.

VON MORGEN appareilla sans attendre le retour des canoes. Le chemin de retour vers l´embouchure de la SANAGA étant long et hypothétique, il préféra remonter le fleuve pour emprunter la rivière Kwa kwa entre Mouanko et Manoka où le bateau échoua. Cet endroit où l´épave gît encore porte le nom de « EBOK´A MELI». Les Européens s´enfuirent à bord des canoes pour atteindre Douala. Les soldats furent arrêtés et exterminés. VON MORGEN déclarera plus tard dans ses mémoires (paragraphe 140) que les MALIMBA étaient les plus grands guerriers qu´il avait jamais rencontrés au Cameroun. Il avouera que la chance qu´il avait eu, était d´avoir attaqué par surprise au point où les MALIMBA n´avaient pas eu le temps de se regrouper et de se preparer au combat.

L´exode et le déclin

Il est loisible d´imaginer les conséquences de la guerre de 1890 sur la démographie chez les MALIMBA. Une guerre sans reddition, sans vainqueur ni vaincu et qui n´a cessé que faute de combattants ne pouvait qu´être meurtrière.

Alors que les plaies de la première ne s´étaient pas encore refermées que d´autres guerres survinrent. Celle de 1914 -1918, la colonisation, Ia guerre de 1939 -1945, puis cellede l´indépendance du Cameroun.


La communauté MALIMBA n´avait pas eu le temps de se reconstituer. La migration des populations vers de nouvelles terres et ce qui deviendra plus tard des centres urbains en ajouta à la difficulté de réorganisation.

La tradition de résistance

Leur situation géographique d´exception a permis aux MALIMBA d´avoir depuis des siècles des contacts fréquents avec les peules de l´Occident [CENSURE]. De ces contacts souvent difficiles, le peuple MALIMBA a hérité de la tradition de résistance :
- résistance face à la traite négrière qui a vidé le continent de ses forces vives du XVème au XIXème siècle ;
- résistance face à la pénétration coloniale allemande à la fin du XlXème siècle.
La résistance à la traite négrière a poussé au déplacement, dès le XVIème siècle, des stations des navires de la honte vers d´autres cieux (Sao Tomé au Golfe de Guinée, El Mina et Gorée sur les côtes Ouest africaines).
Celle à la pénétration allemande par contre, a couteé aux MALIMBA de cyniques représailles et le transfert des comptoirs commerciaux allemands de MALIMBA à Douala où le Dr NACHTIGAL avait hissé le drapeau allemand le 14 Juillet 1884, à la suite de la signature du traité genmano-duala qui consacrera la colonisation du Cameroun par l´Allemagne jusqu´ en 1916.

Pionniers de la résistance

Ayant brisé la résistance MALIMBA et signé des traités avec les Chefs Duala, les Allemands crurent que les portes du Cameroun leur étaient largement ouvertes. Ils utilisèrent alors la politique de «diviser pour régner ». Ainsi, ils feront croire aux Bakoko voisins, aux Adié, aux Bassa de l´intérieur et même aux Abo, Moungo, Ewodi de l´arrière pays de Douala, que les égoistes MALIMBA profitaient de leur position d´intermediaires [CENSURE] pour bloquer le développement qu´eux, « les bons occidentaux » Ieur apportaient.

En même temps, ils brandissaient la menace du sort des MALIMBA à l´encontre de tous ceux qui oseraient s´opposer à leur avancée vers l´ intérieur. C´est «la liberté du commerce tropical », cause première des conquêtes coloniales !


Le plan machiavélique de Von MORGEN avait réussi en partie. Mais la victoire allemande fut de courte durée car « personne n´est dupe dans cette contrée » Von MORGEN, qui croyait les Chefs soumis, se heurta bientôt à une farouche résistance des Bakoko et des Bassa qui s´apercurent, non seulement qu´ils étaient lésés, mais qu´ils étaient bel et bien ruinés par les traités signés avec les Allemands: ils ne pouvaient plus contrôler les allers et venues dans leur territoire comme avant ; ils ne pouvaient pas non plus, comme avant, fixer les prix de leurs marchandises mais devaient se soumettre aux conditions imposées par ces « étrangers » qui étaient devenus ici, les maîtres absolus.


Ainsi en 1894, Dominik, qui voulait aller de Yaoundé à Edéa, fut attaqué par les Ndog Bessol qui le poursuivrirent impitoyablement, le blessèrent grièvement ainsi que quarante-sept de ses porteurs. Le même combat s´étendit chez les Duala, les Batanga et les Ngoumba à l´aube de la première guerre mondiale et conduisit aux assassinats bien connu de Rudolph DOUALA MANGA BELL et ses collaborateurs (1914) et de Martin Paul SAMBA pourtant serviteur de Von MORGEN au cours de sa campagne coloniale.

Le peuple MALIMBA a donc été [CENSURE] l´un des pionniers de la résistance camerounaise à la colonisation allemande. Il a connu les affres de la haine raciste de l´envahisseur jusqu´à l´assassinat de ses chefs, la dispersion de ses enfants et l´effort d´anéantissement de son art, de sa culture, de son histoire.

Mais « l´esprit MALIMBA », si redouté par Von MORGEN a rayonné ; la résistance s´est vite généralisée et le peuple Camerounais tout entier du Sud au Nord a opposé une résistance au colonisateur jusqu´à la fin de- sa colonisation (1916).




Source: [MALIMBA: Le Peuple et son Histoire]

Auteurs:Marcelin NDOUMBE & Christophe BEKOE
 

Source:  | Hits: 22087 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 15526 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 17274 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 18251 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 15799 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 14051 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 13826 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 13074 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 12929 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 82789 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 24972 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 19345 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 16002 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 22424 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 23752 hits  | 1 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 12380 hits  | 0 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 12364 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 18146 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 16852 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 17575 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 21472 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 24324 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 17788 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 13922 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 15190 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 11919 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 23991 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 41068 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 13957 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 24472 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 16727 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 16654 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 15098 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 19953 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 17954 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 15281 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 15198 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 12545 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 12959 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 15655 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 15641 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 13898 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 13448 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 13381 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 12979 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 12876 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 12723 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 11877 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 19352 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 18906 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 17285 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks