Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
11.06.2006

Jardin secret: Géo Masso, chanteur 

Le 04 Juin 2004
© Josy MAUGER, Cameroon Tribune

A cinquante ans passés, il continue de jouer de son charme. C’est sans doute pourquoi il ouvre sans réticence son jardin secret.



Le public vous connaît surtout à travers vos chansons. Qui êtes-vous réellement?

Mon nom est Masso Mpessa Geoffroy William. Je suis né ici à Douala à l’hôpital Laquintinie le 4 août 1951. Je suis originaire de Bonabéri où se trouve mon village.

Vous avez passé toute votre enfance à Douala ?


Oui. Je suis né dans une famille de cinq enfants, deux garçons, trois filles. Dans ma jeunesse, j’étais un garçon très timide, cela inquiétait mes parents. En faisant de la musique, j’ai changé, mais j’ai toujours ce côté timide qui persiste chez moi. J’essaie de faire avec.

Qui étaient vos parents?

Mon père est mort il y a 10 ans. C’était quelqu’un de sage qui voulait que ses enfants réussissent et soient heureux. Par exemple, il aurait voulu que je devienne comptable comme lui. Nous avons vécu une enfance heureuse du côté de Bonabéri. Là-bas, à l’époque, les gens nous assimilaient à des enfants de Blancs. Nous avions un niveau de vie élevé, c’était merveilleux. Ma mère était timide, le genre de femme soumise comme on en voyait à cette époque. C’est dommage qu’elle soit partie. Je crois que c’est d’elle que je tiens cette timidité.

Vous parlez de timidité, et pourtant les gens ici vous trouvent assez alerte…

Je ne le pense pas, je suis plutôt craintif. Je ne suis pas difficile comme je l’ai entendu dire maintes fois, mais il faut m’approcher pour me connaître. C’est vrai que je ne vois pas beaucoup de gens, mais je suis assez facile à vivre.

Vous êtes apparemment très occupé ?

J’ai un chantier à surveiller, un hôtel que je suis en train de construire chez moi à Bonabéri. Je sors et je travaille beaucoup.

Trouvez-vous du temps pour votre famille?

J’essaie d’être avec mes enfants quand je le peux, je les aime beaucoup. Mais je me rends compte que je perds beaucoup de choses. Le fait de ne pas souvent être chez moi me pénalise. Je m’efforce de donner à mes enfants l’éducation que j’ai moi-même reçue de mes parents. C’est ce qui les aidera à rester sur le droit chemin. J’ai douze enfants. Les trois premières sont en
France, je l’ai ai eues avec ma première femme. Avec ma deuxième épouse, j’ai sept enfants. Ma troisième épouse m’en a donné deux. Vous savez, je suis chef de famille et tout bon chef doit avoir beaucoup d’enfants.

Vous êtes donc polygame?

Oui, mais je vis avec deux femmes, la première est partie.

Pour quelles raisons?

Dans un ménage, il y a toujours des problèmes. C’est une union qui était vouée à l’échec. Je ne peux en dire plus. On s’est connu à Paris
, en 1975. Nous étions étudiants, nous nous sommes mariés cette année-là. Et l’année qui suivait, j’ai eu ma première fille.

Quel est votre trait de caractère que vous déplorez le plus ?

Je suis très négligent, je l’ai toujours été. Je remets toujours tout à demain, j’essaie de lutter contre ce défaut qui fait que je ne prends jamais les choses au sérieux.


Même la musique?


(Rires) Je fais de la musique depuis le bas âge. Ma mère chantait dans des chorales et mon père à ses heures de joie écoutait beaucoup la musique. Le virus m’a véritablement piqué au CETIC d’Edéa où j’étudiais. Il y avait un orchestre dans ce collège et nous interprétions beaucoup de chansons. Lors des bals de fin d’année scolaire et les concerts. Je me souviens que lorsque je rentrais à Bonabéri pour les congés, j´allais adresser les Black Styl à Oryx bar. Toto Guillaume, Nkotti François, Emile Kangué y jouaient. A chaque fois que j’essayais de chanter, ce n’était toujours pas très bon, mais je m’efforçais.

Et comment avez-vous percé?

Après Edéa, j’ai été en stage à EDC, ancienne Sonel. Bien après, je suis allé en France
. J’ai rencontré beaucoup d’amis qui faisaient de la musique je les ai suivis. Un jour, Toto Guillaume arrive chez moi et me parle de ce que nous faisions à Bonabéri. A chaque fois qu´on se retrouvait, il ressassait ces souvenirs. A l’époque, je travaillais et continuais à chanter chez moi. Il m’a dit un jour ; " Toi, tu chantes chez toi, pourquoi ne pas sortir un album ? "

Et c’est comme cela que vous vous embarquez dans la musique…

Oui, je n’en parle pas à mon épouse, puisqu’elle ne voulait pas en entendre parler.
Comme tous les vendredis, elle savait que je devais m’éclater, elle me laissait tranquille. Et c’est ces jours de la semaine que j’entrais en studio à son insu bien sûr et c’est finalement ainsi que je sors mon premier album. Je ramène la cassette à la maison toujours sans souffler mot à ma femme. Je mets la cassette, elle me demande si ce n’est pas par hasard moi qui chante. J’avoue, elle apprécie. C’est comme cela qu’elle commence à aimer ma musique. C’était en 1983. Mon thème favori, c’est la femme.

Quel sort a connu votre premier album?

Oui, mon premier album était un 45 tours qui a très bien marché. C’est cet album qui m’a fait connaître. C’est vrai que je ne voulais pas faire une carrière musicale, faire de la musique un métier. Mais comme ce coup d’essai a marché, j’ai aimé. Je suis resté six ans sans rien faire. Les amis m’ont encouragé à sortir un nouvel album. Je suis entré en studio, j’ai sorti " Lolita" qui a encore fait boum. A cette époque, je travaillais dans une société qui, au bout d’un an, a fermé ses portes. Je me suis alors demandé si je devais rentrer en France ou rester au pays. Finalement, je suis resté à cause de mon père qui était vieillissant. Bien après, j’ai sorti un autre album.
Il a beaucoup plu au public mais la promotion n’était pas suffisante.

En dehors de la musique, avez-vous une autre passion?

Oui, le football. Je jouais beaucoup, mais je n’ai pas intégré un club. J’aurais voulu faire carrière.

Vous êtes toujours élégant.

Je m’efforce toujours de ne pas décevoir mes fans. Il ne faut pas avoir beaucoup d’argent pour être propre ou pour bien s’habiller. Je suis bien conservé. Aux Etats-Unis, les artistes se font faire des liftings pour rester jeunes. Les gens aiment les voir ainsi. Si un de tes fans te voit négligé, je crois qu’il n’aura plus de l’estime pour toi.
Quand on est une vedette, on doit garder sa jeunesse.

Quelles relations avez-vous avec vos fans ?

Ce qui me choque surtout c’est que les artistes ne peuvent pas passer inaperçu. Parfois c’est un jaloux qui te lance un mot méchant. D’ailleurs, j’évite d’aller dans certains endroits pour que les gens ne me disent pas n’importe quoi. Certains aiment la musique, mais pas l’artiste. J’avoue que parfois, j’aimerais passer inaperçu. Heureusement la majorité des gens sont gentils et je le leur rends bien.

Etês-vous pour la polygamie ?


Non, je ne crois pas. Mais mon père l’était. Il avait cinq femmes. Pour moi, c’est arrivé sans que je le
veuille vraiment. Vous savez, ce n’est pas facile, c’est la pire des choses. Un polygame n’est jamais tranquille, je me demandais souvent dans quel merdier je m’étais enfoncé.

Quelle qualité appréciez-vous chez une femme?

La douceur, le calme. Pour moi, ma femme doit être ouverte et fidèle.

Parce que vous-même vous l’êtes?

(Grand éclat de rire) Je m’efforce de l’être.

 

Source:  | Hits: 11772 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 14806 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 16504 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 17492 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 15095 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 13335 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 13168 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 12399 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 12337 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 79551 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 24015 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 18634 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 15227 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 21533 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 22774 hits  | 1 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 11802 hits  | 0 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 11690 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 17283 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 16066 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 16901 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 20534 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 23369 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 16979 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 13182 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 14439 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 11362 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 23135 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 39849 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 13307 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 23417 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 15956 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 15918 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 14345 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 19338 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 17364 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 14523 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 14390 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 11809 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 12310 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 14960 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 14825 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 13220 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 12835 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 12761 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 12290 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 12272 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 12096 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 11296 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 18693 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 18289 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 16328 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks