Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
15.10.2010

Manu Dibango - Jean Serge Essous, qui était le maître ? 

La transmission de l’histoire de la musique congolaise des deux rives du fleuve est truffée de contrevérités, ces vraies-fausses vérités qui modèlent les versions selon les protagonistes qui s’attribuent souvent le beau rôle. Faute peut-être d’ouvrages en nombre suffisant écrits sur cette musique. Déjà que les acteurs de cette musique ne sont pas toujours des sources dignes de foi, la mort de bon nombre d’eux n’arrange pas les choses. L’une des controverses les plus significatives se retrouve dans deux chansons de l’OK Jazz dans lesquelles Franco cite les co-fondateurs : on n’y retrouve pas les mêmes personnes. Autre sujet que nous évoquons dans cet article : les relations de travail entre Manu Dibango et Jean Serge Essous. Il est, en effet, fréquent d’entendre certains médias et personnalités soutenir que Jean Serge Essous fut le maître de Manu Dibango ce qui est loin d’être la réalité.

Pour revenir aux origines de cette relation, signalons que Manu Dibango a découvert le jazz en jouant le piano et le saxophone aux débuts des années 50 et, en 1956, il se produisait déjà dans des boîtes de nuit en France et en Belgique. Le musicien camerounais était déjà un féru du jazz. Pendant ce temps, Essous s’initiait à la flûte et à la clarinette sous la férule d’Isidore Diaboua Lièvre. Les deux auront un point commun : la rencontre avec Grand Kallé. Essous, en 1955, lors du séjour de l’orchestre Negro Jazz à Léopoldville, où il a joué aux côtés côté du Grand Kallé aux Éditions Esengo avant d’intégrer le Tout Puissant OK Jazz puis, plus tard, le Rock’A Mambo. Quant à Manu Dibango, c’est lors du passage de Grand Kallé avec l’African Jazz à Bruxelles en 1959, qu’il avait rencontré ce chanteur. Grand Kallé va l’engager dans son orchestre et l’amener à Léopoldville, l’actuelle Kinshasa où il est resté trois ans avant de regagner le Cameroun.

Ce rappel chronologique rappelle qu’avant la rencontre de Manu Dibango et Essous dans African Team vers les débuts des années 70, le saxophoniste camerounais était déjà un artiste accompli avec déjà des collaborations notoires avec Nino Ferrer et Dick Rivers, des grands musiciens français de l’époque. Cependant, c’est Grand Kallé qui l’a initié à la rumba congolaise. C’est donc à tort que le magazine Evénementiel du mois d’août 2010, paraissant à Brazzaville, qualifiait Essous d’« encadreur de Manu Dibango ». Une information, hélas, reprise sans vérification par le magazine Grands Lacs de septembre/octobre 2010. Aussi, lors des funérailles de Jean Serge Essous, le ministre congolais de la culture, dans son oraison funèbre, avait qualifié Essous de maître de Manu Dibango. Cette entorse à la vérité historique méritait une mise au point. Essous et Manu Dibango ont joué ensemble au sein d’African Team dont le maître et le patron était Grand Kallé. D’ailleurs, Nino Malapet, l’alter ego d’Essous a reconnu la qualité de Manu Dibango en ces termes : « C’est le maître et c’est un géant. Quant Kallé l’avait découvert, il avait déjà la formation de Jazz. Et Kallé était sensible aux instruments à vent. »

Herman Bangi Bayo (AEM)
http://www.afriquechos.ch

================================================

MEMOIRE D’UN BAOBAB DE LA MUSIQUE !!

JEAN SERGE ESSOUS : UN MONUMENT DE LA  MUSIQUE CONGOLAISE

Les chansons de Jean Serge Essous ont bercé de nombreux mélomanes et plusieurs générations aux quatre coins de la planète. Sa voix sirupeuse, sortie des profondeurs de la poésie, est un creuset d’émotions, un bonheur et une douceur pour les matins câlinés des amoureux. Saxophoniste, hors pair de la génération de l’inventeur du « Soul Makossa », le grand Manu Dibango, Jean Serge Essous est, avec Nino Malapet le duo qui a tenu depuis plus d’un quart de siècle la section cuivre du mythique et monument orchestre, les Bantous de
la Capitale. C’est donc, une interview-vérité que nous a livrée le plus talentueux des artistes Congolais des deux rives du Stanley – Pool, Nzadi ; ce fleuve – Congo qui a tant inspiré chanteurs et explorateurs comme André Gide. Voyage vers le futur avec Jean Serge Essous. 

 

Hexagone : Parlez-nous de votre vie avant de devenir musicien ?  

Jean Serge Essous : Je suis né le 15 janvier 1935 à Mossendjo. J’ai fait mes études primaires à la grande école de Poto-Poto, à Brazzaville, jusqu’à l’obtention de mon certificat. En 1949, j’ai satisfait au concours pour poursuivre mes études à Mbounda, à Dolisie, qui fut l’école de formation des instituteurs. Beaucoup de gens y sont passés, parmi lesquels le président actuel du Congo. Après quelques temps, j’ai eu maille à partir avec ma mère qui, elle, s’est trouvée abandonnée par mon père, le feu Essous François. Cette situation difficile a fait que je renonce à mes études.  

H : À quand remontent vos débuts en musique ?  

JSE : J’ai eu un contact très tôt avec la musique, dès mon enfance, puisque j’étais scout, donc éclaireur. Le scoutisme à  notre époque était de mise, et c’est dans ce monde que j’ai appris la musique grâce à mon encadreur, Diaboua Isidore, surnommé Chef Lièvre. Revenu à Brazzaville, après mon passage à Mbounda, j’ai commencé à jouer dans son orchestre en manipulant de la flûte. J’avais en ce moment-là, entre 14 et 16 ans. Quoi que je jouais au football dans l’équipe B de l’Etoile du Congo, aux côtés de Bamana l’enfant terrible, j’avais toujours une passion pour la musique. Et avec des amis, nous avons crée un groupe.  

H : Quel a été votre premier orchestre ?  

JSE : Mon premier orchestre s’appelait « Les compagnons de la loi », et appartenait à M.Diaboua. C’est là que tout a commencé. Mais on ne s’est pas arrêté là. En 1953, nous avions créé un groupe nommé Negro Jazz avec Ganga Edo, Nkouka Célestin, Nino Malapet, Bitsoukou Théo, avec pour chef d’orchestre Kaba Joseph. Après les répétitions, nous allions faire des essais chez Faignond, à Poto-Poto, qui était, à l’époque, le haut lieu de l’ambiance à brazzaville.  

H : Comment le public a accueilli votre orchestre ?  

JSE : Nous étions très appréciés. C’est ce qui a fait que nous obtenions un contrat pour jouer au Bar Faignond trois fois par semaine. Grâce à notre talent, nous avons rencontré le grand Kallé Jeff Kabasele qui, lors d’une de ses tournées à Brazzaville, va nous inviter à Léopoldville (Kinshasa)  

 

H : Ainsi commence donc votre carrière à Léopoldville ?  

JSE : Oui ! Nous avons joué dans cette ville plusieurs spectacles de haute facture. Cela nous a amené à signer un contrat de six mois avec un Camerounais qui était propriétaire d’un bar très célèbre à Léopoldville. Nous étions toujours basés à Brazzaville malgré ce contrat, et allions juste le week-end à Léopoldville. Un jour, Henri Bowane nous invite, moi et Nino, à accompagner un jeune artiste qui enregistrait au studio Loninguissa de Limété, et le jeune en question c’était Luambo  alias Franco. C’est là que nous l’avions rencontré. On devrait donc travailler son disque qui s’intitulait « Ba petits mbongo luwo », c´est-à-dire les petits n’ont plus d’argent. Cette chanson a eu un grand succès.  

H : À quel moment êtes-vous devenu sociétaire de l’Ok-Jazz après votre rencontre avec Franco ?  

JSE : Quand je rencontre Franco, j’ai 21 ans, lui 18 ans. Il fallait donc créer un orchestre et lui trouver un nom surtout qu’un blanc nous avait proposé un contrat. Le nom de Ok-Jazz va être donné par Mr. Cassien, président de tous les métis du Congo-Léopoldville. Il avait un bar appelé OK Bar : on entre OK, on sort KO. Etant donné qu’on répétait dans son bar, il nous a proposé le nom de OK JAZZ. Voilà comment est né le nom de OK JAZZ. Comme Franco me faisait confiance, et surtout que j’avais découvert des erreurs sur le contrat que ce blanc nous avait proposé, Luambo m’a demandé d’apposer ma signature sur ledit contrat. Par là, je suis devenu le tout premier chef d’orchestre de l’OK JAZZ.  

H : Pendant combien de temps êtes-vous resté à la tête de l’OK JAZZ ?  

JSE : Un an seulement.  

H : Pourquoi cette courte durée ?  

JSE : (Sourire). La raison est simple. Je ne pouvais pas décevoir celui qui m’avait emmené à Léopoldville, c´est-à-dire Bowane. Lorsqu’il m’a proposé de jouer dorénavant dans une boite qui s’ouvrait, je ne pouvais pas refuser. Je suis donc parti avec Rossignol, et nous avons créé « Rocamambo ». Après, j’ai fait venir de Brazzaville Pandi et Nino Malapé avec lesquels nous avons animé Rocamanbo de 1957 à 1959. Pendant ce temps, Franco a fait venir de Brazzaville Ganga Edo, Nkouka Célestin et de
la Lune. Mais, en 1959, tous les artistes de Brazza décident de rentrer au pays, parce que le vent des indépendances faisait peur.  

H : Qu’avez-vous fait à votre retour à Brazzaville ?  

JSE : Nous avons créé l’orchestre « Bantous », avant qu’il ne devienne « Bantous de la capitale ». Cet orchestre fut donc créé par ceux qui revenaient de Léopoldville.  

H : Parlez-nous de votre aventure africaine, notamment en Afrique de l’Ouest ?  

JSE : J’ai quitté le pays avec les Bantous pour représenter le Congo au premier festival des arts nègres à Dakar organisé par le président Senghor. Nous sommes en 1960. Avant cette date, nous avons joué à Abidjan et dans d’autres villes en Afrique de l’Ouest. C’est ainsi que le président Houphouët Boigny va nous inviter pour se produire à la fête de l’indépendance de
la Côte d’Ivoire. Vu notre prestation, on va signer avec l’hôtel Ivoire, à Abidjan, un contrat de six mois. Malheureusement ce contrat va être interrompu par le ministre des affaires étrangères du Congo qui, lors de son voyage à Abidjan, nous contraint de rentrer au pays. J’ai refusé de rentrer, car je n’appréciais pas guère cette manière de couper de l’appétit aux gens. C’est ainsi que j’ai décidé de partir en Europe, à Paris, par bateau.  

H : Comment ça s’est passé à Paris ?  

JSE : À Paris, j’ai retrouvé mon frère Manu Dibango qui m’a bien reçu, que j’ai connu en 1960 par l’entremise de Kabasele, à Kinshasa. Il m’a sollicité pour jouer à sa place et m’a laissé toucher le cachet qui lui était destiné. Vous voyez !  

H : Qu’est ce qu’il faut retenir de votre passage aux Antilles ?  

JSE : Je suis allé aux Antilles accompagné de mes amis de l’Orchestre les Rico Jazz que nous avions créé à Paris. Nous animions les mariages des Congolais de deux rives à Paris. Mais
la Martinique nous a attirés grâce à Bayonne dont la famille disposait d’un site touristique là-bas. Nous y sommes restés pendant cinq ans au lieu de deux semaines prévues. Après
la Martinique, je suis rentré au pays, avec un enfant comme souvenir en 1971.  

H : A votre retour, avez-vous créé un orchestre ?  

JSE : Je’avais plus d’orchestre à créer, puisque l’orchestre « les Bantous de la capitale » existait et continuent d’exister. Je suis donc revenu dans mon orchestre, et j’y suis jusqu’à ce jour.  

H : Quel souvenir a marqué votre vie d’artiste ?  

JSE : L’un des moments les plus importants de ma carrière, sinon le souvenir que j’ai le plus gardé est un événement que j’ai vécu en Martinique à la fin du carnaval organisé en 1968 auquel les Rico Jazz avaient participé. A cette occasion, l’hymne national français,
la Marseillaise avait été chantée en l’honneur des Rico Jazz. Et quand je suis allé recevoir le trophée qui nous était destiné, j’ai pleuré, car pour moi le Congo était trop honoré. J’ai fondu en larmes, car je n’en revenais pas.  

H : Quelles sont, selon vous, les meilleures chansons de votre carrière ?  

JSE : Parmi mes meilleures chansons, il y a Sérénade sentimentale. Ce fut mon premier Tchatchatcha, en 1957. C’est cette chanson qui a été à l’origine du succès de l’orchestre Rocamanbo à Kinshasa.  

H : Quel est l’artiste qui vous a le plus marqué ?  

JSE : Il y a Manu Dibango et bien sur Kabesele Kallé.  

H : Pourquoi ?  

JSE : Avec ces deux artistes, nous avons fait une série de disques, allant jusqu’à créer l’orchestre Africa Team à Paris. Manu, c’est mon frère. Il s’intéresse à moi quand il arrive à Brazzaville.  

H : Quel regard avez-vous sur la musique congolaise actuelle ?  

JSE : Etant moi-même musicien, je ne peux pas être juge et partie. Néanmoins, si j’ai un conseil à donner aux jeunes, je leur demanderai de travailler s’ils veulent aller au bout de leurs ambitions.  

H : Votre mot de la fin  

JSE : Je remercie Hexagone d’avoir pensé à Essous.  

Propos recueillis par Virlain OWA/Hexagone

=======================================================


 

Source:  | Hits: 15946 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  International Women´s Day 2011 (Sister Nyangon is honoured)
( | 11.03.2011 | 16301 hits  | 0 R)

  Race and Arab Nationalism in Libya by Glen Ford
( | 11.03.2011 | 15406 hits  | 0 R)

  Henriette Ekwè (Nyangon) primée aux Etats-Unis
( | 02.03.2011 | 15816 hits  | 0 R)

  Livre: COMMENT L´AFRIQUE EN EST ARRIVEE LA, par Axelle Kabou
( | 26.02.2011 | 14613 hits  | 0 R)

  Côte d´Ivoire - Le Panel de l´Union africaine propose de revenir aux Accords jamais respectés de Ouagadougou
( | 24.02.2011 | 14937 hits  | 0 R)

  Regards: La Grammaire de la Révolte
( | 14.02.2011 | 16761 hits  | 0 R)

  MISS NGONDO 2010: Ekambi Lobe
( | 12.02.2011 | 20162 hits  | 0 R)

  FOMARIC 2011: Hommage à Nkotti François
( | 09.02.2011 | 17090 hits  | 0 R)

  SCHISME DE 1814, MYTHE OU REALITE
( | 01.02.2011 | 17484 hits  | 1 R)

  CES ROIS DES BERGES DU WOURI
( | 01.02.2011 | 17678 hits  | 1 R)

  Who loves to hate Haiti? An interview with Haitian Activist Pierre Labossiere
( | 28.01.2011 | 15700 hits  | 0 R)

  COTE D´IVOIRE : L´EX REBELLE AB ACCUSE ! OUATTARA, SORO DANS LE COLLIMATEUR !
( | 13.01.2011 | 18568 hits  | 2 R)

  Kamerun: Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971)
( | 11.01.2011 | 17114 hits  | 0 R)

  L´imposture des Nations unies en Haïti et en Côte d´Ivoire
( | 09.01.2011 | 17700 hits  | 1 R)

  Et de quatre pour Samuel Eto’o Fils
( | 21.12.2010 | 16103 hits  | 0 R)

  Regards (sur la crise ivoirienne): En attendant le vote des bêtes sauvages...
( | 21.12.2010 | 14722 hits  | 0 R)

  Cote d´Ivoire: Face à l´impérialisme, l´avenir de l´Afrique se joue à Abidjan
( | 10.12.2010 | 15105 hits  | 0 R)

  Situation en Côte d´Ivoire: Déclaration et Appel du Bureau du Comité Directeur de l’UPC
( | 08.12.2010 | 19642 hits  | 1 R)

  Afrique, Colonisation: Invasion programmée de la Côte-d´Ivoire, par Aimé M. Moussy
( | 07.12.2010 | 14063 hits  | 0 R)

  Race as Biology is Fiction, Racism as a Social Problem is Real
( | 05.12.2010 | 13222 hits  | 0 R)

  Lettre ouverte au FESMAN III - par Rhode Bath-Schéba Makoumbou
( | 04.12.2010 | 18310 hits  | 0 R)

  Que sont devenues les anciennes Miss Ngondo ?
( | 04.12.2010 | 20541 hits  | 0 R)

  Le Ngondo, les sawa, l’Indépendance et la Réunification
( | 01.12.2010 | 18910 hits  | 0 R)

  PETIT-PAYS victime d’un coup monté. Un mandat d’arrêt contre Petit-Pays
( | 01.12.2010 | 18143 hits  | 0 R)

  L´HISTOIRE DU KABA -NGONDO
( | 01.12.2010 | 17160 hits  | 0 R)

  Le cinéaste Dikonguè Pipa - Les héros nationalistes honorés
( | 23.11.2010 | 14388 hits  | 0 R)

  Ngondo 2010: Foire, animations et gastronomie
( | 22.11.2010 | 20661 hits  | 0 R)

  la troisième édition du Festival Mondial des Arts Nègres
( | 04.11.2010 | 13843 hits  | 0 R)

  ACHILLE MBEMBE: POUR L´ABOLITION DES FRONTIÈRES HÉRITÉES DE LA COLONISATION
( | 03.11.2010 | 16029 hits  | 0 R)

  Gregory Isaacs, Jamaican reggae artist, dies at age 59
( | 30.10.2010 | 17031 hits  | 1 R)

  Calliste Ebenye: Le restaurant Sawa Village devient Mboa´su
( | 21.10.2010 | 17358 hits  | 0 R)

  Thomas Eyoum ´a Ntoh: La longue agonie d´un chevalier de la plume
( | 16.09.2010 | 15875 hits  | 0 R)

  Charles Onana: L’Afrique centrale pourrait connaître le scénario rwandais
( | 16.09.2010 | 14686 hits  | 0 R)

  Hommage à Um Nyobé, 52 ans après !
( | 14.09.2010 | 16793 hits  | 1 R)

  Les migraines de la diaspora !
( | 28.08.2010 | 16194 hits  | 2 R)

  L’ultime Reconnaissance - Hommage à nos Hommes d´exception! Merci Pius NDJAWE
( | 06.08.2010 | 13468 hits  | 0 R)

  Décès jeudi de Jean Bikoko, l’un des doyens de la musique camerounaise
( | 22.07.2010 | 17645 hits  | 0 R)

  Le diagnostic d’un échec
( | 18.07.2010 | 12912 hits  | 0 R)

  Au-delà de la débâcle des Lions indomptables au Mondial 2010
( | 25.06.2010 | 16927 hits  | 1 R)

  La Halte du Cinquantenaire ! Par Charles MOUKOURI DINA MANGA BELL
( | 01.06.2010 | 15355 hits  | 0 R)

  Kessern aus Kamerun: Die Biografie eines schwarzen Crailsheimers (1896 - 1981)
( | 22.05.2010 | 20287 hits  | 1 R)

  L´indépendance, il y a 50 ans ! L´indépendance, depuis 50 ans ?
( | 17.05.2010 | 16227 hits  | 0 R)

  Indépendance, la désullision?
( | 27.04.2010 | 13606 hits  | 0 R)

  Cinquante ans de décolonisation africaine
( | 18.03.2010 | 16061 hits  | 0 R)

  Les circonstances de l`assassinat de UM Nyobe, par Louis Noé Mbengan
( | 18.03.2010 | 15739 hits  | 0 R)

  Chefferies traditionnelles du Littoral
( | 04.03.2010 | 24532 hits  | 0 R)

  Peuplesawa rencontre Miss EBENYE BONNY
( | 19.02.2010 | 17470 hits  | 0 R)

  Grand Sawa: Le retour aux démons du «qui perd gagne» dans les Chefferies de la région du Littoral
( | 18.02.2010 | 20922 hits  | 2 R)

  LE PEULE DUALA
( | 15.02.2010 | 26107 hits  | 0 R)

  In Memoriam: Mbella Sonne Dipoko - The Bard Who Dared To Be Different
( | 13.02.2010 | 16182 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks