Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
06.12.2012

Le Prince René Douala Bell passe le flambeau 

Moi, Prince Kum’a Ndumbe III, assis sur le trône de Lock Priso ou Kum’a Mbape, Roi des Bele Bele depuis l’antiquité, après trois jours et trois jours et trois jours, après neuf jours, je déclare solennellement: Le Prince René Douala Bell a passé le flambeau à son fils Jean-Yves Eboumbou Douala Bell sur le trône du Canton Bell à Douala. Le roi est allé rejoindre les ancêtres, vive le roi ! Je rends un hommage mérité parce que justifié à ce fils Bele qui avec dignité, courage et amour a su porter ses responsabilités tout au long de son règne. Quel est le lien entre le Prince Bele Bele Kum’a Ndumbe III et le Prince Bell René Douala Manga pour avoir qualité de faire la présente déclaration? Le Prince René Douala Bell était l’aîné par l’âge du Prince Kum’a Ndumbe III, mais son arrière petit fils dans la filiation des Bell.

Voici comment s’articule la généalogie du Prince René Douala Bell
Tout d’abord, Bell est une abréviation de Bele, roi fondateur de Bona Bele, Bonabedi ou Bonabéri. Les Bell qui règnent au Canton Bell à Bonanjo depuis l’antiquité sont des enfants originaires de Bonabéri. Pour éviter toute confusion dans l’appellation, on parle du trône des Bell à Bonanjo et du trône des Bele Bele à Bonabéri. Ils habitaient tous le plateau Bonanjo ou plateau Joss à l’époque de leur aïeul commun Doo la Makongo. Sur recommandation de ce roi aïeul Doo la Makongo qui pria son fils Bele de s’éloigner un peu du plateau Joss par crainte de conflits violents avec le fils ainé Priso, Bele traversa le fleuve, s’installa de l’autre côté et créa au fil du temps son propre royaume, Bona Bele, Hickory Town ou Bonabéri. En effet, Doo la Makongo n’entendait pas passer le trône plus tard à Priso l’aîné à cause de son caractère violent. Quand le moment de passer le flambeau vint, Doo la Makongo envoya appeler son fils Bele de l’autre côté du fleuve pour qu’il vienne s’asseoir sur le trône des Bona Doo la Makongo. Bele voyant qu’il avait déjà crée un royaume dont l’influence par alliances s’étendait jusque vers Kumba et Bimbia, il envoya son fils Bebe Bele chez son père Doo la Makongo qui installa Bebe, fils de Bele sur son trône des Doo. C’est ce Bebe qui engendra Lobe’a Bebe, King Bell de 1812 à 1856. Avant 1813, les Duala n’avaient qu’un seul roi, nommé King Bell. Ces fils de Bonabéri règnent depuis 1792 sans interruption sous l’appelation King Bell sur le plateau Joss à Douala jusqu’aujourd’hui. Après Bebe’a Bele et Lobe’a Bebe, suivirent : Ndumb’a Lobe 1858-1897 (signataire du Traité Germano-Camerounais en 1884), à l’opposé de son oncle Lock Priso ou Kum’a Mbape, de Hickory Town ou Bonabéri, qui refusa de signer ce Traité, ce qui déclencha la première guerre avec les Européens sur le territoire camerounais.

Manga Ndumbe 1897-1908

Duala Manga Rudolf 1908-1914 (intronisé par Lock Priso, pendu par les Allemands, sacré héros national)

Lobé Manga Henri, 1916-1926 (régent)

Din Manga Bell Richard 1926-1932 (régent)

Lobe’a Bell Théodore 1932-1952 (régent)

Ndumb’a Duala 1952-1966 (Prince Alexandre Duala Manga Bell, Député à l’Assemblée Nationale Française de 1945 à 1957, obtint l’abolition des travaux forcés au Cameroun, fit campagne pour l’indépendance du Cameroun). Duala Manga 1966-2012 (Prince René Duala Manga Bell, artisan de la relance du Ngondo, plusieurs fois président du Ngondo)

Pendant que Bele ba Doo envoie son fils Bebe Bele régner de l’autre côté du fleuve, sur le plateau Joss, il installera son autre fils Mbape Bele du côté de Hickorytown ou Bonabéri pour prendre sa succession. C’est ce même Mbape Bele qui de son vivant installera Kum, appelé Lock Priso sur son trône. Ce Kum’a Mbape a mis Ndumbe Kum III Jean au monde, le père de Kum’a Ndumbe III, 5è génération des Bele ou Bell. Kum’a Ndumbe III est donc, bien que encore vivant, de la même génération que Manga, père de Rudolf Duala Manga Bell.


Comment René, un fils de Eithel Douala arrive-t-il au trône ?

Le Prince René, 8è génération des Bele ou Bell, est le fils de Eithel Duala Manga Bell. Il va hériter de son oncle, le Prince Alexandre. Or celui-ci avait son propre fils José Emmanuel Duala Manga Bell qui tomba sous les balles de son propre père, le Prince Alexandre, le 15 septembre 1947 au Parc des Princes à Bali, lors d’une très violente altercation. René sera donc désigné dès 1947 par le Prince Alexandre comme son futur successeur, ce qui fut respecté en 1966. Comme nous le constatons, les Bona Bele au sein du Canton Bell à Bonanjo sont les détenteurs exclusifs du trône royal depuis l’ancêtre Doo la Makongo. Ce trône ne saurait revenir ni aux Bona Priso, Bona Doumbe, Bona Douma ou autres descendants du Canton Bell.


D’autres fils de Eithel ou autres frères de Rudolf pouvaient-ils prétendre au trône ?

Le Prince Alexandre n’avait que deux enfants, José Manuel, le fils et Andréa Tuké Ekedi, la fille, issus de son mariage avec Andréa née Berroa. Le Prince Alexandre n’a pas eu d’enfants avec son épouse foulbé Addamary Fatoumata Bouli qu’il avait épousée le 25 octobre 1929 et avec laquelle il vécut jusqu’à sa mort en 1966. Le Prince Alexandre avait été envoyé en Allemagne à l’âge de quatre ans et demi en 1902 et ne reviendra au Cameroun qu’après la fin de la Première Guerre mondiale en 1919. Son père Duala Manga pendu par les Allemands en 1914, le fils Alexandre trouvera à son retour à Douala sur le trône un régent, Lobe Manga Henri, frère de Rudolf. Les démêlés du Prince Alexandre avec l’administration française qui perpétuera la confiscation des biens de Duala Manga Bell et lui rendront la vie très difficile ne connaîtront une détente que quand le 25 novembre 1951, sous la Présence du Haut Commissaire Soucadeaux, l’administration coloniale, par l’intermédiaire d’un procès verbal du conseil de famille de cette même date, rendit le trône au successeur légitime de Rudolf Duala Manga, son fils le Prince Alexandre Ndoumbe. On constate donc que le Prince Alexandre attendit 32 ans à Douala pour accéder au trône de son père Rudolf. Comme le Prince Alexandre depuis 1949 avait fait savoir que le Prince René serait son successeur au trône, il dit ceci à son frère, Eithel : « ce n’est pas à toi que je laisserai le trône, mais à ton fils René, exclusivement ». Pour qu’il n’y ait pas de confusion, le 13 novembre 1951, Eithel signe et légalise à la Délégation du Haut-Commissariat à Douala cette déclaration historique : «Je soussigné DOUALA-BELL, Eithel-Manga, déclare renoncer irrévocablement à la succession traditionnelle en faveur de mon fils René Douala Bell.» Le Prince Alexandre monte ainsi au trône après le procès-verbal du 25 novembre 1951, son successeur étant déjà désigné. « Il est traditionnel dans notre peuple que lorsqu’un Chef écarte de la succession l’un de ses fils, il en écarte également la descendance de ce dernier. La tradition est formelle, et là pourrait se clore la polémique » écriront les Chefs et notables Bele Bele à l’administrateur des colonies, Chef de la Région du Wouri, le 17 février 1945. Si Eithel-Manga a renoncé au trône par écrit, il a aussi renoncé pour tous ses descendants, excepté pour René, déjà désigné comme successeur.


Faut-il avoir résidé avant sur place pour régner chez les Bell?

Nous constatons que Rudolf Duala Manga est parti en Allemagne poursuivre ses études et ce n’est qu’en 1908, à la mort de son père qu’il vient prendre le pouvoir. Le Prince Alexandre lui-même n’est rentré d’Allemagne et de France à Douala que cinq ans après la pendaison de son père par les Allemands. Quant au Prince René, il vivait marié avec Delphine Bonny M’bedy Eboumbou à Paris quand après la mort du Prince Alexandre, le procès-verbal de famille réunie au domicile de Docteur Ekwe Bell à Bali confirma sa succession au trône le 8 octobre 1966.


Abdication, tradition Bele Bele

Dans la tradition de la famille Bele ou Bell, il est recommandé de présenter son successeur de son vivant ou de lui céder le trône encore de son vivant. C’est ce que Doo la Makongo a fait en installant de son vivant Bebe Bele sur le trône des Doo Doo. C’est ce que le Prince Alexandre fit en désignant le Prince René. Du côté de Bonabéri, Bele ba Doo installa son fils Mbape Bele (Bona Mbape) de son vivant, Mbape installa son fils Kum’a Mbape (Lock Priso) de son vivant. De son vivant, le Prince René a présenté son fils cadet, Jean-Yves Eboumbou Douala Bell comme successeur à plusieurs occasions dans la famille, lors du Ngondo ou à l’occasion de diverses manifestations publiques. Le fils aîné du Prince René, Alexandre Ndoumbe Douala Manga Bell a renoncé volontairement au trône. Le 7 août 2009, quand le Prince René, alors Président du Ngondo emmena le Ngondo au Canada, il laissa un document officiel avec tampon du Ngondo et de la Chefferie Supérieure du Canon Bell qui stipulait : «3. Si par malheur le Seigneur Tout Puissant ne daigne pas m’accorder la grâce de rentrer vivant au Cameroun, ce sera mon fils Jean-Yves Douala Bell qui me succédera à la Chefferie Supérieure du Canton Bell avec l’honneur de diriger la communauté Doo-Doo. »

Comme nous l’attendions de lui dans la famille, il a abdiqué officiellement du trône, au profit de son fils Jean-Yves le 18 juin 2012. Respectant la tradition successorale dans la famille Bell, le document légalisé le 28 août 2012 par la Délégation Générale à la Sûreté Nationale, commissariat de Sécurité Publique du 1er Arrondissement, stipule : «Je, soussigné, Prince René Douala Manga Bell, sain de corps et d’esprit, renonce irrévocablement à la chefferie du Canton Bell et la transmets, à mon fils Jean-Yves Eboumbou Douala-Bell, comme le veut la tradition. Fait à Douala, le 18 juin 2012 pour servir et valoir ce que de droit.» Il ne s’agit pas de la succession d’un roi illégitime mais légalisé par une administration, à son fils légitime, mais du transfert de pouvoir d’un roi légitime à un successeur choisi, ayant ainsi accès à la porte des ancêtres.
C’est fort de ces faits énumérés ci-dessus, et après les rituels des Bele Bele réunis avec les Bona Doo dans la nuit du 6 novembre 2012 que, moi, Prince Kum’a Ndumbe III, de la 5è génération des Bell, l’aîné des aînés, assis sur le trône de Lock Priso, je déclare solennellement : Le Prince René Douala Bell a passé le flambeau à son fils Jean-Yves Eboumbou Douala Bell sur le trône du Canton Bell à Douala. Le roi est allé rejoindre les ancêtres, vive le roi!

Prince René Douala Manga, me voici, Prince Kum’a Ndumbe III, j’ai été fidèle à nos engagements. J’ai parlé !

Fait à Douala, le 15 novembre 2012


Prince Kum’a Ndumbe III
 

Source:  | Hits: 20756 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 12618 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 12482 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 12626 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 14763 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 12570 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 15714 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 12928 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 12071 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 16509 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 14603 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 12113 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 19800 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 17029 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 11462 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 19630 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 17318 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 18022 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 13588 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 21727 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 26063 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 24397 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 13632 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 13583 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 18753 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 17520 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 16519 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 29770 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 24149 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 26801 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 14611 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 33839 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 29357 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 19875 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 19445 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 18797 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 18757 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 17873 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 17623 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 17482 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 17373 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 11231 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 18890 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 23557 hits  | 2 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 15389 hits  | 0 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 13782 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 20439 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 16561 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 9611 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 12891 hits  | 0 R)

  Sawanité : La rentrée
( | 24.09.2006 | 13791 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks