Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


06.10.2006

Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien 

C’est vendredi prochain, 7 octobre à 19 h30 au cinéma Le Wouri qu’aura lieu le premier des deux concerts donnés en la mémoire de l’artiste disparu le 6 octobre 1997. Nous revisitons quelques-unes des thématiques de son répertoire.

Observateur averti et chroniqueur de la vie quotidienne, Emmanuel Eboa Lotin’a Samè, à qui la communauté médiatique camerounaise rend un vibrant hommage depuis le sept septembre dernier et jusqu’au 14 octobre 2005 à l’occasion du huitième anniversaire de sa mort, sera resté de son vivant un poète et un artiste incompris. Les thématiques de ses chansons, puisant à la fois dans les comportements des Camerounais au jour le jour et dans les préceptes bibliques hérités d’un père maître chant ayant composé plus de 400 cantiques, n’ont pas toujours aidé à mieux comprendre l’auteur compositeur de Da Longo, Ya Won ou autres Thomas Nkono et Munyenguè Mwa Ngando. Et pour cause... Il brocardait à la fois la jeunesse dans Besombè, les femmes dans Ngon’a Mulato et Martine ou encore les médias à travers Elimb’a Dikalo. Ces titres, dans ce qu’ils ont de profond par les thématiques abordées, n’en traduisent pas moins les états d’âme de Eboa Lotin: “ Il règlait en quelque sorte ses comptes par les sujets développés dans sa discographie en même temps qu’il interpellait l’ensemble de la société camerounaise sur le peu de moralité dont elle faisait preuve dans sa manière de vivre ”, raconte un proche qui a tenu à garder l’anonymat.

Artisan, artiste et griot

Artiste, le poète bantou l’était au sens plein du terme. C’était un créateur dans le domaine de la musique et de la sculpture. Son véhicule, une petite cylindrée dont il était si fier, portait sur chacune des deux portières et sur le capot, une oeuvre d’art pensée et sculptée par cet orfèvre des mots et du bois. On peut donc tout aussi le classer parmi les artisans de notre pays. Il n’y a qu’à voir avec quelle dextérité il fabriquait des meubles dont certains ont habillé les plus beaux palais présidentiels en Afrique et dans le monde. Une table basse de salon en forme d’une carte d’Afrique, un guéridon rappelant un caïman ou encore un tableau qui ressort comme pour l’édifier définitivement une carte du Cameroun reliant le passé à l’avenir du pays.
Eboa Lotin était un artiste visionnaire autant qu’il était stigmatisé par ceux et celles qui voulaient absolument l’enfermer dans des slogans et définitions réducteurs. Ainsi, Ester Diatta a-t-elle pu dire dans un article publié par le magazine Jeune Afrique dans la deuxième moitié des années 90, parlant du chanteur Eboa Lotin : “ Mysogine pas griot ”. Dans le sens où, même ayant joué pour des chefs d’Etat africains comme Omar Bongo du Gabon, Marien Ngouabi du Congo Brazzaville ou encore le couple Germaine et Ahmadou Ahidjo, l’artiste éperdument libre et moralisateur, n’a véritablement jamais roulé pour les idées d’un quelconque homme public.
Mais, si l’on considère que dans notre continent le griot c’est celui qui fait partie de la caste des poètes, alors il ne fait pas l’ombre d’un doute que le fils du pasteur Lotin’a Samè était un témoin attentif de son temps, défenseur assidu de la langue duala, du lingala tout comme de la langue française, à partir du moment où elles étaient utilisées à bon escient et un des précurseurs au Cameroun de ce que l’on pourrait appeler la littérature orale. Il jouait avec les mots parlés comme d’autres les utilisaient dans la littérature écrite.
Le symposium organisé le 12 octobre prochain au Centre culturel français de Yaoundé(la date du 11 octobre préalablement retenu a été changée, pour des raisons techniques) dans le cadre des manifestations de l’hommage à Eboa Lotin, devrait permettre de mieux connaître l’oeuvre du poète et peut-être de restituer au mélodiste, musicien et artiste, toute sa place dans la conscience collective. Mais quarante-huit plus tard, la capitale du Cameroun aura droit elle aussi à son spectacle, au cinéma Abbia. Il en va du devoir de mémoire.

Par Jean-Célestin EDJANGUE
 

Source:  | Hits: 37546 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 33398 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 29928 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 27497 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 27064 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 26881 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 29809 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 26111 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 29024 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 26675 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 25567 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 31610 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 28759 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 26467 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 36004 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 32914 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 24441 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 36842 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 33324 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 36978 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 29662 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 39994 hits  | 4 R)

  LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala
( | 24.10.2006 | 42199 hits  | 0 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 42894 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 30896 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 28890 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 37978 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 36027 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 35233 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 51242 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 44131 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 47371 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 27578 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 56074 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 50058 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 38687 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 38222 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 36746 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 36303 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 36221 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 36075 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 35639 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 24642 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 38295 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 45303 hits  | 2 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 29530 hits  | 0 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 28912 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 37659 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 32667 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 22091 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 26401 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks