Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      


24.10.2006

LE “KABA NGONDO” - exposition "Lambo la tiki" Douala 

Des applaudissements à tout rompre et autres gestes de satisfaction et d’encouragement du nombreux public venu prendre part à la deuxième édition de “ Lambo La Tiki ”, ont accompagné le dernier passage d’honneur des mannequins autour de la piscine. Au rythme de quelques musiques folkloriques, ils continuaient avec leur élégant spectacle, le pas convenant à la tenue arborée. Diverses coupes de “ kaba ngondo ” pour les femmes et le “ sandja ” (pagne) marié à la chemise pour les hommes.
Du beau et rien que du beau, dirait-on, si l’on s’en tient à quelques modèles accrocheurs, comme le “ kaba ” hot line sans manches, très sexy et sensuel, le “ kaba ” de la mariée traînant au sol, le “ kaba ” tenue de soirée, le “ kaba ” modèle “ army ” coupé à mi cuisses ou long, le “ kaba ” de sortie pouvant se mettre pour aller au travail, etc. Des tenues somptueuses, sorties de l’ordinaire, pourtant faites avec des matières courantes bien connues comme du lin, du bazin, du coton, de la soie, du tafta, de la toile de juste ou une association de quelques unes et de ces matières. Que dire du “sandja”, associé à l’événement pour intéresser la gent masculine ? Aucune surprise particulière, si ce n’est sa splendeur de toujours. D’autant plus qu’il s’est mis avec des chemises pour la plupart en lin, aux couleurs éclatantes et gaies. Le “ kaba ” faisait son effet. Chaque modèle, avec ou sans couvre chef bien fourni en ornements, étant assorti de quelques types d’accessoires tirés du patrimoine local. Notamment, des cauris, des coquillages, des perles, des noyaux de raphia, des morceaux de calebasse, des morceaux de toiles de raphia, visibles sur les encolures, les manches, aux alentours des boutonnières.

Promotion
Chaque tenue présentée avait son zeste de fantaisie et vendait un rêve. “ Un travail de professionnel ”, reconnaissaient les amoureux de l’innovation. Une option par laquelle Rodrigue Tchatcho, le promoteur de l’événement, compte donner une autre dimension à ce vêtement du terroir. Même si, de tout temps, le “kaba” passe pour être un vêtement d’apparat du peuple sawa le jour du “Ngondo”, fête culturelle de ce peuple de l’eau. Dans cet élan, il sait que l’apport d’autres jeunes créateurs qui ont tôt fait d’épouser ce courant artistique est indispensable. Dénis Sako, Delaur, Ali, Ebene Massaï, Dardana, Angui Aïf, Andréa, Jules Wokam, et bien d’autres, tous sortis des écoles de mode, sont de ceux-là. Chacun est allé de son intelligence, son génie, de sa main.

“ Lambo La Tikï ” a convaincu de ce que le “ kaba ngondo ” n’est pas ce “ vêtement de misère ” qui ne cadre qu’avec les cérémonies funéraires et autres travaux de ménage et champêtres. Les créateurs le veulent “ tendance ” pour que la femme suscite l’admiration et inspire respect sans heurter les consciences.
L’évènement qui s’inscrit dans la durée se veut simple dans sa déclinaison. L’initiateur du projet indique qu’il est juste question de mettre en exergue le “ kaba ngondo ”, qui, pour le moment, est “ le seul vêtement au Cameroun qui fédère encore tout le monde ”. Un vêtement qui devrait conférer “ une identité vestimentaire à notre pays comme cela est de tradition ailleurs ”. Notamment au Nigeria, au Mali, au Maroc, en Inde, avec respectivement l’anago, le boubou malien, le djélaba, la tunique indienne, pour ne citer que ces cas-là. “ Lambo La Tikï ” s’inscrit dans une dynamique de promotion de l’art, de la culture et du talent.

Louis Blaise Ongolo
Publié le 09-11-2006
==============================

A Douala, l’exposition " Lambo la tikii " revisite la robe traditionnelle et donne une occasion à un jeune plasticien de se faire connaître.

Le kaba ngondo, on ne le voit pas souvent comme ça. C’est une robe traditionnelle dont les femmes se servent finalement pour toutes les occasions. S’il a été souvent touché par la mode -kaba cellulaire- il n’a jamais semblé prétendre à autre chose qu’à habiller la femme de manière décente et digne. Même utilisé comme habit de fête, le kaba est resté comme prisonnier d’une longue tradition qui ne l’imagine pas autrement. Heureusement, il y a la jeunesse, avec sa créativité et sa fougue. Faites donc un tour à l’hôtel Ibis à Douala. Dans un salon feutré, une exposition sur le kaba a démarré samedi dernier. Un jeune styliste, Rodrigue Tchatcho, revisite justement cette robe en faisant un vêtement somptueux, un objet de luxe même. " Lambo la tikii ", quelque chose de précieux, en langue douala, c’est le nom de l’expo.

Ce n’est pas un défilé. Il y a là d’avenants mannequins au port de reine qui arborent une douzaine de kaba pour lesquels les tissus ont été soigneusement choisis. Le pagne trône mais fait un peu de place à la soie. Majestueuses, les robes sont relevées, et c’est ce qui change tout, de perles, de strass, de plumes de paon, de brandebourg, de broderies, de perles de fils argentés ou dorés et de bien d’autres affiquets. De grands foulards de tulle surplombent certaines pièces pour en rehausser le faste. Venue honorer de sa présence le vernissage, Me Alice Nkom, qui a fait du kaba sa tenue de prédilection, dit sa satisfaction et sa fierté de voir " ces jeunes talents qui osent, qui ont de la chance de voir leurs œuvres montrées au public ".

C’est que Rodrigue Tchatcho n’est pas seul à exposer ici jusqu’au 21 mars. Il a fait profiter de l’espace qui lui a été accordé à Dipoko’s, un plasticien, jeune comme lui. Agé de 24 ans, ce garçon originaire de Kribi propose quelques reliefs qui sont le résultat de ses escapades sur les plages de sa ville natale. Chez lui, les couleurs de terre prédominent toujours, avec en sus, les débris naturels de la plage, lien entre terre et mer, une union éternelle qui rappelle peut-être que les deux sont imbriquées, avec ou sans tsunami. Directeur général de l’hôtel Ibis qui soutient la manifestation, Dominique Delahousse explique que le groupe Accor, qui fait du mécénat depuis de longues années, " voudrait maintenant mettre en avant les artistes locaux à travers le projet " Talents d’Afrique ". L’objectif est simplement de leur donner un coup de pouce en relayant les échos faits autour de leur travail dans le monde entier ". L’expérience sera renouvelée une fois par mois ou quelques fois dans l’année
 

Source: La Nouvelle Expression | Hits: 42162 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  LE NGONDO : UN HERITAGE CULTUREL ET TRADITIONNEL
( | 07.12.2006 | 33341 hits  | 0 R)

  Le trésor que l’Allemagne doit au Cameroun
( | 07.12.2006 | 29871 hits  | 0 R)

  le rideau est tombé sur les cérémonies du Ngondo 2006
( | 06.12.2006 | 27475 hits  | 0 R)

  Le message du NGONDO 2006 - L’UNITE ENTRE TOUS LES CHEFS
( | 04.12.2006 | 26995 hits  | 0 R)

  Ngondo : Le vase sacré attend recevoir le message ancestral
( | 30.11.2006 | 26827 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006 Kicks Off by. Joe Dinga Pefok, PostNewsLine
( | 29.11.2006 | 29751 hits  | 0 R)

  Interview du Chef Supérieur Deido Essaka Ekwalla Essaka
( | 18.11.2006 | 26060 hits  | 0 R)

  Origine du Ngondo
( | 15.11.2006 | 28985 hits  | 0 R)

  Ngondo: Espoir d´une jeunesse déracinée.
( | 15.11.2006 | 26648 hits  | 0 R)

  Ngondo 2006: Le Programme officiel
( | 15.11.2006 | 25508 hits  | 0 R)

  LA VEILLEE DU NGONDO
( | 14.11.2006 | 31546 hits  | 0 R)

  LE NGONDO.....par Maître DOUALA MOUTOME
( | 14.11.2006 | 28722 hits  | 0 R)

  La célébration du Ngondo
( | 14.11.2006 | 26410 hits  | 0 R)

  LE NGONDO - Le Paradis Tabou - Autopsie d´une culture assassinée - Ebele Wei ( Valère EPEE)
( | 12.11.2006 | 35951 hits  | 3 R)

  Temoignage: Ces pionniers qui s’en vont
( | 11.11.2006 | 32867 hits  | 0 R)

  LE BOURBIER IVOIRIEN (par Sam Ekoka Ewande)
( | 08.11.2006 | 24412 hits  | 0 R)

  Initiatives : le pied du Dr Paul Ngallè Menessier à l’étrier
( | 30.10.2006 | 36789 hits  | 2 R)

  ACTION de GRACE du Dr. MENESSIER
( | 30.10.2006 | 33265 hits  | 1 R)

  SAMUEL EBANDA II - Le muezzin de la culture camerounaise gravement malade
( | 29.10.2006 | 36916 hits  | 0 R)

  NJO LEA : LE REVE BRISE
( | 26.10.2006 | 29618 hits  | 0 R)

  Eugène Njo-Léa : Au bout d’une triste prolongation…
( | 25.10.2006 | 39947 hits  | 4 R)

  PEUPLE SAWA: avant de passer à l´action - TROISIEME FEUILLE DE ROUTE
( | 22.10.2006 | 42820 hits  | 2 R)

  Aftermath of the Trial
( | 22.10.2006 | 30845 hits  | 0 R)

  Epilogue
( | 22.10.2006 | 28840 hits  | 0 R)

  Mpondo´s Reply
( | 19.10.2006 | 37929 hits  | 0 R)

  The Charges
( | 19.10.2006 | 35962 hits  | 0 R)

  Dr. Levi´s Defense
( | 19.10.2006 | 35198 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Overview of the Legal Context
( | 16.10.2006 | 51189 hits  | 2 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Background to the Trial
( | 16.10.2006 | 44094 hits  | 0 R)

  The Story of Mpondo Akwa (1905): Dr. Moses Levi of Altona defending Prince Mpondo from Kamerun
( | 12.10.2006 | 47322 hits  | 1 R)

  Moukouri Manga Bell : L’opposant à la retraite
( | 12.10.2006 | 27508 hits  | 0 R)

  Adolf Lotin Same, fondateur de la 1ère Eglise Africaine au Cameroun
( | 07.10.2006 | 56012 hits  | 1 R)

  Le Pasteur LOTIN SAME
( | 06.10.2006 | 50001 hits  | 2 R)

  Rires et larmes pour Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 38622 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin comme vous ne l’avez pas connu : Protais Ayangma : l’écorché vif que j’aimais
( | 06.10.2006 | 38167 hits  | 0 R)

  Hommage à un poète bantou: Eboa Lotin chroniqueur du quotidien
( | 06.10.2006 | 37496 hits  | 0 R)

  Hommage à EBOA LOTIN, poète, artiste et journaliste
( | 06.10.2006 | 36677 hits  | 0 R)

  Hommage appuyé à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 36230 hits  | 0 R)

  Réaction sur l´article "Le Pasteur Lotin Same"
( | 06.10.2006 | 36161 hits  | 0 R)

  Eboa Lotin, neuf ans déjà
( | 06.10.2006 | 36023 hits  | 0 R)

  La classe de l’oncle Tom
( | 06.10.2006 | 35581 hits  | 0 R)

  L´Intérieur de la nuit - Léonora Miano
( | 06.10.2006 | 24608 hits  | 0 R)

  Suzanne Kala Lobé : Il tournait ses souffrances en dérisions
( | 06.10.2006 | 38214 hits  | 0 R)

  Rires et larmes pour un poète bantou : Trente jours pour rendre hommage à Eboa Lotin
( | 06.10.2006 | 45255 hits  | 2 R)

  ENCORE ET TOUJOURS LE HAPPENING; par Sam Ekoka Ewande
( | 04.10.2006 | 29486 hits  | 0 R)

  COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA
( | 04.10.2006 | 28884 hits  | 0 R)

  Christine Njeuma: Cameroon´s Pioneer Female Pilot
( | 28.09.2006 | 37621 hits  | 0 R)

  Sarah Etonge, one of the greatest Sawa woman athletes
( | 28.09.2006 | 32622 hits  | 0 R)

  Bana Ba Nyué de Adrien Eyango
( | 28.09.2006 | 22034 hits  | 0 R)

  L’Ecole Maternelle est le Cimetière de nos Cultures et Langues
( | 27.09.2006 | 26362 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks