Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
05.12.2003

Grandeurs et travers du Ngondo. 

Eugène Dipanda

L’édition 2003 de la fête traditionnelle des Sawa semble moins animée que les précédentes…

Comme cela est de coutume depuis des décennies, le peuple Sawa, composé d’ethnies riveraines de la zone côtière du Cameroun, s’apprête à vibrer en communion. A l’occasion de la énième commémoration de la fête de l’eau, le Ngondo, qui se célèbre le dimanche 7 décembre 2003 prochain, c’est en effet la grande effervescence dans les foyers. Depuis quelques jours, c’est la ruée vers les marchés où est commercialisé le nouveau pagne de l’événement. Dans les ateliers de couture, privilège est fait à la confection des Kabas ngondo, les fameuses longues robes, que les femmes arboreront toutes le jour-J. En matière vestimentaire, les hommes, eux, revêtent généralement des chemises blanches et nouent leurs sanja (grand pagne) autour des reins. Certains, pour marquer leur réel encrage à la tradition, vont en plus s’armer d’un chasse-mouche ou, simplement, se coiffer d’un minuscule couvre-chef de couleur noire.
Depuis la semaine dernière, plusieurs manifestations ayant trait au Ngondo 2003, meublent d’ores et déjà le quotidien des populations de la capitale économique. En effet, en prélude à l’apothéose de dimanche sur les berges du fleuve Wouri, une foire dite artistique, commerciale, industrielle et gastronomique bat son plein depuis le 22 novembre dernier à la Salle des fêtes d’Akwa : Par le passé, c’est au Parc des princes, situé au quartier Bali, que se déroulait ladite foire. Un déménagement surprenant, qui aura eu une grosse incidence sur l’affluence du site actuel. Malgré la présence de nombreuses entreprises et autres particuliers dans les stands érigés pour la circonstance, malgré une animation musicale plutôt appréciable des lieux et quoique la bonne nourriture et la bière y soient vendues à bon prix. Côté public, la mayonnaise ne semble pas pour autant prendre. En dehors de quelques élèves curieux du lycée d’Akwa voisin, qui y vont faire un tour à la sortie des classes, le reste du temps laisse apparaître une ambiance terne ; tout le contraire de la chaleur carnavalesque qui précède habituellement le Ngondo.

Entre-temps heureusement, il est annoncé un petit festival de musique sur le site, avec une compétition de ballets du terroir. Ce 4 décembre, un " Grand Prix Découverte " a également opposé plusieurs chanteurs en herbe, avant l’organisation, dans la matinée de samedi prochain, d’un semi marathon à travers différentes artères de la ville de Douala. Autant de rendez-vous qui, comme d’habitude, devraient faire foule. Une marée humaine est autant espérée au cours de la grande veillée traditionnelle, prévue dans la nuit du 6 décembre. C’est en ce moment notamment que sera élue la Miss Ngondo 2003. Un programme nocturne qui prévoit entre autres, des animations par des chorales, des concours de danse et une compétition de lutte traditionnelle. Selon des sources introduites auprès de l’assemblée générale du Ngondo, l’endormissement observé autour de l’édition 2003 de la fête des Sawa ne relève cependant pas du hasard. Au-delà des remous de surface, les divergences semblent importantes entre les dépositaires de la culture Sawa que sont les chefs traditionnels des divers cantons. Ces désaccords seraient d’ailleurs à l’origine (malgré la pompeuse version officielle qui fait état de l’exiguïté du Parc des princes) du déménagement de la foire du Ngondo de Bali vers Akwa.

Selon les mêmes sources, les formules managériales et la forte inclinaison politique du président actuel du Ngondo, Sa majesté Essaka Ekwalla, chef supérieur du canton Deido, ne feraient pas l’unanimité auprès de ses pairs, et notamment auprès du prince René Bell, chef supérieur du canton Bell. Résultat des courses, la plupart des réunions de préparation du Ngondo 2003 ont été boudées par nombre de chefs " dissidents ". L’ouverture du tout nouveau siège du Ngondo, sis au palais Dika Akwa, n’a pas été courue non plus. Une indifférence qui aurait pesé lourd sur le choix du thème de la fête de cette année, " Oa na mba " (toi et moi), qui renvoie à l’amour, à l’entente et à la solidarité entre tous les " frères " Sawa ; un préalable incontournable, pour lui redonner toute sa dimension culturelle et festive d’autrefois… Sur les origines du Ngondo justement, l’histoire raconte que " l’existence de l’assemblée traditionnelle du peuple Sawa est antérieure à l’arrivée, en 1943, des premiers missionnaires à Douala. Son année de création peut se situer approximativement en 1930… ".

Son assemblée, qui a autrefois mené des activités judiciaires, " devait réprimer les meurtres suivant la loi du Talion, et ceci, quel que soit le rang social de leur auteur ". Le Ngondo joua également un rôle politique d’envergure, à travers protestations et luttes de résistance, avant et pendant l’occupation allemande du Cameroun. Interdit pour ses élans " subversifs ", puis réhabilité grâce à la volonté populaire, le Ngondo n’a cessé d’être ballotté par des vagues de dérivations. Par souci d’innovation, on a en effet vu, au fil des années, les populations non originaires de la région côtière du Cameroun, prendre une part active à la fête. Plus grave, les prises de positions politiques des chefs traditionnels Sawa, " au nom de tout leurs peuples ", ont diversement été partagées. Cette année encore, le Ngondo se présente comme un vaste cercle de rassemblement des peuples, sans aucune considération sur leurs origines. Ce 7 décembre, en tout cas, ils seront encore des centaines à découvrir, avec un intérêt certain, les réjouissances populaires des Sawa sur les berges du fleuve Wouri ; l’ambiance surchauffée des courses de pirogues, ou, simplement, l’épisode toujours épatant de l’immersion du vase sacré, qui va définir, à travers le message des divinités, le mode de vie et les prévisions des fils de l’eau pendant les douze prochains mois.
 

Source: Mutations | Hits: 12056 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 17285 hits  | 0 R)

  Saviez-vous que BAKASSI, aujourd´hui occupé par les Nigérians signifie en Douala "ils ont accueili" ?
( | 17.07.2005 | 20861 hits  | 0 R)

  Le Ngondo 2002 sur les berges du Wouri
( | 15.07.2005 | 14835 hits  | 0 R)

  UNE ETUDE SUR LES PIROGUES DOUALA
( | 13.07.2005 | 17473 hits  | 1 R)

  CONTEXTE HISTORIQUE GÉNÉRAL DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE 1890-1960
( | 12.07.2005 | 17527 hits  | 0 R)

  Léopold Moume Etia n’est plus
( | 12.07.2005 | 17083 hits  | 0 R)

  SAWA TOURISME !
( | 11.07.2005 | 11621 hits  | 0 R)

  Masosomanambè” : Le calendrier qui déterre l’histoire des Sawa
( | 10.07.2005 | 26118 hits  | 4 R)

  Ngondo : Deux nouveaux hommes pour de nouveaux défis
( | 06.07.2005 | 16053 hits  | 0 R)

  Sam Mbende : le spectacle… contenu
( | 30.06.2005 | 13803 hits  | 0 R)

  Traité germano-duala : 120 années de controverse. Reflexions Kum-mouelle-nsame-ntone.
( | 18.06.2005 | 28093 hits  | 3 R)

  Dika Akwa III - Les Bonambela amorcent l’envol
( | 09.06.2005 | 20818 hits  | 2 R)

  Le Sacre d´un Roi: Dika Akwa III
( | 09.06.2005 | 18681 hits  | 0 R)

  Grand Sawa : Les chemins de l’Union
( | 05.06.2005 | 12534 hits  | 0 R)

  Massao 2005 : On attend Coco Mbassi…
( | 06.05.2005 | 15650 hits  | 0 R)

  Le Mpooh
( | 01.05.2005 | 17206 hits  | 2 R)

  Recit du sacre du roi Dika Akwa III
( | 09.04.2005 | 15823 hits  | 0 R)

  André Nganguè : Un patriarche à l’antenne
( | 18.01.2005 | 19475 hits  | 0 R)

  Tradition: Le Ngondo dévoile son calendrier
( | 01.01.2005 | 11871 hits  | 0 R)

  Ngondo: Sous le vase sacré
( | 28.12.2004 | 12604 hits  | 0 R)

  Musique : Le bon jus de Coco
( | 06.12.2004 | 15722 hits  | 0 R)

  Miss Ngongo 20XX
( | 26.10.2004 | 16456 hits  | 0 R)

  Spectacle en vue :Coco Mbassi revient
( | 22.10.2004 | 15265 hits  | 0 R)

  Léopold Moume-Etia, 1913-2004 :Une page de l’histoire du Cameroun est tournée
( | 16.07.2004 | 21549 hits  | 0 R)

  Littoral : Moukoko Mbonjo reçoit l’onction du ngondo
( | 18.03.2004 | 23966 hits  | 1 R)

  Africavenir: Un trésor culturel à Bonabéri
( | 17.01.2004 | 20686 hits  | 2 R)

  ACTIVITES & PROGRAMME
( | 25.11.2003 | 13900 hits  | 0 R)

  LETTRE DU PRESIDENT DU NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 13580 hits  | 0 R)

  BILAN du NGONDO 2002
( | 25.11.2003 | 13447 hits  | 0 R)

  Ngondo : La délégation de Douala fait escale à Yaoundé.
( | 10.11.2003 | 13313 hits  | 0 R)

  African Cults: Sangoma & Nganga
( | 01.01.1970 | 39988 hits  | 0 R)

  Charismatique: René Douala Manga Bell
( | 01.01.1970 | 23424 hits  | 0 R)

  Les Sawa réclament le site où le Ngondo serait né
( | 01.01.1970 | 19552 hits  | 0 R)

  Dits et écrits de UM NYOBE
( | 01.01.1970 | 19415 hits  | 0 R)

  Ngondo 2008: Message de Prospérité et de Fécondité
( | 01.01.1970 | 18030 hits  | 0 R)

  Pierre Valéry Lobé Békombo est allé rejoindre Doumbe Djengué
( | 01.01.1970 | 17668 hits  | 0 R)

  Programme NGONDO 2008
( | 01.01.1970 | 14734 hits  | 0 R)

  Haïti : Souffrance, chaos et dignité !
( | 01.01.1970 | 13164 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks