Downloads   Galeries   Forums   Audios   Vidéos   Liens   Livre d´or   Partenaires   Contact   
  Accueil
  Actualité
  Régions/Peuples
  Historique
  Sawanité
  Le Ngondo
  Tourisme
  Littérature
  VIP
  F.A.Q
  Agendas
  Evénements
  Annonces
  Projets
  Communauté



      
30.06.2006

HISTOIRE DE DJÉKI-LA-NJA MBÉ 

Au commencement des sociétés humaines était un homme, Njambé (dont le nom rappelle celui du dieu créateur de l’Univers), qui alla chercher à l’ouest une épouse. De leur union naquirent plusieurs fils et surtout, après une grossesse de deux ans, un être extraordinaire.

Avant de donner la vie à cet enfant « équipé », Djéki, sa mère Engomé enfante les instruments (flèches, machettes, haches, onguent magique rendant invisible... et surtout un fétiche-oracle, Ngalo) qu’il avait fabriqués durant la gestation. Investi de pouvoirs invincibles, Djéki, « né sur des tessons de bouteilles », après s’être fait remarquer dans un tournoi, surmonte une à une les épreuves lancées par son père.

Il lui faut capturer un crocodile, et maîtriser ainsi symboliquement l’espace aquatique, affronter l’oiseau gigantesque Kombo et devenir le dispensateur des fruits du palmier, et donc de la nourriture dans la communauté, construire avant l’orage une grande habitation familiale (il bénéficie pour cela de l’aide des herbes et des arbres) et s’affirmer digne de succéder au père.

Le « petit bout d’homme » doit aussi attraper vingt-cinq hirondelles en se transformant en hirondelle géante et montrer, par là même, son pouvoir sur le monde des airs (« merci, merci, merci », lui crient les oiseaux quand il les relâche).

Enfin, il terrasse dans une lutte impitoyable l’homme le plus fort du village, ce qui équivaudrait à abattre la tyrannie et à faire régner la paix et l’harmonie dans sa société. On le voit, de multiples lectures de ce récit sont possibles : ethno-sociologique, politique, historique, littéraire, psychanalytique (le père s’exclame sans cesse, accablé : « Est-ce possible qu’il me dépasse vraiment, cet enfant que j’ai engendré ? »).

ENREGISTRÉE en 1969, cette oeuvre, savoureuse, clairement, posément construite, où le merveilleux et les prodiges de toutes sortes abondent, mais sans frénésie, regorge de métaphores parfois modernes (allusions au chemin de fer, aux bennes, aux avions). Aux défis du père initiateur répondent les tours et les victoires provocantes du fils, conseillé par son fétiche Ngalo, dans une dynamique significative.

Car la sagesse finit par l’emporter. Après avoir trouvé ses qualités de héros, de maître avisé des éléments et d’homme de pouvoir(s), Djéki-la-Njambé peut prétendre à la succession de son père.

Njambé, le chef de lignage, se soumet. Ne constate-t-il pas, fataliste : « A partir d’aujourd’hui, mon fils (...), je sais que tu es notre chef de famille. » Ainsi les cadets (un proverbe dwala dit : « Etre petit n’est pas une maladie ») succèdent-ils à leur aînés, pour la gloire du lignage qui, selon Jo Diboko Kollo, « durera éternellement ».

On connaît les efforts faits par la collection des « Classiques africains » pour mettre à la portée du public cultivé de grands textes de la tradition africaine. Souci de la présentation des oeuvres, soin de l’appareil critique, respect presque maniaque du texte guident les éditeurs qui recueillent, transcrivent et annotent ces classiques, considérés à juste titre comme partie intégrante du patrimoine de l’humanité. Défis et prodiges ne fait pas exception à cette règle. De ce récit épique commun à plusieurs sociétés - dites « bo-mbongo » - de la côte du Cameroun, il nous est donné ici une subtile version dwala, choisie en raison de sa cohérence et de l’art consommé du conteur, Jo Diboko Kollo, qu’accompagnent divers musiciens et danseurs.

Odile Felgine
LE MONDE DIPLOMATIQUE

------------------------------------------------

Auguste Léopold MBONDÉ MOUANGUÉ

Le récit de Jèki la Njambé Inono, est l’histoire extraordinaire sans fin des exploits épiques d’un personnage mythique, Jèki, fils de Njambé et petit-fils de Inono. Doté de pouvoirs extraordinaires, haï par son père, mais stimulé et régulé par cette animosité paternelle à l’égard de sa personne et celle de sa mère, l’homme-foetus, puis l’enfant, réalise le prototype de l’initiation englobant la maîtrise de l’univers sensible et la quête héroïque dans le monde de l’invisible. Le personnage de Jèki se définit lui-même comme manifestation d’un pouvoir autonome et immanent :

« C’est moi
  Djèki Njambè Inono,
  L’on ne me provoque pas à la lutte,
  C’est moi qui provoque à la lutte,
  Sac de dieu qui renferme tous les hommes
  Elomponjok
  Mitonga et Mingondi,
  Si Dieu tonne au ciel,
  Moi, je tonne sur terre,
  Piquant de l’herbe à baïonnette ! »

Ce statut d’Esprit achevé, accompli et autonome est attesté par la présence auprès du héros sawa-duala des Ngalo, oracle et stratège, émanation de l’autorité des Ancêtres et symboliquement par tout l’attirail propre aux chefs coutumiers. Jèki naît avec armes et bagages. Komba Njambé’a Manga Komba Njambé’a Ntindi  s’est construit dans un lieu, le corps de la mère, investi par un pouvoir occulte du Nganga. Diverses formes de pouvoirs s’associent et donnent un sens particulier à tous ces matériaux ou signes qui font du corps de Ngrijo, la mère, un lieu de construction d’objets de la vie pratique et d’instruments de mise à mort. C’est une hémorragie d’éléments hétéroclites de la vie pratique et de mise à mort qui précède la sortie définitive de Jèki. Ainsi le lieu qui enfante, qui donne la vie est également celui qui prend la vie. Flèches, sagaies, machettes, haches, frondes, bouclier, pagaie à neuf pointes, fusil, équipement de lutte, onguent magique qui rend invisible, et les 99 Ngalo, sorte de fétiche qui joue à la fois le rôle auprès de Jèki, précèdent la sortie du héros dans le Ntélélé, le monde des Vivants.


Inextricables, des schèmes proprement littéraires et des éléments de l’identité particulière de la société Sawa-duala s’entremêlent et font corps dans ce récit. Dès lors comment s’approcher de la signification de ce fait culturel (littéraire) à partir des réseaux d’expressions autrement qu’en analysant au préalable les grands traits de la personnalité de l’homme duala?

L’enracinement contextuel fera émerger la vision du monde qui informe le texte et module son univers référentiel par un éclairage du soubassement humain,. Tel est l’enjeu de notre étude dans cet ouvrage.


[1] Fils de Jacques Mouangué’a Manyaka ma Mouellé de Bona Kouo’a Mouangué (Akwa) et de Siké’a Mbondé’a Tobbo’a Tobbo, Bon’Elèkè (Akwa).

 

Source:  | Hits: 16492 | Envoyer à des amis  ! | Imprimer ! | Réagir(0)

PLUS DE NOUVELLES


  " Bolo O Munja "
( | 10.11.2005 | 15109 hits  | 0 R)

  Léopold Moum’Etia: Un cheminot passionné d’histoire
( | 09.11.2005 | 16846 hits  | 0 R)

  Miss Ngondo 2005 Opened To Southwest
( | 25.10.2005 | 17825 hits  | 0 R)

  L´ EYOMBWE
( | 25.10.2005 | 15414 hits  | 0 R)

  Le NGUM: redoutable lutteur ou meilleur féticheur
( | 24.10.2005 | 13647 hits  | 0 R)

  DOUALA est promise à un bel avenir
( | 24.10.2005 | 13486 hits  | 0 R)

  Le NGUM : le combat
( | 24.10.2005 | 12675 hits  | 0 R)

  Le NGUM: Les techniques de combat
( | 24.10.2005 | 12589 hits  | 0 R)

  Apprendre le Duala
( | 23.10.2005 | 80870 hits  | 3 R)

  Bakossi Cultural and Development Association in the USA
( | 23.10.2005 | 24407 hits  | 2 R)

  Vive émotion dans la rue Dikoumè Bell, à Bali.
( | 23.10.2005 | 18912 hits  | 2 R)

  Le Mont Cameroun Bar: L´autre écurie des créateurs du Makossa
( | 23.10.2005 | 15566 hits  | 0 R)

  DAVUM Bar: Le berceau des Black Styl’s
( | 23.10.2005 | 21922 hits  | 1 R)

  MAKOSSA - LA RENAISSANCE
( | 22.10.2005 | 23198 hits  | 1 R)

  LE PHARAON INATTENDU.... par Thierry Mouelle II
( | 22.10.2005 | 12047 hits  | 0 R)

  EPASSA MOTO: Opéra classique camerounais
( | 22.10.2005 | 11995 hits  | 0 R)

  Une pirogue de course dans l´animation annuelle du Ngondo...par Pr. Ebenezer NJOH MOUELLE
( | 19.10.2005 | 17685 hits  | 0 R)

  Les funérailles de Julia; par Blaise N´Djehoya
( | 19.10.2005 | 16437 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Restaurer les droits de la veuve. par Pr. Stanislas Melone
( | 17.10.2005 | 17192 hits  | 0 R)

  Tradition et Modernité: Rites de Veuvage chez les Duala
( | 16.10.2005 | 20922 hits  | 0 R)

  Peuplesawa.com rend hommage à EBOA LOTIN
( | 04.10.2005 | 23790 hits  | 4 R)

  Identité : Rudolf Douala Manga Bell
( | 29.09.2005 | 17368 hits  | 0 R)

  Au temps où Sawa rimait avec Bolo
( | 28.09.2005 | 13504 hits  | 0 R)

  Instrument musical d´accompagnement: Le Muken
( | 24.09.2005 | 14770 hits  | 0 R)

  Quand les Chinois dansent l´Assiko!
( | 24.09.2005 | 11600 hits  | 0 R)

  Que signifie l´expression AMBASS BEY?
( | 17.09.2005 | 23489 hits  | 2 R)

  Paul SOPPO PRISO et l´Histoire des Hommes d’Affaires Camerounais
( | 16.09.2005 | 40276 hits  | 0 R)

  Croyance, Réligiosité, Société Sécrète : Le Njée ou Gué
( | 14.09.2005 | 13587 hits  | 0 R)

  ... du " JENGU " au " NGONDO "...
( | 12.09.2005 | 23881 hits  | 4 R)

  Henri Lottin : Plus Dikongué qu’Eboa
( | 03.09.2005 | 16277 hits  | 0 R)

  Plus SAWA qu´un BATANGA, il y a pas
( | 28.08.2005 | 16249 hits  | 0 R)

  Henriette Noëlle Ekwé : Nyangon, le militantisme à fleur de peau
( | 28.08.2005 | 14695 hits  | 0 R)

  " Evolution Culturelle, Dynamiques identitaires et Traditions ...." par Denise EPOTE DURAND
( | 26.08.2005 | 19622 hits  | 3 R)

  Djebale : L’île éternellement rebelle
( | 25.08.2005 | 17616 hits  | 3 R)

  Les Black Styl’s
( | 04.08.2005 | 14875 hits  | 0 R)

  L´IDENTITE CULTURELLE EN QUESTION
( | 01.08.2005 | 14764 hits  | 0 R)

  UN ESCLAVE LIBERATEUR
( | 01.08.2005 | 12169 hits  | 0 R)

  RESUME & INTRODUCTION
( | 31.07.2005 | 12599 hits  | 0 R)

  LA CHEFFERIE DE DEIDO
( | 30.07.2005 | 15282 hits  | 0 R)

  Le procès du Roi Rudolph Douala Manga Bell Martyr de la Liberté - Joel KONDO
( | 30.07.2005 | 15234 hits  | 0 R)

  Le Cameroun aujourd´hui - Anne Debel
( | 30.07.2005 | 13518 hits  | 0 R)

  Retour à Douala - Marie-Félicité Ebokéa
( | 30.07.2005 | 13114 hits  | 0 R)

  L´ORIGINE DES DEIDO d´après IDUBWAN BELE BELE (2)(I.B.B).
( | 30.07.2005 | 13065 hits  | 0 R)

  CHOC DES CULTURES
( | 30.07.2005 | 12634 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BONA LEMBE A DEIDO
( | 30.07.2005 | 12537 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE BAFOUM et LA GUERRE DE MBONJO
( | 30.07.2005 | 12412 hits  | 0 R)

  LE DEPART DE MADUBWALE
( | 30.07.2005 | 11557 hits  | 0 R)

  Francis Bebey: Un génie intégral et immortel
( | 26.07.2005 | 19018 hits  | 3 R)

  Miss Ngondo 2000 en vidéo !
( | 24.07.2005 | 18571 hits  | 5 R)

  Réaction sur l´article "Douala, ville d´Alfred Saker"
( | 20.07.2005 | 16792 hits  | 0 R)



   0 |  1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |      ... >|



Jumeaux Masao "Ngondo"

Remember Moamar Kadhafi

LIVING CHAINS OF COLONISATION






© Peuplesawa.com 2007 | WEB Technology : BN-iCOM by Biangue Networks